Le comité Marnix. Sa lutte contre l’intolérance comme indicateur de la présence d’antisémitisme ?

J’ai pris connaissance du comité Marnix dans un article de Jean-Max Guieu sur les intellectuels belges dans l’Affaire Dreyfus.[1] En énumérant les signataires belges de la lettre de soutien à Émile Zola, Guieu mentionne Herman Dons[2]. Il explique que ce dernier a fondé « en 1901 la première ligue belge contre l’antisémitisme, le Comité Marnix »[3] dont Lucien Anspach[4] est le président.

Je n’avais jamais entendu parler de ce comité. A ce moment, cette information me laissait un peu perplexe. S’il y a un Comité contre l’antisémitisme, c’est qu’il devait y avoir eu de l’antisémitisme organisé… Et s’il y a eu de l’antisémitisme organisé comment se fait-il que je ne sois pas au courant ?

Je recherche de nouvelles informations concernant ce Comité Marnix, mais sans succès, jusqu’à ce que je tombe par hasard sur deux lettres d’Herman Dons (qui écrit sous le pseudonyme de Paul Sainte-Brigitte) à Jacques Bigard, secrétaire de l’Alliance Israélite Universelle.[5] Dans sa lettre de 1902, Herman Dons témoigne de l’envie du Comité Marnix de « s’intéresser de la façon la plus vive au sort que cette situation [une émeute antisémite à Zowisnia (sic)] crée aux Israélites de la Galicie. »[6] Dans l’autre lettre concernant cette fois un officier juif condamné à Cracovie en 1901, il demande à Jacques Bigard s’il est vrai qu’il n’y a aucun officier juif dans les armées austro-hongroises. Cette courte correspondance ne me donne aucune information sur l’antisémitisme en Belgique, mais illustre bien la volonté du Comité de se mobiliser et faire campagne contre l’antisémitisme qui se développe en Europe.

C’est finalement une troisième source qui m’éclairera le plus sur le rôle que la ligue se donne en Belgique. Il s’agit du manifeste du Comité Marnix intitulé Contre l’intolérance.[7]

Capture d’écran 2014-03-31 à 01.55.22

En effet, comme le déclare le manifeste, après avoir dénoncer la condition des juifs en France avec l’Affaire Dreyfus, en Allemagne avec les troubles de Konitz, en Russie avec les persécutions, en Autriche avec le procès Hilsner, « en Belgique, des faits monstrueux comme ceux qui nous venons de rappeler ne se sont pas encore produits, nous sommes heureux de le reconnaître. » Mais, l’auteur ne s’arrête pas là : il commence dès la phrase suivante à énumérer plusieurs éléments qui, d’après lui, témoigne de l’avancée de l’antisémitisme en Belgique.

Les problèmes des naturalisations : « Dans les demandes de naturalisation qui parviennent à notre législature il est fait deux parts : l’une concernant les non juifs, l’autre concernant les juifs. Les secondes sont systématiquement repoussées »[8]

La presse catholique antisémite : « Certains de nos journaux, tels notamment Le XXe siècle et Le Patriote, font ouvertement campagne contre les juifs, et leurs polémiques diffèrent bien peu de celle de La Libre Parole. »[9]

Des actes de vandalisme témoignant de l’antisémitisme : « A diverses reprises ce cri de haine : « A bas les juifs ! » a été affiché sur les murs de Bruxelles. Au moment où des hommes de tous les partis organisaient un meeting pour protester contre l’odieux crime judiciaire commis sur la personne d’un prolétaire juif, les affiches qui annonçaient ce meeting furent recouvertes par des placards portant ces mots : « Socialistes, soutiendrez-vous l’or juif ? » »[10]

L’antisémitisme latent : « Mais il est encore un autre point qu’il importe de signaler comme étant l’un des symptômes les plus graves des progrès que fait chez nous l’antisémitisme : beaucoup de gens « éclairés », beaucoup de gens qui condamnent et réprouvent la campagne de la Libre Parole, les persécutions exercées contre Dreyfus et les dreyfusards (…) beaucoup de gens continuent pas moins à envelopper tous les juifs d’une commune antipathie, et citent de petits faits particuliers, d’histoires de portières, de racontars dépourvus de toute valeur et de tout intérêt. »[11]

Ces informations, à vérifier, attestent que l’État aurait une politique non officielle de discrimination des étrangers d’origines juives. Ce manifeste rapporte également qu’il y avait, en plus de la presse catholique, des violences écrites envers les juifs qui se manifesteraient dans des espaces publiques. Il déclare finalement qu’il y a un discours antisémite présent chez des personnes appartenant à différentes tendances politiques et qui apparait lors de conversations non officielles et sans importances, mais quotidiennes. Il faut finalement souligner qu’aucun membre[12] du Comité n’est de confession juive. Ce n’est donc pas des personnes directement touchées par ces actes antisémites qui s’alarment de la montée de l’antisémitisme. Est-ce par volonté de ne pas froisser le pays d’accueil ? Est-ce parce que les seules personnes ayant accès à l’écriture et à la publication ne se sentent pas concernées, visées par cet antisémitisme latent ?

Si je n’ai pas encore de réponse à ces questions, je peux déjà dire que les points relevés par le manifeste me confirment que l’idée de travailler sur un quartier d’immigrés à un niveau micro et de voir les politiques de naturalisation à un niveau national, donneront des résultats très intéressants. Le Comité n’explique pas pourquoi il ne compte aucun de ses membres d’origine juive dans ses rangs, cependant il donne la raison pour laquelle ses membres s’inquiètent de la montée de l’antisémitisme en Europe : « Ce mot d’antisémitisme n’est qu’une étiquette qui couvre l’intolérance dans son acception la plus générale, la guerre sans merci déclarée non pas seulement aux juifs, mais aux protestants, aux libres penseurs, aux francs-maçons. Voilà pourquoi les membres du Comité Marnix, quoique étrangers (sic) à la religion et à la race juives, se savent menacés à légal de tous les dissidents par l’effroyable poussée d’intolérance qui se manifeste actuellement. »[13]


[1] Jean-Max Guieu, Les Intellectuels belges dans l’Affaire Dreyfus, Laserra, in Annamaria. Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle : l’exemple belge ; actes du colloque de Salerne, (novembre 2004) ; Collection « Documents pour l’histoire des francophonies » ; 7 : Théorie, 2005.
[2] Herman-Charles-Marie Dons (1873-1953), journaliste belge qui a travaillé dans de nombreux journaux dont La Réforme, L’étoile Belge, Matin d’Anvers et l’Indépendance Belge dont il devient rédacteur en chef en 1921. Fondateur de l’Association des Journalistes libéraux. In Lucien Cooremans, Herman Dons, Biographie Nationale, tome 43, supplément Tome XV, 1983, pp 347-351. Herman Dons est connu de pour sa campagne pour la défense de Dreyfus qui mènera dans les colonnes de la Réforme. Alfred Dreyfus lui dédicacera d’ailleurs en 1901 son livre Cinq années de ma vie. Jean Stengers, La Belgique, un foyer de dreyfusisme, In : Revue belge de philologie et d’histoire, Tome 82 fasc. 1-2, 2004, pp. 361-362.
[3] Jean-Max Guieu, Les Intellectuels belges dans l’Affaire… Op. Cit., p. 28.
[4] Lucien Anspach (1857-1915), fils d’Eugène-Guillaume Anspach et de Jules Anspach, ingénieur, professeur à l’ULB. De confession protestante et anticléraliste il correspondra avec Madame Dreyfus. André L. Jaumotte, Lucien Anspach, in Nouvelle Biographie Nationale, vol. 5, pp.17-19. Il publie en 1899 à Bruxelles l’ouvrage : Le Péril clérical et l’affaire Dreyfus.
[5] Ces lettres sont conservées aux archives de l’Alliance Israélite Universelle consultables dans la Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, 45, rue La Bruyère 75009 Paris. . L’alliance possède dans ses archives, trois boites concernant la Belgique : Boite 1 : Bruxelles, Boite 2 : Belgique sauf Bruxelles et Anvers, Boite 3 : Anvers.
[6] Alliance Israélite Universelle. Belgique (1), D Bruxelles, 1. Anspach L, près comité Marnix. Attention la référence donnée correspond à l’inventaire, mais nous avons trouvé ces lettres est dans la farde D-5.
[7] Contre l’intolérance, Manifeste du Comité Marnix pour la diffusion des idées de justice et de liberté, Bruxelles, 1901.
[8] Ibid, p. 6.
[9] Ibid.
[10] Ibid., p.7
[11] Ibid.
[12] François André avocat à Mons ; Anspach-Puissant, avocat, ancien député à Bruxelles ; Léon Anspach, professeur à l’université Libre de Bruxelles ; Fréderic Braconier, industriel à Liège ; Arsène Cahay, professeur à Liège ; Delcroix, pensionné à Mons ; De Leener, ingénieur à Bruxelles ; Arthur Detry, avocat à Liège ; Raymond gramme, avocat à Bruxelles ; Henet fil, étudiant à Liège ; Lewuillon, docteur en médecine à Mons ; Charles Magnette, ancien député, avocat à Liège ; Ernest Mahaim, professeur à l’Université de Liège ; F. Mailleu, avocat à Liège ; Secrétaire Général : Paul Sainte Brigitte (Herman Dons) homme de lettres à Bruxelles. In Contre l’intolérance, Manifeste du Comité Marnix,… Op. Cit. p. 48.
[13] Ibid., pp.10-11.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *