Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

La définition du musulman des colonies française est également construite en opposition à la définition que se donnent eux-mêmes les Européens. Sont caractéristiques des « Mahométans », « la jouissance du corps, le fatalisme, l’hébétude, l’apathie, l’insouciance »[4]. Edward Said l’a très bien démontré, l’Oriental était féminin par définition.[5]

Au 19ème siècle, malgré l’émancipation, les Juifs en Belgique forment encore un groupe distinct des Belges. De ce fait, l’étranger juif colporteur représente une altérité par excellence : il est marginalisé à cause de sa religion, sa nationalité et sa profession.

Durant cette conférence, ce groupe particulier de colporteurs sera au cœur de notre réflexion portant sur les concepts de « féminisation » ou de « dévirilisation » comme outil d’étude de l’antisémitisme.

À l’aide de comparaison avec les discours sur d’autres groupes dominés, la particularité de l’hostilité envers les juifs en Belgique avant la Première Guerre mondiale sera étudiée. Pour ce faire, nous utiliserons les archives de la police des étrangers, qui est un intermédiaire directe entre l’État belge et les étrangers.

1.      Représenter : ce que le discours exprime sur les colporteurs juifs

La Police des Étrangers est un organe de l’État. C’est un service de la Sûreté publique qui à l’époque intégrait le Ministère de la Justice.

Cet organe avait pour vocation de surveiller tous les étrangers inscrits en Belgique afin de les expulser dans le cas où ces derniers seraient indésirables[6] sur le territoire. D’après nos recherches, il est apparu que les colporteurs juifs étaient souvent susceptibles d’être stigmatisés.

Mais d’où vient cette suspicion ? Quelle était l’image véhiculée du colporteur juif ?

Les archives de la Police des Étrangers proposent – en plus des dossiers individuels reprenant le parcours de chaque étranger inscrit dans le royaume – des dossiers généraux, dont les dossiers 575 et 578, qui sont exclusivement consacrés aux colporteurs étrangers et aux mesures à prendre à leur encontre. S’il y a mesure à prendre, c’est parce qu’il y a un supposé danger. C’est pour cette raison qu’il est possible de trouver dans ces archives, les justifications de ces contrôles discriminatoires (parce qu’exclusivement réservés à un groupe défini). On y lit par exemple :

« J’admets que les colporteurs juifs ont donné lieu à des plaintes nombreuses et justifiées et j’admets aussi qu’il eut bon d’agir contre les étrangers qui discréditent le renom d’honnêteté et de loyauté du commerce belge. »[7]

Ou encore dans le dossier de Moïse Prins colporteur Hollandais :

« Tromper le monde sur la qualité ou la quantité de leur marchandise, c’est le délit que les colporteurs juifs commettent généralement et très couramment. (…) Une note du 9 mai dit que l’administration doit se montrer sévère à l’égard des trompeurs de la catégorie dont il s’agit parce qu’ils sont habiles. On peut ajouter sans crainte qu’ils récidiveront toujours. Du moment qu’un étranger de cette catégorie a encouru même conditionnellement une condamnation (…), il doit être considéré comme dangereux pour l’ordre. »[8]

On peut relever de ces notes plusieurs informations pour notre analyse :

  • Les colporteurs juifs sont trompeurs. L’agent établit une corrélation claire entre la judaïté et l’escroquerie.
  • Parce qu’il n’y a pas de doute sur la nature de ces personnes, l’état doit prendre des mesures rigides à leurs égards.
  • Ces mesures doivent être également sévères parce que les colporteurs de cette catégorie (on remarque au passage que l’agent préfère écrire « catégorie » à « Juifs ») sont habiles et trompeurs. Leur nature les pousse à ne pas respecter la loi, mais aussi, leur dote d’une habileté particulière. Cette dernière remarque permet de souligner le danger que les colporteurs juifs représentent. Ils sont malhonnêtes ET malins.
  • Et bien sûr, quatrièmement « ils récidiveront toujours ». Cette information, je pense, permet à l’agent de ne pas se poser de problèmes de conscience. Après avoir établi les frontières claires de ce groupe et l’avoir stigmatisé (dans le sens d’attribuer un stigmate, une tare, qui leur est intrinsèque), l’agent établi avec ces termes que jamais en fait, il ne pourra se tromper en condamnant un colporteur juif. C’est dans la nature du colporteur juif de tromper, c’est pourquoi ça ne sert à rien de lui donner une deuxième chance, il recommencera toujours.

De nombreux autres extraits pourraient encore être étudiés, mais je crois que ceux présentés dans ce cadre suffisent pour expliquer cette réflexion.

2.      Dominer : ce que ces discours expriment sur les rapports de domination

Nous voyons donc dans ces extraits, les qualificatifs « trompeur » et « habile ». Que représentent ces termes en terme de genre ?

Tromper n’est en aucun cas un attribut représentant la virilité de l’homme blanc européen. Cependant, ce qualificatif n’est pas non plus un attribut féminin.

En réalité, « tromper » c’est l’attribut du dominé. C’est l’attribut de celui qui doit utiliser d’autres règles de jeu pour survivre dans un monde qui lui est hostile. Selon la perspective, « le fait de tromper » sera une menace, ou une force. Le dominant dira que le dominé trompe, alors que le dominé qualifiera probablement ses actions de « stratégie » ou encore « résistance au système ».

Le terme « habile » par contre peut-être associé à la virilité de l’homme blanc. Mais pris dans le contexte des colporteurs juifs, ce terme exprime en réalité une mise en garde. Sont attribuées aux colporteurs des qualités qui ne les rendent pas plus vertueux, mais bien plus dangereux.

3.      Comparer : ce qui influence ce discours

Le qualificatif « habile » dans le cadre commercial est aussi retrouvé pour d’autres groupes. Je prends maintenant le cas que je connais bien, des Arabo-swahilis parce que je connais bien ce cas.

Les Arabo-swahilis sont au Congo avant l’arrivée des Européens. Quand ces derniers commenceront à explorer l’intérieur de l’Afrique, ils utiliseront alors les réseaux de caravanes, les interprètes, et les esclaves des Arabo-swahilis. Les Arabo-swahilis sont intéressants parce qu’il ne s’agit pas de colonisés. En fait, à l’arrivée des colons européens, ils seront dans un premier temps collaborateurs et plus tard concurrents. Le discours européen change en même temps que l’évolution politique et la stabilisation des infrastructures des intéressés. Autrement dit, le discours et les qualificatifs sur les Arabo-swahils changent avec les besoins de l’Européen.

Quoi qu’il en soit, les Arabo-swahilis sont aussi « trompeurs » comme l’attestent les écrits des agents. J’en prends deux exemples :

« Tous sont d’adroits et rusés négociants, connaissant d’instinct les lois de l’offre et de la demande et sachant admirablement en tirer parti. »[9]

Il s’agit bien, d’après l’auteur, d’un don naturel, d’une capacité n’ayant absolument rien à voir avec un quelconque apprentissage. Mais on voit ici que finalement même si l’on pointe une petite critique, cet extrait semble être assez positif.

Dans l’ouvrage du 19ème siècle classant les races humaines, un autre extrait fait référence à l’habileté commerciale de « l’Arabe » :

« on pourrait croire que l’Arabe, fanatique observateur du Coran qui défend de prêter de l’argent à intérêt, fataliste, insouciant du bien-être, ne cherche par aucun moyen à réaliser des bénéfices ; pourtant rien ne serait plus erroné. Il présente au contraire des aptitudes commerciales des plus remarquables. »[10]

Si l’Européen s’était cru victime de l’habilité commerciale de l’Arabe, il est probable que ce dernier n’aurait pas été présenté de la même façon. Il aurait été probablement dépeint comme le colporteur juif, c’est-à-dire que l’habileté aurait été présentée comme un danger et par conséquent, aurait été défini avec des termes négatifs tels que « trompeur ». Avec ces exemples, on peut voir comment les stéréotypes évoluent en fonction du contexte politique et économique.

Conclusion : Déviriliser – Féminiser – apports de ces concepts

Est-ce que « déviriliser », c’est « féminiser » ? Ou « déféminiser » est-il synonyme de « viriliser » ? Non un groupe peut être dévirilisé et déféminisé en même temps sans être ni féminisé ni virilisé. Il faut donc poser les questions séparément, puisqu’elles amènent différentes réponses.

Alors, y a-t-il eu une dévirilisation du colporteur juif dans les discours de la Police des Étrangers ?

Les qualificatifs utilisés pour parler du colporteur juif ne sont généralement pas associés à la masculinité de l’homme blanc. Mais quand cela est le cas, ils sont associés à une nature soi-disant mauvaise, qui leur fait perdre toute vertu initiale. Le colporteur juif n’est donc pas présenté comme viril.

Mais s’il y a une absence de virilité dans le portrait du colporteur juif, il n’y a pourtant pas de portrait féminisé du colporteur.

Comment peut-on alors définir ou caractériser le discours de la Police des Étrangers à propos des colporteurs juifs ?

  • féminiser, marginaliser, déshumaniser

D’après notre lecture, les Gender Studies permettent en quelque sorte de mesurer la force de l’antisémitisme. Simone de Beauvoir écrivait : « L’éternel féminin » c’est l’homologue de « l’âme noire » et du « caractère juif ». Le problème juif est d’ailleurs dans son ensemble très différent des deux autres : le Juif pour l’antisémite n’est pas tant inférieur qu’un ennemi et on ne lui reconnaît en ce monde aucune place qui soit sienne ; on souhaite plutôt l’anéantir. »[11]

L’inférieur n’est donc pas automatiquement ennemi bien que l’ennemi est toujours inférieur.

D’après Simone de Beauvoir, il semblerait alors que l’exogroupe tant qu’il n’est pas considéré comme étant ennemi – bien qu’inférieur – peut trouver sa place dans une société paternaliste et discriminante à son égard. (C’est par exemple le cas de la femme aujourd’hui)

Pour cette raison, on peut comprendre l’inintérêt pour la Police des Étrangers de féminiser les colporteurs : on n’est pas paternaliste avec un groupe menaçant.

Quand l’exogroupe est considéré comme étant trop dangereux, pour quelques raisons que ce soit (raisons généralement créées par le groupe dominant et souvent indépendantes du groupe ciblé), l’attitude du dominant change et passe du paternalisme à la confrontation directe et parfois violente. Dans ce cas-là, les discours du dominant ne présenteront plus l’exogroupe comme féminin, mais comme ennemi.

On pourrait penser qu’à travers l’émancipation du patriarcat dominant, l’identité masculine de l’exogroupe pourra être reconnue. Ce n’est pourtant pas le cas. Si un groupe dominé se révolte, ou tente de s’affranchir, le groupe dominant passera du répertoire de l’infériorité féminine, à l’infériorité barbare et déshumanisée.

Mais si le modèle de Simone de Beauvoir nous inspire, il nous semble pourtant qu’il y a une étape intermédiaire entre le groupe inférieur qu’on féminise et le groupe ennemi qu’on veut « éradiquer ».
On présenterait les trois étapes de la sorte :

L’Autre, inférieur, mais inoffensif dont on tire un profit et qui par conséquent peut se voir attribuer des qualités associées à la féminité ; la femme, le noir des colonies…

L’Autre, inférieur menaçant qu’on méprise et exclu, mais dont on tolère l’existence en marge de la société ; le colporteur juif, les Sinté et Roms.

L’Autre, inférieur et menaçant, qu’on déshumanise et finalement qu’on ne peut plus tolérer pour une question de survie. Le juif en Allemagne nazi.
On peut y tirer la triade « exploitation, exclusion, éradication ».

Mais revenons au discours de la police des étrangers sur les colporteurs juifs. On l’a dit, le colporteur juif est perçu comme un élément dangereux (parce que « discrédite le commerce belge à l’étranger », et parce qu’il « trompe d’honnêtes Belges ») et concurrent (parce que les petits commerçants belges considèrent que le colportage est de la concurrence déloyale). Par rapport à cette représentation négative, la Police des Étrangers donne une réponse très agressive. Elle ne féminise absolument pas le colporteur. Il est inférieur, certes, mais pas inoffensif. Il est en fait dans la deuxième situation, essentialisé, mais encore humain, menaçant, mais qu’on tolère.

Il reste à savoir comment cette évolution s’effectue. Comment un groupe passe-t-il d’un statut à l’autre ? Étant donné que tout se base sur la perception même du groupe dominant, on peut imaginer que l’Autre est complètement dépendant de la façon dont il sera perçu. Nous l’avons vu, le discours varie en fonction des objectifs économiques et politiques du groupe dominant.

Il faut donc peu pour qu’un groupe passe d’une étape à l’autre. Il faut qu’une perception extrêmement négative se répande et que le sentiment de peur se généralise. Ce qui n’est pas le cas que connaissent les juifs en Belgique.

Finalement on retirera de ces aller-retour entre Gender Studies et Antisemitismusforschung :

1° Il n’y a pas besoin de féminiser pour inférioriser un groupe et par conséquent il n’y a pas pas de dévirilisation ni de féminisation du colporteur. L’absence de féminisation, dans ce cas, témoigne en fait d’un autre type de domination qui est plus excluante.

2° Nous avons vu également que la Police des Étrangers ne reconnaît au colporteur juif aucune place en Belgique qui soit sienne, mais que le groupe des juifs n’étant pas dans son ensemble ciblé, nous ne nous retrouvons pas dans la définition de l’antisémitisme que donne Simone de Beauvoir.

3° Le troisième point, concerne le glissement d’un groupe à l’autre. Ce glissement est en réalité très léger dans le discours, mais pourtant très lourd de conséquences.

4° Nous avons pu tirer des Gender Studies une nouvelle réflexion sur l’analyse de l’antisémitisme. La domination étudiée par les Gender Studies pour analyser le type de domination antisémite de la police des étrangers. Et cette analyse nous a montré que la recherche sur l’antisémitisme peut également aider à nuancer les types de dominations étudiés par les Gender Studies.

 

Ce post est basé sur une conférence tenue à l’Institut Historique Allemand de Paris le 23 octobre 2015. Pour voir la vidéo de la conférence clickez ici. Un grand merci à Jakub et Albrecht pour leur aide.

 

[1] Ewa Maczka, « La “belle Juive”, avatars d’une figure de l’Autre en littérature française », in Scripta Jadaica Cracoviensia, issue 8/2010, p. 87.

[2] L’Autre est changeant, il n’a pas d’identité stable parce que défini comme tel par le groupe dominant. En fonction des situations, il change. Il peut être femme, noir, jeune, juif, étranger,… Même s’il possède différentes identités, il sera toujours essentialisé par le groupe dominant, de façon à ce qu’une seule de ses identités le définisse.

[3] Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949, p. 27.

[4] Berthelier Robert, « À la recherche de l’homme musulman », Sud/Nord, 2007/1 n° 22, p. 129. DOI : 10.3917/sn.022.0127

[5] Edward W. Said, Lorientalisme. Lorient créé par lOccident, Seuil, 2005.

[6] Pour juger si la personne était « indésirable », la Police des Etrangers s’intéressait à la dimension morale (pour tout ce qui concerne les mœurs), judiciaire (délit et crime) et politique (occupations politiques considérées dangereuse comme l’anarchisme).

[7] AGR, Police des Etrangers, dossier général n°578, note concernant le dossier d’étranger n°236 336, 1889.

[8] Correspondance entre fonctionnaires de la PE. AGR, Police des Étrangers, dossier d’étranger n° 497 028.

[9] Alexis Marie Gochet, Le Congo Belge illustré, ou l’État indépendant du Congo (Afrique centrale) sous la souveraineté de Léopold II, Roi des Belges : Histoire de sa fondation, géographie, ethnographie, traite des nègres, moeurs et coutumes des indigènes, commerce et objets d’échange : d’après les documents officiels et les récits des explorateurs, Liège, Dessain, 1887, p. 172. Hodister confirme cette idée dans Hodister « Les Arabes sur le Haut Congo », in A.-J. Wauters (dir.), Le Mouvement géographique. Journal populaire des sciences géographiques. Illustré de cartes, plans et gravures. 7ème année, (Bruxelles : P. Weissenbruch, Imprimeur du Roi, 6 septembre 1891, n°19, pp. 83-84.

[10] Alfred Edmund Brehm et René Verneau, Merveilles de la nature…, op. cit., p. 567.

[11] Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949, p. 27.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *