S.F. – n° 825 969

Parcours d’étrangers en Belgique : essai 1

L’objectif de cette nouvelle série de post est de rendre accessible les différents types d’informations qu’on retrouve dans les archives de la police des étrangers (consultables aux AGR). En rapportant chronologiquement les évènements qui se produisent dans la vie d’un étranger, je veux mettre la lumière sur les parcours qui m’ont permis de mieux comprendre les pratiques et les représentations de la police des étrangers à l’égard des juifs étrangers de Cureghem.

Nationalité : Russe 
Date de naissance : 15 février 1888
Lieu de naissance : Varsovie
État civil : Célibataire
1ère adresse en Belgique : rue Grisar à Anderlecht
Date d’inscription : 14 novembre 1906
Profession : cravatier

 

L’avant-guerre : installation, déménagement et mariage

F. arrive à Bruxelles en 1906 et s’installe à Anderlecht. Un mois plus tard, la police des étrangers demande des informations le concernant à au Directeur du département de la justice du ministère de l’Intérieur à Saint-Pétersbourg. Aucune trace dans le dossier de F. indique que les autorités à Saint-Petersbourg ont répondu à cette lettre. La stabilité professionnelle de F. qui est toujours cravatier, n’implique pas une stabilité géographique : il déménage en janvier à Saint-Josse-ten-Noode, en juillet 1907 à Bruxelles et en juin 1908 il retourne à Saint-Josse. Il a  déménagé quatre fois en un an et demi. Seul sa stabilité financière qu’il acquiert après la guerre lui permettra de s’installer durablement à une adresse.

À Saint-Josse, F. rencontre F.W., une lingère née à Bielsk (dans le gouvernement de Grodno appartenant à l’Empire tsariste) et l’épouse. Ensemble, le couple s’installe à Schaerbeek et leur première enfant, Maurice Georges y nait en janvier 1910. En 1912, la famille déménage à Anderlecht, rue Van Lint.

La guerre 14-18 : premières rencontres avec la justice

Le comportement discret du couple ne laisse plus de trace dans le dossier de la police des étrangers jusqu’en 1915. Durant cette année, alors que la Belgique est occupée par l’armée allemande et que F. donne trois francs en faveur du Comité National de Secours et d’Alimentation[1] permettant le ravitaillement en nourriture de la population belge, il est accusé de détournement. Cette affaire est classée sans suite. En 1916, il est condamné pour « injures » et paye une amende de dix francs. La même année, le recensement d’étrangers commandé par la Sûreté publique et effectué par les communes belges[2] indique que la famille se trouve toujours en Belgique : elle réside à Anderlecht, rue Rossini, dans le quartier de Cureghem connu pour sa population juive des Pays-Bas et d’Europe de l’Est.[3]

Les années vingt : frontières fermées, demande de visa, carte d’identité saisie

En 1920, F. et sa famille nouvellement polonais, ont encore déménagé : ils sont retournés vivre dans la commune de Bruxelles. Depuis la création de la Pologne, beaucoup d’étrangers de nationalité russe acquièrent la nationalité polonaise.

En 1922, le procureur du Roi, Huyttens de Terbecq demande à la police des étrangers de lui envoyer toutes les informations qu’elle possède sur F. Ce dernier est une nouvelle fois accusé pour « détournement » alors qu’il professe le métier de négociant. L’enquête menée par la police des étrangers apprend au procureur du Roi à Liège qu’en 1919, F. a été condamné à 50 francs d’amende du chef « d’entretien de concubine ». Malgré le travail de la police des étrangers, il semblerait que l’affaire de détournement soit, comme la première, classée sans suite.

En 1925, du fait de sa profession de négociant, F. quitte parfois le territoire belge. Conséquence de la guerre, les contrôles à la frontière sont plus réguliers. Par ailleurs, depuis 1923 tout étranger voulant entrer sur le territoire belge doit être porteur d’un visa. Par conséquent, alors que F. revenait en Belgique, le voilà que sa carte d’identité est saisie par un contrôleur à la frontière. Le document envoyé à la police des étrangers par la Gendarmerie nationale (Groupe de Liège, Compagnie de Verviers, District d’Eupen, Brigade d’Eupen) indique :

« La carte d’identité lui a été retirée par le (…), lequel a informé l’intéressé qu’il pourrait retirer cette pièce au bureau de Monsieur le Gouverneur de la Province moyennant paiement du coût de visa. »

Un an plus tard, il est accusé de « blessure par imprudence » qui aurait eu lieu une nouvelle fois à Liège. Du fait de cette nouvelle enquête ouverte par le procureur du roi A. Polain, le casier judiciaire de F. est envoyé à la Sûreté publique. Ce casier fait alors mention d’une amende de 15 francs de chef de « vitesse auto ». Cette petite information témoigne de la stabilité financière que connait F., la possession d’une voiture automobile n’étant pas commune dans les années vingt.

Voici un parcours parmi d’autres illustrant les informations récoltées par la police des étrangers (organe de la Sûreté publique) concernant les étrangers qui ont immigré en Belgique.

Ce parcours relativement tranquille et issu du dossier d’étranger n° 825 969 est représentatif d’un tas d’autres. Certains dossiers par contre possèdent des informations rappelant que les juifs de Cureghem sont particulièrement criminalisés du fait de leur religion, leur statut social, leur genre et leur nationalité. Ça sera l’objet d’un prochain post.

 

[1] AGR, C.N.S.A Comité Anderlecht, Bte n°231.

[2] Sur le contexte dans lequel ce recensement a été fait voir : Yasmina Zian, « Un antisemitisme latent ? La criminalisation du juif de Cureghem par la Sûrete publique et ses institutions partenaires (1880 – 1930) », thèse de doctorat en histoire, Zentrum für Antisemitismusforschung Technische Universität Berlin, Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité Université Libre de Bruxelles, non publiée.

[3] Voir : Jean-Philippe Schreiber, « Immigration juive à Bruxelles au XIXème siècle : le cas du quartier de Cureghem », Noordbrabants historisch Jaarboek, Deel 26, 2009, pp. 190-210.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *