Un difficile jeu d’échelles

C’est vrai que les dossiers de la Police des Étrangers ne sont pas facilement intégrables dans un récit qui se veut autre que biographique. Jean-Philippe Schreiber dans son ouvrage sur l’immigration, utilise ces archives, mais en fait principalement des statistiques. De temps à autre il ajoute une information issue de ces dossiers telle que le nombre d’élèves étrangers à l’Institut commercial et industriel[1], ou encore pour attesté de la première mention connue de la résidence d’un Juif à Mons[2].

 

Mais notre projet, ne faisant pas usage d’un échantillon représentatif, n’aboutira à aucune statistique. Aucune des informations récoltées ne nous permettra de dire le nombre de tailleur ou de colporteur. Les dossiers individuels de la Police des Étrangers, nous servirons plutôt à suivre des parcours de vie afin de nous donner une idée de la façon dont les étrangers d’origine juive pouvaient s’organiser et entrer en interaction avec l’État et le pays. De même l’attitude de la Police des Étrangers vis-à-vis de ce groupe sera au coeur de notre analyse.  Le but est aussi effectivement de mettre en lien les parcours de vie avec des évènements macros tels que la loi de dénaturalisation de 1919.[3]

 

Mais comment passer du macro au micro ? Comment garder de la cohérence dans la narration quand en parlant d’une personne précise le but est de parler d’un phénomène qui concerne ou au moins influence un groupe de taille variable ?

 

Si l’exercice semble a priori compliqué, il est pourtant essentiel lorsque l’ambition du travail est de parler autant des immigrés que de leur accueil en Belgique. Jean-Philippe Schreiber écrivait : « Toute étude qui ne prendrait pas en compte la marge entre le destin individuel et les flux créés par le destin collectif et qui refuserait à considérer la mobilité des hommes comme un mouvement “brownien”, affecté d’orientations diverses et divergentes, serait biaisée. »[4]

Si la difficulté réside dans l’emploi de parcours individuels pour donner une interprétation de ce qu’ont pu être les relations entre un groupe d’immigrés et l’État, l’intérêt de ce travail repose justement dans la réussite d’une articulation de ce jeu d’échelle.

Tout ceci est encore trop théorique. Avec l’exemple Suger, négociant en cigarette[5] de nationalité russe, nous allons voir concrètement comment les archives de la Police des Étrangers peuvent être utilisées et comment ce va-et-vient entre macro et micro permet une narration cohérente.[6]

 

« Négociant en cigarettes, juif, ayant quitté la Russie à la suite des persécutions »[7]

 

Suger arrive en Belgique en 1904 et est rejoint un an et demi plus tard par le reste de sa famille. D’après le rapport de la Police de Rotterdam, Suger a quitté Odessa à la suite de persécutions. La présence de ce rapport témoigne d’une collaboration entre États concernant l’échange d’information des migrants. Très souvent donc, au début du dossier d’un étranger arrivé en Belgique, un rapport le concernant est envoyé par le dernier pays dans lequel l’étranger était domicilié. La Police des Étrangers peut de cette façon récolter les informations sur la « moralité » de l’étranger et juge alors, s’il y a lieu d’accepter sa présence sur le territoire. Ces rapports provenant d’autres États mentionnent parfois l’origine juive de ces étrangers. C’est le cas par exemple de la Hollande où de la Russie. Il est difficile de parler des autres pays, étant donné que les dossiers que nous utilisons pour ce travail sont constitués d’un échantillon d’étrangers habitant dans quelques rues de Cureghem dans lesquelles la majorité des étrangers d’origine juive proviennent de Hollande et de Russie. Il est cependant possible que l’Autriche-Hongrie ait mentionné également l’origine de ces nationaux, mais n’ayant eu qu’un cas (qui mentionne que l’étranger est fils d’un fossoyeur juif), nous ne pouvons pas parler de pratique systématique. De même pour ce qui est de la Hollande, nous n’avons pas retrouvé une mention systématique, et il se peut que ces mentions soient présentes parce qu’il s’agissait d’étranger venant de Russie, et que la police hollandaise mentionne la religion de l’étranger seulement parce qu’elle-même l’a reçu de St-Petersbourg. Quoi qu’il en soit, en Belgique les fonctionnaires ne sont pas autorisés selon la constitution à mentionner l’appartenance religieuse de ces habitants, étrangers ou non.[8]

Suger émigre donc en Belgique en 1904. Le pogrom de Kichinev en 1903 doit avoir influencé sa décision, tout comme la situation critique des juifs dans ces régions depuis le début des années 1880. En effet, il y avait déjà eu des pogroms en Russie et Ukraine dans les années 1881-1882 suivies de lois discriminatoires et finalement des expulsions de Moscou en 1891.[9]

 

En 1906, la famille de Suger est au complet et s’installe à Anvers. Cette ville verra naitre le cinquième enfant alors que Suger occupe la profession de marchand et que sa femme est sans emploi. Ensemble, la famille revient à Bruxelles en 1908 après avoir habité à Borgherhout[10]. À Bruxelles ils choisissent de vivre à Anderlecht dans le quartier de Cureghem où logeaient, comme nous l’avons déjà mentionné, déjà beaucoup d’étrangers d’origine juive.[11] Ce quartier comportait un orphelinat israélite[12] et était le lieu de rencontre et d’organisation religieuse de Juifs orthodoxes provenant d’Europe de l’Est.

Il y aura par exemple, en 1911, un oratoire est installé provisoirement rue Gevaert par des dissidents de la jeune[13] Communauté Aschkenaz-Polen dite Orthodoxe.[14] Afin de faire reconnaître leur nouvelle synagogue qui porte le nom de Maschzika-Thora, ils envoient une pétition au ministre de la Justice. Cette pétition est particulièrement intéressante parce qu’elles mentionnent les adresses de ces dissidents et une très grande majorité d’entre eux habitent Cureghem.[15]

 

En 1914 alors que la guerre n’a pas encore éclaté, Chaïm, le fils ainé de Suger décède. Peu de temps après, la famille s’exile en Hollande afin de fuir l’occupation. Ils reviendront en Belgique en 1920 et le père travaillera à l’Hôtel Canada à Anvers au service des émigrants et pour le compte de la Red Star Line.

 

À travers les pièces de ce dossier, il apparaît que cette famille n’a pas eu de difficulté à s’installer en Belgique. La PE ne s’est pas intéressée à leur histoire et n’a pas produit d’enquête les concernant. Ce dossier est représentatif de la politique de la PE avant le conflit mondial parce que le seul intérêt que porte la PE pour cette famille repose dans le fait que Suger est colporteur. Mais parvenant apparemment à subvenir aux besoins de la famille, la PE ne leur porte pas une attention particulière.

 

Pour une meilleure qualité des photos, il faut cliquer dessus… 🙂

Capture d’écran 2014-08-22 à 18.23.39Le rectangle au sud-est localise Odessa, ville d’origine de Suger, tandis que celui du nord localise Kichinev où il y eut des pogrom en 1903. Entre ces deux villes il n’y a pas plus de 200km.

Capture d’écran 2014-08-22 à 18.24.34


[1] Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du moyen âge à la première guerre mondiale, Editions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1996, p. 124.

[2] Ibid, p. 163.

[3] En 1919, Emile Vandervelde s’exprimait en faveur d’une dénaturalisation des « inciviques » mais également en faveur d’un durcissement des lois de naturalisation. In Vrints, Antoon. « De “Klippen des Nationalismus”, de Eerste Wereldoorlog en de ondergang van de Duitse kolonie in Antwerpen », Cahier d’histoire du temps présent, 2002, pp. 7‑41. De Meester, Tom. « De natie onder vuur. De impact van de Eerste en Tweede Wereldoorlog op de juridische afbakening van het ’eigen volk ». Cahier d’histoire du temps présent, 1997, pp. 71-94.

[4] Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive… Op. Cit, p. 12.

[5] Dossier individuel n°763 663.

[6] Le travail de Benoit Majerus sur la Psychiatrie nous a beaucoup inspiré sur la façon dont une telle écriture était possible. Majerus, Benoît. « Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle », 2013.

[7] Cette citation vient d’une lettre envoyée par le bureau central de la Police de Rotterdam à la PE et concernant le dossier d’étranger n° 763 663.

[8] Notons que durant le 19ème siècle on retrouve beaucoup plus souvent de mention malgré l’interdiction constitutionnelle. Après la Première Guerre mondiale, cette pratique disparaître presque, et ne se retrouvera seulement dans les rapports de la brigade d’information de la Gendarmerie nationale dont les enquêtes discrètes permettront à la Police des Etrangers de surveiller les « étrangers suspects ».

[9] Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du moyen âge à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1996, p. 105.

[10] À Borgerhout, s’installeront de plus en plus de juifs orthodoxes comme l’atteste la reconnaissance d’une communauté orthodoxe dans cette ville en 1913. In Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du moyen âge à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1996, p. 148.

[11] Isabelle Emery (ed.), Histoire et mémoire des Juifs d’Anderlecht Années 1920-1940, Anderlecht, 2009.

[12] Situé au n° 15 rue Auguste Gevaert.

[13] La Communauté Aschkénaz-Polen avait été reconnue par arrêté royal en juin 1910.

[14] Copie d’une lettre du Consistoire au Ministère de la Justice, 1er mai 1911. AGR, SPF Justice, Service des Cultes et de la Laïcité. Dossiers du Culte Israélite, farde 114.

[15] Lettre de l’Oratoire de la Machzika-Thora au Ministère de la Justice, 12 octobre 1911. AGR, SPF Justice, Service des Cultes et de la Laïcité. Dossiers du Culte Israélite, farde 114.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *