Tous les post que j’aurais voulu écrire…

Tous les post que j’aurais voulu écrire…

Ça fait quelques mois que je n’ai plus rien publié sur ce blog. Pourtant, j’ai eu des idées d’articles, des choses que j’aurais aimé partager. Des articles parfois commencés et laissés à l’abandon et d’autres qui sont morts-nés, ceux qui sont restés en tête sans jamais m’avoir fait écrire un seul mot à leur propos.

Comme ces idées font en quelque sorte partie du passé et que c’est frustrant de travailler sur des inspirations qui n’inspirent plus, j’ai décidé de juste les nommer. Pour que toutes ces idées abandonnées pour une quelconque raison aient au moins une épitaphe.

J’aurais voulu écrire… un commentaire sur la conférence donnée par Alain Badiou à la Schaubühne à Berlin. Il m’avait donné l’impression qu’on peut encore garder espoir dans le futur et être de gauche. Par ailleurs, j’avais l’impression qu’il s’agissait plus de foi que d’une vision réaliste.

J’aurais voulu écrire un compte rendu d’une musée « communal » de Schöneberg qui consacre un étage entier à l’immigration. Peu de place pour l’histoire, mais beaucoup pour l’individu. On est entièrement dans la vague des musées de la vie quotidienne.

Cette exposition, se compose d’un couloir central proposant quatorze portes. Lorsque l’on passe l’une d’elles, on entre dans une chambre sensée être celle de la personne qui l’a décorée. Entre photos de famille, musique du pays d’origine, poster de musique actuel, on entre réellement dans l’univers et l’intimité d’une personne qui se présente aussi oralement (une bande-son s’enclenche si le visiteur appuie sur un bouton). On entend alors des récits de vie, des explications des objets présents dans la pièce,… Je recommande ce petit musée qui ne paye pas tellement de mine, mais qui m’a paru avoir fait un travail malin, personnel et nuancé avec peu moyen. Il a réussi à parler de l’immigration sans être dans la tristesse, dans la caricature, dans les chiffres et loin du vécu.

J’avais commencé à écrire un article sur une manifestation de l’AfD (Alternativ für Deutschland un parti d’extrême droite) qui a eu lieue le sept octobre 2015 à Berlin. Je ne suis pas parvenue à le terminer. Les dernières phrases étaient trop pessimistes ce qui ne me satisfaisait pas du tout.

C’était la première fois que je voyais à Berlin les manifestants d’extrême droite être plus nombreux que les contre-manifestants. Les contre-manifestants ne sont d’ailleurs pas parvenus à les bloquer. Le soir même, j’avais écrit ces lignes :

« Les sentiments sont mélangés. D’abord, il y a eu les sentiments d’incompréhension et de colère provoqués par les discours incohérents et haineux de l’AfD, puis celui d’être passifs suite à cette étrange ironie du sort dramatique d’inversion des rôles : nous étions bloqués alors que nous voulions bloquer les manifestants l’AfD.

Après l’incompréhension, la colère, la paralysie, est venu le désarroi lorsque les organisateurs de la manifestation ont officiellement remercié la police d’avoir rendu l’événement possible. Ces derniers, on le sait, ont permis à la manifestation de se frayer un passage à travers les différentes «blokade» mal organisées, parce que pas assez grandes. Que la police allemande permette aux manifestants de manifester, cela est habituel. Mais que les responsables d’extrême droite leur affichent leur sympathie, cela est vraiment perturbant. D’autant plus que la police nous a bloqué le passage, et que nous avons dû par conséquent assister au défilé des manifestants souriants nous saluant ironiquement.

Finalement alors, beaucoup de frustrations aujourd’hui. Frustration face au manque d’organisation de « la gauche » qui a permis aux manifestants d’extrême droite de se sentir presque valoriser par notre présence risible et inefficace. Nous pouvions crier sur leur passage, mais ça leur donnait presque plus d’importance. Frustration de voir qu’à Berlin, la droite peut gagner, même si cela ne s’est exprimé que durant une manifestation. Enfin, une frustration teintée de peur provoquée par l’idée que l’extrême droite se répand et s’organise mieux, pendant que la gauche semble se dissoudre et avoir toujours moins d’espoir.”

J’aurais voulu écrire un compte rendu critique de l’ouvrage de Bertrand Herremans, Entre terreur rouge et peste brune, la Belgique livide (1818-1940). La diplomatie belge face aux Juifs et aux antisémites. Je l’avais lu alors que je commençais ma recherche, en 2012 donc. Je l’avais acheté, curieuse et pleine d’espoir et m’étais finalement retrouvée très déçue par cette recherche prometteuse qui effectivement avait pour objectif de combler un manque dans la bibliographie belge sur ce sujet. Bien que cet ouvrage apporte une série de faits encore peu connus, l’analyse des sources faite par l’auteur est complètement manquante. J’ai eu l’impression en lisant cet ouvrage que Bertrand Herremans a compilé tous les passages de sa thèse concernant l’antisémitisme sans donner la contextualisation nécessaire pour appréhender l’évolution de la mentalité des diplomates belges travaillant en Europe. Les seules informations concernant le contexte ne sont en réalité que des lieux communs (peur du rouge dans les années vingt et peur du nazisme dans les années trente) qui ne sont pas approfondis. Il reste donc au lecteur la sensation que l’auteur a utilisé ces sources avec très peu de critique historique et seulement pour illustrer une thèse déjà connue.

J’aurais voulu écrire sur les attentats de Bruxelles, sur une séance au Centre Marc Bloch de Berlin que j’ai donné sur les blogs hypotheses, sur mon expérience d’assistante de langue française à Berlin, sur le film Mustang, mais le temps ou les mots ont manqué.

J’aurais voulu écrire… J’aurais voulu écrire… mais ce n’est pas que des regrets. Je n’ai pas écrit ce que j’aurais voulu écrire sur ce blog, mais j’écris d’autres pages qui presque chaque jour se remplissent et qui j’espère, formeront dans quelques mois ce que j’ai commencé il y a trois ans et demi !

Bon weekend à tous ! C’est le printemps !


2 réflexions au sujet de « Tous les post que j’aurais voulu écrire… »

  1. Chère Yasmina,

    Ce relevé de ce que vous auriez voulu écrire est en soi passionnant. Je reste en particulier intrigué pour Mustang, mais je me suis senti nourri par tous les éléments évoqués (la conférence de Badiou, le musée de Schöneberg et, plus spécialement, parce que déjà plus développé, la manifestation de l’AfD et l’ouvrage de Bertrand Herremans). Bon courage pour l’accomplissement de la recherche doctorale en cours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *