La microhistoire, c’est has-been

« On croit être absolument soi-même et l’on se rend compte, parfois longtemps après, que nos orientations ont été dictées par notre appartenance à un milieu, à une communauté linguistique, à une génération. Je dis dictées, donc non nécessaires et inévitables : il y a toujours une marge de choix personnel ou de hasard, des deux le plus souvent. »

Carlo Ginzburg, L’oeil de l’étranger, L’Homme, 2008/3 n ° 187-188, p. 34.

 

La microhistoire, comme le lecteur peut le lire dans mes post concernant ma recherche, est la méthode que j’ai choisie pour raconter les relations des juifs immigrés avec l’État et la population belge durant les vingt premières années du siècle précédent. En regardant autour de moi je me suis vite rendu compte que faire de la microhistoire c’est pas très sexy. On peut alors se demander pourquoi choisir cette méthode alors qu’elle n’est plus à la mode. Voici un flash-back sur ma formation passée et mes choix actuels.

 

J’ai choisi la microhistoire parce qu’elle me paraissait la plus pertinente pour approcher mon sujet.[1] Cependant, ni pendant mes études, ni suite à mes lectures personnelles je ne me suis intéressée à ce type d’histoire. J’en avais entendu parler pendant mon cursus et j’en avais une représentation assez négative. Notons que si à l’unif je n’ai pas appris les méthodes à suivre pour faire de la microhistoire, je n’ai pas non plus appris à écrire de l’histoire globale, comparative, quantitative… En fait, je dirais même que ma formation à l’ULB ne m’a rien appris sur la façon, les méthodes à suivre pour écrire l’histoire. Comme partout, cette formation avait ses bons et ses mauvais côtés.

Parmi les mauvais côtés, il faut mentionner la pauvreté du bagage culturel avec lequel sortent les étudiants en histoire, mais surtout les lacunes en ce qui concerne les grandes modes en histoire. Je crois avoir eu deux cours seulement concernant l’historiographie. Et aucun de ces deux cours ne nécessitait la lecture des classiques. Oui, on a entendu parler de l’école des Annales et nous avons eu un cours sur l’histoire du genre, mais d’un point de vue pratique, nous n’avons jamais eu des séminaires qui nous demandaient d’écrire l’histoire avec une méthode précise. Tout ce qui a été répéter et en boucle, c’est que l’histoire bataille, événementiel et positiviste était dépassée et ne représentait plus aucun intérêt. C’est comme si le débat s’était arrêté avec l’école des Annales, et que les débats postérieurs ne nous concernaient pas.

Pour nos séminaires, nous étions donc envoyés dans les archives avec un objet d’études, mais sans question de recherche. C’est pour moi à postériori l’aspect positif de ce cursus : l’expérience dans les archives dès la 2e bachelier. Cette expérience que je considère comme primordiale au métier d’historien[2] était accompagnée de séances de séminaire durant lesquelles le professeur nous expliquait les méthodes de la critique historique. Jamais les professeurs n’ont déclaré appartenir à une école de pensée, même si en fonction du sujet choisi par le professeur, on pouvait déduire quelle représentation de l’histoire il avait. J’ai travaillé sur les loisirs des ouvrières chrétiennes à travers la presse avec Éliane Gubin, sur l’identité des « évolués » à travers leurs loisirs avec Valérie Piette, les liens et dépendance entre Mont-sur-Marchiennes et le monastère de Lobbes (du 9e au 18e siècle) avec Jean-Pierre Devroy et finalement sur l’antipsychiatrie à travers les archives d’un centre thérapeutique pour Pieter Lagrou et Benoit Majerus. Pour aucune de ces recherches, les professeurs ne nous ont informés dans quel courant historiographique ils s’inscrivaient.[3] Même si, a posteriori, je peux le déduire.

Durant mes études, j’ai donc écrit des travaux sans avoir aucune idée de la méthode suivie et attendue par le professeur. Et ce au point de ne pas avoir pris conscience de l’enjeu que consistait de travailler sur l’histoire coloniale ou d’avoir dû à deux reprises travailler avec comme source principale des journaux. Cette constatation est certes naïve, mais elle toute sa pertinence dans le cadre d’une critique de la façon dont à l’ULB on enseigne l’écriture de l’histoire. Pendant toutes ses années, les professeurs ne nous ont pas informés de la mode en histoire. Ils ne nous ont pas sensibilisés aux débats et enjeux polémiques qui font le charme de cette branche. Ils nous ont enseigné l’histoire tout en se coupant de son aspect le plus politique, étant donné que la façon dont on l’écrit en dit long sur la façon dont on voit le monde.

Est-ce par oubli ou est-ce par peur de se coller une étiquette que les professeurs ont omis de nous informer de leur couleur « historico-politique » ? Peut-être croyaient-ils être suffisamment clairs, et ne pas devoir expliquer l’enjeu qui était celui d’étudier tel ou tel sujet avec telles ou telles archives ?

Je ne sais pas répondre à cette question et finalement si elle m’intéresse aujourd’hui c’est parce que grâce/à cause de cette lacune, j’ai choisi la microhistoire. En effet, si j’avais été pendant toutes mes études sensibilisées à « ce qui est à la mode », « à la question du moment », à la méthode qui fait le plus polémiquée les historiens, je ne me serais certainement pas décidée de faire de la microhistoire. De cette lacune je tire une liberté et de mon expérience en Allemagne je suis confrontée à mes faiblesses. L’un dans l’autre, j’essaie comme je peux de comblée ces lacunes tout en essayant de garder ce qui peut faire l’originalité de ma démarche.

 

 


[1] Voir les billets « Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem ».

[2] Je me rappelle d’ailleurs mon grand étonnement lors de mon Erasmus à Berlin durant lequel j’ai eu un Hauptseminar qui aboutissait sur l’écriture d’un Hausarbeit  d’une vingtaine de pages sans l’utilisation d’archives.

[3] Étant en Erasmus durant le premier quadrimestre, je ne peux pas mettre le séminaire de Pieter Lagrou et Benoit Majerus dans le même sac que les autres séminaires. Peut-être ont-ils mentionné le contexte historiographique dans lequel s’inscrivait leur séminaire.


2 réflexions au sujet de « La microhistoire, c’est has-been »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *