L’attentat au musée juif de Belgique : analyse de réactions belges

Le 24 mai 2014, un jour avant les élections belges et européennes, un homme tire sur quatre personnes devant et dans le musée juif de Belgique. Quatre personnes y perdent la vie. Cet acte meurtrier et très vite qualifié d’antisémite provoque de nombreuses réactions. Ces réactions sont venues des politiciens à travers des discours, interviews et la minute de silence dans les écoles bruxelloises, mais aussi d’intellectuels à travers des articles ainsi que de la population lors de rassemblements de protestation et d’hommage aux victimes.

Parmi les articles publiés sur le sujet, revenait régulièrement la mise en garde contre un antisémitisme présent en Belgique et ce avant même la tuerie au musée juif. On a pu lire régulièrement que cet antisémitisme s’expliquait par le manque de mesure prise par les politiciens et par la montée d’un islam radical.

Il n’y a aucun intérêt à polémiquer sur le drame qui a frappé le Musée juif, mais par contre il est important de pouvoir comprendre toutes les réactions qu’il a produites depuis dans la sphère politique et médiatique et ce qu’elles impliquent.

De faux adversaires

Une des raisons données dans certains articles pour expliquer le fait que l’antisémitisme n’ait pas été plus tôt combattu a été expliquée par le fait que l’islamophobie monopolise les débats sur le racisme.

Cet argument est illégitime, mais en plus il s’attaque à de faux adversaires. Les gens qui dénoncent l’islamophobie ne le font pas pour éviter de parler de l’antisémitisme. Le combat contre certaines discriminations ne peut affecter le combat contre des discriminations/violences adressées à un groupe particulier. De plus, depuis les débats sur « la concurrence mémorielle », nous savons tous que la compétition entre victimes est contreproductive.

Aujourd’hui, il est important de considérer chaque acte de discrimination ou de violence envers un groupe particulier comme étant inacceptable. Nous devons nous battre contre toute forme d’exclusion, quelle qu’elle soit.[1] Nous perdons trop à distinguer les victimes. Et nous perdons encore plus à accuser des gens combattant le racisme de ne pas se battre pour les bonnes victimes.

D’origine juive, ou musulmane, noir, pauvre, femme, homosexuel… beaucoup de groupes souffrent de discrimination et de violence. Ce n’est pas en accusant les uns de prendre plus de place dans les débats publics qu’on arrivera à mieux lutter contre ces expressions de violence et d’exclusion.

En exagérant un peu, on pourrait dire qu’il est important de dénoncer tous les types de discriminations, mais que finalement parler plus de l’une ou plus de l’autre ne change pas la valeur et l’importance du combat. En effet, l’antisémitisme – même si certains veulent le distinguer du racisme à tort ou à raison – fonctionne avec les mêmes mécanismes que le racisme, l’homophobie… Il reste un processus d’exclusion.

C’est pourquoi, dénoncer l’islamophobie, c’est dénoncer tout type de discrimination. Effectivement, quand on s’attaque à l’islamophobie, c’est pour déconstruire les raisonnements et pratiques d’un groupe qui a besoin de se distinguer d’un autre pour se rassurer, pour se définir, pour avoir l’impression de reprendre le dessus sur sa propre vie. Cette déconstruction est valable pour tous les groupes qui discriminent un autre. Le numéro très réussi de Manière de voir sur les nouvelles extrêmes droites[2] illustre bien ce propos. À sa lecture ce qui est le plus percutant ce n’est pas que l’antisémitisme ressort de l’ombre[3] ou que le « musulman a remplacé l’ennemi communiste »[4], mais bien qu’il y ait une radicalisation dans les discours d’extrême droite qui est tolérée et même partagée par un public bien plus large que celui « d’extrême droite habituel ». C’est ce phénomène qui est le plus préoccupant.

Un glissement dangereux

Le second point qui a été très souvent retrouvé dans les articles concerne l’association entre islam et nouvel antisémitisme. Après certaines lectures, on aurait presque l’impression que les musulmans (d’ailleurs qui sont ces « musulmans » ?) sont responsables d’une part de prendre trop de place dans les actions contre le racisme et d’autre part de participer activement au nouvel antisémitisme. Or il y a lieu de distinguer « l’islam jihadiste » et toutes les personnes d’origine musulmane et/ou musulmane.

Je n’affirme pas que l’antisémitisme n’existe pas chez certains musulmans (qu’il soit d’ordre culturel/religieux et/ou « politique » lorsqu’il s’agit du conflit israélo-palestinien). Il existe et il faut lutter contre, mais ce n’est pas en stigmatisant une communauté qu’on y arrivera.

Toujours dans ces articles, transparaissent souvent des amalgames entre antisémites et « populations issues de l’immigration ». Le glissement entre « l’islamophobie occupe la première place et ça cause préjudice aux Juifs » à « l’antisémitisme dérange parce qu’il ne provient plus de l’extrême droite habituelle » me paraît extrêmement dangereux. Il est dangereux parce qu’il insinue que les communautés musulmanes[5] privilégient abusivement, d’une part, une campagne contre les discriminations qu’elles vivent et, d’autre part, une sorte d’autocensure des politiciens qui n’oseraient s’attaquer à l’antisémitisme parce qu’il serait aussi « vert »[6].

Outre ce glissement dangereux, il est faux de dire qu’un silence accompagne les actes antisémites. Je peux tout à fait comprendre que le directeur du World Jewish Congress se préoccupe des attaques menées à l’encontre de lieux consacrés à la culture/religion juive, cela me préoccupe aussi. Mais, j’adhère également à la décision du directeur du Musée Juif de Belgique M. Blondin qui s’était opposé à la haute surveillance d’une institution culturelle. Après ce qu’il s’est passé au Musée Juif, il est évident qu’une telle surveillance est nécessaire, mais elle est regrettable. Elle est regrettable, parce qu’elle est justifiée par la peur (justifiée), et parce qu’elle engendra une atmosphère moins sereine entre les murs du Musée.

Une peur justifiée et exaltée par les politiciens

Une autre réaction produite par cet événement est la demande de la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, de vouloir mettre en place un fichier européen des passagers aériens « comme l’ont fait les Américains après le 11 septembre »[7]. De nouveau, je comprends le fait qu’on veuille mettre en place des infrastructures permettant de trouver plus rapidement des personnes lorsqu’elles ont commis un crime, et peut-être de prévenir le crime, mais je ne crois pas que ça soit la solution pour lutter réellement contre la montée du radicalisme musulman ou celle d’extrême droite en Europe. De même, l’enregistrement d’informations de tous les citoyens parce que certains d’entre eux devraient être surveillés me paraît complètement illégitime. Cependant, ne sachant pas encore comment ces informations seront récoltées, je ne m’engage pas plus loin dans ce débat.

Aussi, la réaction de Bart De Wever demandant le soutien de l’armée pour protéger les communautés juives anversoises, est radicale par son symbole. Bien que l’argument financier légitimant un soutien de l’armée a du sens, l’idée de mettre des soldats devant des bâtiments juifs est exagérée parce qu’elle impliquerait des forces associées à la guerre.

Finalement toutes ces idées sont nécessaires maintenant pour protéger les institutions juives, mais elles ne résoudront rien sur le long terme. En outre, elles donnent l’impression que la population d’origine juive en particulier (et la population belge en général) vit un danger permanent, et avec cet « argument de la peur », certains politiciens mettent en place une politique de contrôle et surveillance de tout un chacun.

Une crise de « l’identité nationale » et l’absence d’une nouvelle gauche forte

Il faut souligner que si jusqu’ici la société belge – les politiques comme la population – n’a pas réagi efficacement contre l’antisémitisme, c’est principalement parce qu’elle ne parvient pas à lutter de manière générale contre les extrêmes droites. Cela ne concerne pas seulement le nouvel antisémitisme. Sinon, comment expliquer la réussite du Front National qui pourtant ne porte plus ouvertement de discours antisémites ?

Le problème que nous connaissons en Europe relève de deux aspects : une crise de « l’identité nationale » et l’absence d’une nouvelle gauche forte.[8] Après que les gouvernements ont dénoncé les méfaits du nationalisme et rejeté son modèle identitaire sans proposer de nouvelles alternatives, il semble qu’une large part de la population ne parvient à se définir qu’en excluant certains groupes. De même, la gauche qui avait rassemblé des gens à travers le monde, par dessus les frontières grâce à des valeurs politiques transnationales, elle aussi, ne parvient plus, depuis la chute de l’URSS, à mobiliser ses forces pour lutter contre l’extrême droite et les inégalités sociales/économiques dans le monde.[9] Ces problèmes sont les premiers à résoudre pour pouvoir répondre à la montée de l’extrême droite.

 

 

 

 

 


[1] La vidéo du rassemblement devant la Palais de Justice le 25 mai en réaction à l’attentat du musée juif de Belgique témoigne que beaucoup de personnes partagent cette idée. https://www.youtube.com/watch?v=y4vK55BaRXE visionnée le 26 mai 2014.

[2] « Nouveaux visages des Extrêmes Droites », in Manière de voir, n°34, Avril-Mai 2014.

[3] Evelyne Pieiller, « La galaxie frontiste, ses petites embrouilles et ses illusionnistes », Manière de voir, n°34, Avril-Mai 2014, pp. 57-60.

[4] Dominique Vidal, « Trois modèles pour une dérive commune », Manière de voir, n°34, Avril-Mai 2014, p. 16.

[5] Tout comme Jean-Philippe Schreiber appuie dans ces ouvrages sur l’importance de ne pas considérer le groupe des juifs sociologiques à un groupe monolithique, il me paraît important de reprendre cette remarque pour le cas des musulmans sociologiques. Il n’y a pas une communauté juive en Belgique mais plusieurs, tout comme il n’y a pas qu’une seule et unique communauté musulmane. Par « groupe sociologique » J-P. Schreiber comprend tous ceux qui peuvent être considérés comme « juif » de part leur origine. Il ne prend donc pas en compte la façon dont la personne se définit elle-même ni son rapport à la religion et/ou à la communauté religieuse. Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la première guerre mondiale, Editions de l’Université de Bruxelles, 1996.

[6] Beaucoup d’auteur utilise le qualificatif « vert » pour faire référence à l’islam notamment parce qu’il est sur les drapeau d’Etats musulmans (Iran, Arabie Saoudite) mais aussi parce qu’il serait la couleur préféré du Prophète. http://www.slate.fr/story/6491/pourquoi-le-vert-est-il-si-important-dans-le-monde-musulman

[7] http://www.lesoir.be/560424/article/actualite/belgique/2014-06-02/joelle-milquet-en-france-ou-en-belgique-l-important-est-que-nemmouche-soit-juge.

[8] On pourrait aussi ajouter le fait que la gauche et certains intellectuels adhèrent à certains discours d’extrême droite. Sur ce sujet lire l’article datant de 2012 mais toujours d’actualité d’Alain Badiou, « Le racisme des intellectuels ». http://mobile.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/05/le-racisme-des-intellectuels-par-alain-badiou_1696292_1471069.html consulté le 1 juin 2014.

[9] A ce sujet : Christian de Brie, « Sur les ruines d’une gauche sans projet », Manière de voir, n°34, Avril-Mai 2014, pp. 67-69. Et Vivek Chibbern « Contre l’obsession des particularismes culturels. L’universalisme, une arme pour la gauche », Le Monde diplomatique, n°722, Mai 2014, p.1 et pp.22-23.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *