Un objecteur sans polémique

14561899867_81917b60e6_z(c) Damien, Stromae Paleo 2014-16

Je ne suis pas fan de foot et j’ai regardé la coupe du monde plus pour partager des moments d’émotions avec des amis que parce que je m’y intéressais.

Mais s’il y a bien un évènement passionnant qui s’est déroulé durant la coupe du monde (et ce à travers mon oeil belgo-centriste) c’est le clip de Stromae.

Ca a commencé quand j’ai appris que la chanson Ta Fête de Stromae allait être utilisée pour représenter l’équipe de la Belgique. En plus d’avoir adoré son album √, j’ai été pendant un moment très fière que ce Bruxellois soit choisi, et ce malgré le racisme ambiant et grandissant en Europe.
C’était donc un sentiment confortable, voire presque rassurant. Cependant, après avoir vu le clip officiel de Ta Fête et lu les analyses publiées sur la toile, je me suis dit qu’en Belgique on avait loupé l’occasion de lancer deux débats et de tirer son chapeau à Stromae.

Mais avant de lire la suite, il faut le voir. Cela me permet de ne pas m’arrêter sur la description du clip, qui par ailleurs propose de nombreuses lectures tant par rapport au texte qu’à la vision stromaïenne de la vie.

Stromae a fait trois choix extrêmement osés et géniaux :

–       Alors que le clip est censé promouvoir l’équipe de foot belge, il rappelle à tous ses spectateurs le passé (post -)colonial de la Belgique. En effet, pourquoi avoir choisi des habits se référant de façon aussi claire à Mobutu. S’il voulait prendre une figure d’empereur très méchant (il est dans une arène), il y a un tas d’autres personnages historiques qui auraient pu passer. Stromae, étant rwandais d’origine, le choix du dictateur congolais est plus lié à l’histoire de la Belgique qu’à la sienne. Rappel rapide : suite à la décolonisation du Congo, la Belgique a mis au pouvoir Mobutu (en participant notamment au meurtre de Lumumba). Il est resté de nombreuses années au pouvoir laissant ainsi la Belgique postcolonialiser le pays.

–       Alors que ce clip est diffusé pendant la coupe du monde, il affiche une critique profonde de la FIFA : le maestro dans son clip n’est autre que le méchant dictateur/empereur romain. Il fait donc un lien entre Mobutu et la FIFA (argent, corruption,…)

–       Alors que cette chanson est chantée par les supporters belges, Stromae représente les fans de foot comme des déchainés, des uniformisés, des gens qui par le pain et les jeux en ont oublié les injustices du monde.

Ces critiques, si fines que presque aucun commentaire n’en fait référence, ne sont pas un hasard. Stromae, ses textes tout comme l’absolu contrôle qu’il a du marketing (sa ligne de vêtements, son utilisation des réseaux sociaux, le mystère qu’il parvient à garder sur sa personne alors qu’il est invité sur de nombreux plateaux télévisés et est le sujet de nombreux articles) me font croire que son clip Ta Fête a été très étudié, et ne laisse aucune place à une coïncidence.

C’est pourquoi chapeau bas : en chantant pour la Belgique pendant la coupe du monde, il a eu le culot et l’honneur de confronter la Belgique a son histoire la plus noire, de dépeindre une FIFA cruelle et de faire incarner les supporters en « moutons de Panurge ». Et tout ça sans que ça ne produise aucun débat… Son image est restée aussi lisse que ses costumes.

 

 


Une réflexion au sujet de « Un objecteur sans polémique »

  1. Merci Yasmina de m’avoir fait découvrir ce clip de Stromae (sur lequel j’avais un a priori plutôt négatif, non sans une certaine distance hautaine ou une méfiance de bon aloi jusqu’à son clip Carmen réalisé par l’excellent Sylvain Chomet) ainsi que ton regard sur celui-ci. J’y voyais pour ma part beaucoup de choses qui vont dans le sens de tes remarques mais il y a certains éléments essentiels que je ne voyais pas (le rapport au Congo). Je suis en tout cas sensible à l’univers à la fois concentrationnaire et absurde, qui se mêle au panem et circenses, avec également l’écho tout de même du consumérisme actuel (je dirais l’habillement du héros footballeur sans football, qui n’est pas sans évoquer un mode un peu Arlequin, et le rapport aux deux femmes qui l’agressent autant qu’elles le caressent dans une ambigüité qui n’est pas sans rappeler le star system). L’atmosphère me rappelle celui de certaines bandes dessinées capables d’évoquer de façon si prégnante et si proche un univers aussi surréaliste (par exemple, les bd de Marc-Antoine Mathieu avec leur important héritage kafkaïen). La chute (et l’impossible sortie) est incroyable. Elle me rappelle cette belle nouvelle de Kafka : « Un message impérial » :
    http://www.oeuvresouvertes.net/spip.php?article713

    Bonne continuation dans ta recherche et ton carnet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *