Le colporteur juif en Belgique à la fin du 19ème siècle – Annonce de conférence

 Conférence pour le colloque international “antisémitisme au 19ème siècle d’une perspective internationale” qui aura lieu le 21-23 octobre 2015 à l’IHA Paris.[1]

La femme appartenant au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans le discours de la société européenne du 19ème siècle. Il sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et des discriminations qui s’ensuivent « féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé. »[3]

Mais si la féminisation est un processus systématique, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[4]

La définition du musulman des colonies est également construite en opposition à la définition que se donnent eux-mêmes les Européens. Sont caractéristiques des « Mahométans », « la jouissance du corps, le fatalisme, l’hébétude, l’apathie, l’insouciance »[5]. L’Oriental est féminin par définition.[6]

Au 19ème siècle, les Juifs en Belgique forment encore un groupe distinct des Belges. L’étranger juif colporteur est par conséquent exclu et représente une altérité par excellence : il est marginal par sa religion, sa nationalité et sa profession.

 

Durant cette conférence, ce groupe particulier de colporteurs sera au cœur de notre réflexion portant sur les concepts de « féminisation » ou de « dévirilisation » pour l’étude de l’antisémitisme ? À l’aide de comparaison avec les discours sur d’autres groupes dominés, la particularité de l’hostilité envers les juifs en Belgique avant la Première Guerre mondiale sera étudiée. Mais les ressemblances avec les autres groupes dominés seront également considérées puisque tous ces groupes ont été ciblés de discours négatifs afin de justifier leur infériorité face à l’homme européen blanc.

Finalement, nous nous intéresserons à l’impact concret des représentations négatives sur les colporteurs juifs ainsi que sur l’attitude de la Police des Étrangers.

 

[1] Le colloque est organisé par les instituts historiques allemandes Londres, Moscou, Paris, Rome, Varsovie, Washington, le Forum de l’histoire de l’art Paris et l’Orient Institut Istanbul de la fondation Max Weber ainsi que le Zentrum für Antisemitismusforschung, TU Berlin.

[2] L’Autre est changeant, il n’a pas d’identité stable parce que défini comme tel par le groupe dominant. En fonction des situations, il change. Il peut être femme, noir, jeune, juif, étranger,… Même s’il possède différentes identités, il sera toujours essentialisé par le groupe dominant, de façon à ce qu’une seule de ses identités le définisse.

[3] Ewa Maczka, « La “belle Juive”, avatars d’une figure de l’Autre en littérature française », in Scripta Jadaica Cracoviensia, issue 8/2010, p. 87.

[4] Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949, p. 27.

[5] Berthelier Robert, « À la recherche de l’homme musulman », Sud/Nord, 2007/1 n° 22, p. 129. DOI : 10.3917/sn.022.0127

[6] Edward W. Said, L’orientalisme. L’orient créé par l’Occident, Seuil, 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *