Un couple hollandais d’origine juive – Dossier n°859 350

Un couple hollandais d’origine juive

Un couple non suspecté par la Sûreté Publique

Un couple qui partira de la Belgique lors des guerres mondiales

Et qui finira toujours par revenir

Martha est née à Arnhem, à trois ans elle arrive en Belgique avec ses parents. Elle se marie en 1908, elle a 23 ans avec un voyageur de commerce hollandais né à Bruxelles. Un an après le couple voit naître leur unique enfant. La famille habitera à plusieurs adresses dans le quartier qui sert d’échantillon à cette recherche (voir carte n°1) dont rue de Fiennes n°78 avant la guerre. Rien n’indique quand ils partent à Paris, mais ils le font sûrement pour quitter le pays occupé. Ils ne reviendront qu’en 1920, et ce pour habiter cette fois rue de Fiennes n°47. La seule information récoltée pour la période de guerre est un recensement de 1916 dans lequel il est écrit qu’ils ont été rayés d’office de la commune d’Anderlecht pour l’adresse rue de Fiennes n°44. Ce recensement reste pour moi aujourd’hui un grand mystère. Je ne sais pas par qui, ni pourquoi il a été fait. Il n’y a officiellement eu aucun recensement en 1916. Je ne retrouve pas la trace de ce recensement dans tous les dossiers, mais en tout cas pas que dans ceux appartenant à des étrangers d’origine juive. Je ne peux donc pas y voir décompte de la population juive. Ce qui aurait été très étonnant.

Il n’y a dans leur dossier aucune information concernant les années 1920. La pièce d’inscription à leur dernière adresse de 1920 est suivie d’une autre de 1932 dans laquelle il est indiqué qu’il emménage dans l’appartement de la mère de Martha. En 1935, un autre document nous apprend que le mari travaille en France comme représentant de commerce et gagne 1500fr par mois pendant que sa femme habitant toujours à Bruxelles chez sa mère n’occupe aucune profession. C’était en effet important de savoir qu’elle n’occupait aucune profession, les étrangers à cette époque étant censés subvenir à leur besoin sans travailler et « prendre un emploi à un Belge ». Les années trente ne nous concernent pas directement, mais les informations ici sont cependant importantes pour nous donner une idée de la qualité de vie que menait ce couple. Ils partiront à Rio pendant la Deuxième Guerre mondiale et reviendront après. Un document produit par la Brigade d’information de la Gendarmerie nationale affirme qu’ils veulent revenir en 1945 pour recherche de parents déportés. Le frère de Martha a été arrêté en 1944 et « depuis lors on est sans nouvelles ».  Sur cette information, le Brigadier propose de rejeter la demande : « Le lendemain de son arrestation les Allemands sont venus enlever tous les meubles et de ce fait (Martha et son mari) n’ont conservé aucun intérêt en Belgique où leur présence n’est donc pas indispensable. » Cette remarque, parmi toutes celles du dossier, est sans conteste, celle manifestant le moins de sympathie à l’égard du couple. Elle date de 1945. Après quelques années en France, ils reviendront pourtant en Belgique en 1956 et y mourront.

Cet exemple de couple, en comparaison aux autres dossiers que j’ai lus, n’est pas représentatif des familles d’origine juives ayant habité dans le quartier choisi pour cette recherche. Le couple est aisé, l’un est né en Belgique et l’autre est arrivée enfant. Ils n’ont qu’un enfant et réussiront à partir de Belgique durant les deux guerres. Chaque parcours est unique, celui-ci a des ressemblances avec certains, mais il y a toujours quelque chose qui diffère. Comment travailler sur de telles archives sans faire de statistique ? Comment réussir à synthétiser ce qui est intéressant par sa différence ?

Photo 1

mapmartha

Photo 2

recensementmartha

Deux peintures du couple parce que je n’ai pas le droit de publier les photos issues des archives. Les photos retrouvées proviennent de pièces d’identité produites en 1932

20140505_000140

 

20140505_000202


Une réflexion au sujet de « Un couple hollandais d’origine juive – Dossier n°859 350 »

  1. pour comprendre tous les mécanismes historiques des génocides, des discriminations, des racismes, il faut retourner en arrière voir les racines du mal, universel! toujours le meme, juifs, arméniens, tutsis et autres inustices… de l homme
    je te conseille ce bous-quin! merci pour ce blog de réflexions communes…
    http://www.aviso-editions.fr/product.php?id_product=26
    Aujourd’hui, Yolande Mukagasana revient avec un nouveau récit,
    – l’après-génocide–, tout aussi extraordinaire que le premier, celui
    d’une rescapée qui nous conte la suite de son histoire tout en revenant
    sur ces blessures d’enfant ‘‘tutsi’’ pendant les années soixanteet donc
    la gestation du génocide, et de ce que lui a transmis sa grand-mère,
    témoin des premiers Européens arrivés dans la région. Ainsi, la
    boucle est bouclée. Mais qu’advient-il après ce travail d’introspection et
    de mémoire ? Face aux politiques illégitimes des grands de ce monde,
    Yolande Mukagasana se dresse, tel un rempart contre l’indicible,
    et dénonce avec une force surhumaine la perpétuation du scandale
    onusien au Rwanda et au Congo voisin.

    Yolande Mukagasana avait livré son témoignage dans “La mort ne veut
    pas de moi” (éd. Fixot) en 1997 et ‘’N’aie pas peur de savoir’’ (Robert Laffont, 1999), puis celui d’autres rescapés dans “Les blessures du silence” (Actes Sud, 2002). Après avoir reçu de nombreux prix internationaux pour avoir œuvré pour la paix, après s’être battue pour la reconnaissance des Justes au Rwanda, elle se bat depuis trois ans au sein de la Commission nationale de lutte contre le génocide à Kigali, pour la dignité des rescapés.

    Le témoignage le plus fort que j’aie pu lire à ce jour

    Au fil des ans, Yolande Mukagasana reste inconsolable mais sa douleur a fini par lui donner un authentique sens du dépassement. Bien que différent des ouvrages qui l’ont rendue célèbre, L’Onu et le chagrin d’une négresse charrie la même sourde colère et un égal amour des siens et de l’humanité toute entière.
    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *