« Un traitre à notre pays qui fut pour les Allemands un précieux auxiliaire »

Les conséquences de la Première Guerre mondiale sur les relations entre Belges et immigrés d’origine juive

 

Le 21 novembre 1918, quatre jours après la proclamation de la libération de Bruxelles, une lettre anonyme est envoyée au Procureur du roi. « Quelques voisins indignés »[1] accusent M. N de trafic avec l’ennemi durant la guerre. Ils le qualifient de germanophile, anarchiste, communiste et soulignent ses origines polonaises. En octobre, M. N est écroué à la prison de Forest où il restera six mois. Durant son enfermement, il écrit une série de lettres au Chef de la Sûreté Générale dans lesquelles il narre ses multiples actes posés durant l’occupation pouvant témoigner de sa loyauté envers la Belgique et justifier de ce fait sa sortie de prison. Il sera finalement libéré en mars 1921, après qu’une ordonnance de non-lieu ait été rendue en sa faveur.[2]

Des étrangers d’origine juive en Belgique

Comme beaucoup d’étrangers d’origine juive, M. N est arrivée en Belgique à la fin du 19ème siècle. Quand, le 4 aout 1914, les troupes allemandes entrent en Belgique, la présence d’étrangers juifs dans les grandes villes de ce pays est assez récente. Si durant la fin du 19ème siècle, le solde migratoire belge est négatif[3], la Belgique connaît pourtant une immigration juive alimentée principalement par la situation socio-économique précaire et la montée de l’antisémitisme en Europe de l’est et en Russie. En effet, depuis 1850 le capitalisme industriel se répand en Europe et modifie les sociétés à un tel point que les espaces et emplois traditionnellement attribués aux membres de la communauté juive se détériorent et provoquent une immigration vers l’Europe de l’Ouest et parfois même plus loin : vers le continent américain. Ces immigrations sont accompagnées d’autres provoquées par des pogroms en Russie de 1881, 1883, 1903 et 1905.

 

Un regard étrange ? Le regard des étrangers sur la Première Guerre mondiale

L’expérience de guerre vécue par ces étrangers est nouvelle dans l’étude de la guerre puisqu’elle nous informe d’un regard non national sur une expérience définie par essence comme étant nationale. Cependant, cette expérience n’a pas été la même pour tous les étrangers. En effet, certains quittent le pays, et immigrent une nouvelle fois, d’autres retournent dans leur pays d’origine. Il y en a aussi certains restent en Belgique pendant l’occupation. Ils sont parfois Allemands parfois Russes, Français,… et se cachent pour ne par être enrôlés. Certains Allemands vont eux collaborer avec l’occupant, et lors de la libération se verront juger et n’auront plus le droit de s’installer en Belgique. Et c’est aussi lors de l’armistice ou les années suivantes que certains reviendront s’installer en Belgique…
Comme l’expérience des étrangers apporte un nouveau regard sur l’histoire de la Première Guerre mondiale, la Première Guerre mondiale elle aussi nous permet d’analyser l’histoire de l’immigration d’un nouveau point de vue. Comment un évènement tel que celui-là varie les relations entre étrangers et Belges ? Comment cet évènement intervient dans la construction d’une identité nationale et dans un patriotisme qui peut être à la source d’une exclusion de l’Autre ? Comment vivent les étrangers pendant ce conflit ? Sont-ils plus soupçonnés d’être un ennemi à la Patrie que les autres Belges ? Bénéficient-ils des mêmes aides de logement et nourriture ? Et puis finalement, parmi ceux qui ont fui la Belgique, pourquoi reviennent-ils après le conflit ? Est-ce que la Belgique leur permet-elle de vivre dans un endroit plus épanouissant que celui de leur pays d’origine ?

 

La Première Guerre mondiale : une rupture dans la représentation belge des « Juifs » ?

Rédigeant ma thèse au Zentrum für Antisemitismusforschung à Berlin dirigée par Werner Bergmann et Ulrich Wyrwa, l’accent est porté sur les étrangers d’origine juive. Mais sachant que pour pouvoir apprécier la qualité des relations entre l’État et ces étrangers, je m’appliquerai à étudier aussi les relations avec les étrangers d’origine non-juive. De même les relations entre la Communauté juive belge et les nouveaux arrivants (qui d’ailleurs ne se considéraient pas toujours comme étant juif) sont aussi étudiées. Ce n’est pas notre sujet central, mais il serait dommage de passer à côté des conflits entre juifs « acculturés » et les nouveaux immigrés d’origine juive quand on étudie la question de l’identité nationale face à l’immigration de juifs considérés souvent à cette époque comme étant a-nationaux.

 

Les traces que les « sans-voix » ont laissées

Pour l’analyse des relations entre immigrés d’origine juive et l’État et la population belge, un échantillon d’étrangers ayant habité entre 1910 et 1920 dans le Quartier de Cureghem (situé près de la gare du midi à Bruxelles) a été sélectionné.De cette façon il est alors possible de suivre leur trace à travers leur dossier personnel retrouvé dans les archives belges et tente ainsi de reconstituer leur parcours de vie. La microhistoire, parce qu’elle s’intéresse à l’individu comme sujet d’étude, me permet d’étudier certaines relations de la vie quotidienne, entre des étrangers d’origine juive et des Belges de nationalité en mettant en lumière une judéophobie latente non observable autrement. Mais comme la microhistoire ne prend, sens que dans un contexte plus large, le dépouillement des dossiers de la Police des étrangers se voit complété par l’étude des politiques de naturalisation. Cette étude permet quant à elle de percevoir dans quelle mesure des décisions politiques prises à un niveau national influencent la vie quotidienne des étrangers et comment ces derniers y réagissent.

 

Un trou dans l’historiographie belge ? Ou la Belgique comme exception ?

Il faut souligner que l’intérêt de notre étude sur l’antisémitisme en Belgique pour la période 1914-1925 repose principalement sur le fait qu’il existe très peu d’ouvrages et de recherches sur la question. Cet aspect nous permet d’étendre notre recherche concernant l’antisémitisme sur une problématique et un champ plus large que si une multitude de travaux avaient déjà été faits. Pour comprendre de façon nuancée l’antisémitisme belge, il est nécessaire de laisser la place à une contextualisation de notre période qui se caractérise par les débats politiques dans l’opinion publique, la Première Guerre mondiale et une montée du nationalisme.

 

En effet, durant la Première Guerre mondiale et les années vingt, le monde politique était principalement monopolisé par les débats concernant les revendications flamandes amenées par les Flamingants et la question du suffrage universel masculin portée par le Parti Ouvrier Belge (POB).[4] Entre 1914 et 1918, la Belgique connait un élan de patriotisme exacerbé qui ne se répétera plus dans la suite de son histoire. Son entrée en guerre, la violation de sa neutralité et les massacres perpétrés par les troupes allemandes amènent la population belge à détester les Allemands pour lesquelles elle portait jusqu’alors une grande admiration :

« Germanophile, elle [la population belge] aime la musique et la littérature allemandes. Les intellectuels voient dans l’Allemagne une grande nation dont ils admirent la culture. Les familles aisées se disputent les préceptrices et gouvernantes allemandes qui viennent apprendre la langue de Goethe. »[5]

 

De même le sentiment national est attisé par la volonté partagée des Belges de s’unir derrière leur Roi pour lutter contre l’envahisseur.[6] Il est d’ailleurs intéressant de relever qu’en 1914 la Belgique expulse de son territoire les Juifs allemands et austro-hongrois qui représentaient dès lors l’ennemi sur le territoire national. Parallèlement, de nombreux Juifs s’engageront dans l’armée belge pendant la Première Guerre mondiale pour témoigner de leur gratitude envers la Belgique pour son hospitalité.[7] De plus, la Belgique sortante vainqueur de la Première Guerre mondiale, la théorie « du coup de poignard dans le dos par les Juifs » ne sera pas reprise par les antisémites.

 

Comment peut-on expliquer ce trou dans l’historiographie belge ? Si des ouvrages traitent la question des juifs en Belgique durant deuxième guerre mondiale[8], aucun ne s’intéresse aux juifs pendant la Première Guerre mondiale. Peut-on pour autant conclure que l’antisémitisme n’est pas présent en Belgique, que de travailler sur les « Juifs » alors que rien à un niveau administratif ne les distingue des Belges quand ils ont la nationalité belge ou des autres étrangers quand ils ne l’ont pas. À cette question nous pouvons déjà répondre qu’il s’agit hélas d’une fausse impression. En effet, si légalement, rien ne devrait permettre une discrimination envers les juifs, ou même plus que tout est fait de manière légale à ce qu’aucune discrimination envers une communauté religieuse ne soit possible, les archives des la Police des Étrangers nous prouvent le contraire. Il s’agit ici de faire attention. Le dépouillement dans les archives n’est pas fini. Mais il est clair que la seule mention du mot « juif » dans un dossier est une preuve que la loi n’agit pas partout. Cependant, je n’affirme pas que l’État était de ce fait antisémite. Je souligne seulement que l’idée d’une Belgique absoute d’antisémitisme est à relativiser. Par contre, dans les archives produites par l’État ou des lettres envoyées par des citoyens belges, des remarques qui témoignent d’un certain rejet des nationaux russes et polonais. Est-ce parce qu’ils étaient identifiés comme étant des « Juifs » ? Il est difficile de répondre à cette question, mais ce qui est sur, c’est que sur les 143 dossiers dépouillés il n’y a eu aucune mention de l’origine « religieuse » quand il s’agissait d’étrangers venant de France.

 


[1] Termes utilisés en guise de signature par les auteurs de la lettre.

[2] Toutes les informations concernant cette affaire ont été retrouvé dans le dossier individuel n°866 556 de la Police des Etrangers aux Archives Générales du Royaumes à Bruxelles.

[3] Durant le 19ème siècle, il y avait en effet plus de Belges qui émigraient à l’étranger que d’étranger qui immigraient en Belgique.

[4] Xavier Mabille, Histoire politique de la Belgique : facteurs et acteurs de changement, Centre de recherche et d’information socio-politiques, 2000, p. 215.

[5] Serge Jaumain, Bruxelles 14-18 : Au jour le jour, une ville en guerre, Musées de la ville de Bruxelles, 2005, p.6.

[6] Sur ce sujet, lire le chapitre X : « L’entrée en guerre et le sommet du sentiment national » in Jean Stengers et Éliane Gubin. Le grand siècle de la nationalité belge: de 1830 à 1918. Racine, 2002, pp. 143-163.

[7] Jean-Philippe Schreiber, « L’Immigration juive en Belgique, du Moyen Âge à nos jours », dans Anne Morelli, et alii, Histoire des étrangers et de l’immigration en Belgique de la préhistoire à nos jours, Bruxelles, 1992, p. 234.

[8] Dont celui de Insa Meinen et Ahlrich Meyer concernant les juifs fuyant l’Allemagne et l’Autriche : Verfolgt von Land zu Land. Jüdische Flüchtlinge in Westeuropa 1938-1944. Paderborn: Ferdinand Schöningh, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *