DAS KALKWERK – OU COMMENT SE RASSURER SUR SON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE EN FIN DE THÈSE

 

fullsizerender1

Hier, j’ai décidé d’aller au théâtre. Après une semaine passée à Bruxelles et quelque peu déphasée dans mon organisation de relecture de thèse, une sortie au théâtre m’est apparue comme étant l’un des meilleurs remèdes contre la perte de repères. Il faut le dire, la perte de repères, qui entraine alors une instabilité psychologique causant par ailleurs un manque de confiance en soi, n’est pas l’unique, mais bien l’une des expériences communes des doctorants.

Rien de grave en somme, juste une expérience formatrice, n’est-ce pas.

Quoi qu’il en soit, hier donc, je décide d’aller au théâtre. Je choisis celui de la Schaubühne qui propose du théâtre contemporain et, paraît-il, offre une belle programmation. Je dois choisir entre deux pièces : Das Kalkwerk et Never Forever. Pour trancher, au lieu de lire le synopsis (j’ai toujours trouvé ça plus rigolo de ne rien savoir sur ce que j’allais voir), je regarde le prix des tickets. Eh oui, la fin de thèse sans financement justifie quelques pratiques. Le site internet de la Schaubühne indique qu’il reste des places à 9 € pour Das Kalkwerk et à 45 € pour Never Forever. Mon choix est fait.

Das Kalkwerk – ou la drôle coïncidence

Das Kalkwerk. Hum… Das Kalkwerk, c’est une pièce de théâtre issu d’un roman de Thomas Bernhard, racontant l’histoire d’un homme, Konrad, devenant fou à cause de son étude qu’il ne parvient pas à écrire. Cette étude qui porte sur Das Gehör (l’ouïe) l’amène à utiliser sa femme comme cobaye humain, à lui faire entendre des bruits dérangeants, à la harceler, à la maltraiter… Das Kalkwerk, c’est l’histoire d’un homme tellement obsédé par son travail qu’il en vient à s’imaginer une femme, à s’imaginer que celle-ci jette au feu son manuscrit et à la tuer. Cette femme, donc imaginaire, n’est autre que Konrad lui-même, qui en la tuant, se tue.

C’est vrai, raconté, comme ça, la pièce paraît déprimante. Or, quoique dérangeante, elle est assez drôle – mis à part le passage très étrange où Konrad glisse sur le ventre dans de la farine, des œufs et de la panure. J’avoue, là, j’ai juste pas compris.

Je conseillerai donc cette pièce aux Berlinois en thèse – où le roman pour les autres thésards – pour qu’ils puissent se rassurer sur leur état psychologique (oui, oui nous on va bien en fait) et puis aussi pour rigoler. Quelques scènes ne manqueront pas de rappeler à certains d’étranges réflexions ou attitudes vécues.

 

Dessin: portrait de Felix Römer (Konrad) par Y. Zian

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *