Archives pour la catégorie Actualités / News

S.F. – n° 825 969

Parcours d’étrangers en Belgique : essai 1

L’objectif de cette nouvelle série de post est de rendre accessible les différents types d’informations qu’on retrouve dans les archives de la police des étrangers (consultables aux AGR). En rapportant chronologiquement les évènements qui se produisent dans la vie d’un étranger, je veux mettre la lumière sur les parcours qui m’ont permis de mieux comprendre les pratiques et les représentations de la police des étrangers à l’égard des juifs étrangers de Cureghem.

Nationalité : Russe 
Date de naissance : 15 février 1888
Lieu de naissance : Varsovie
État civil : Célibataire
1ère adresse en Belgique : rue Grisar à Anderlecht
Date d’inscription : 14 novembre 1906
Profession : cravatier

 

L’avant-guerre : installation, déménagement et mariage

F. arrive à Bruxelles en 1906 et s’installe à Anderlecht. Un mois plus tard, la police des étrangers demande des informations le concernant à au Directeur du département de la justice du ministère de l’Intérieur à Saint-Pétersbourg. Aucune trace dans le dossier de F. indique que les autorités à Saint-Petersbourg ont répondu à cette lettre. La stabilité professionnelle de F. qui est toujours cravatier, n’implique pas une stabilité géographique : il déménage en janvier à Saint-Josse-ten-Noode, en juillet 1907 à Bruxelles et en juin 1908 il retourne à Saint-Josse. Il a  déménagé quatre fois en un an et demi. Seul sa stabilité financière qu’il acquiert après la guerre lui permettra de s’installer durablement à une adresse.

Continuer la lecture de S.F. – n° 825 969 

DAS KALKWERK – OU COMMENT SE RASSURER SUR SON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE EN FIN DE THÈSE

 

fullsizerender1

Hier, j’ai décidé d’aller au théâtre. Après une semaine passée à Bruxelles et quelque peu déphasée dans mon organisation de relecture de thèse, une sortie au théâtre m’est apparue comme étant l’un des meilleurs remèdes contre la perte de repères. Il faut le dire, la perte de repères, qui entraine alors une instabilité psychologique causant par ailleurs un manque de confiance en soi, n’est pas l’unique, mais bien l’une des expériences communes des doctorants.

Rien de grave en somme, juste une expérience formatrice, n’est-ce pas.

Quoi qu’il en soit, hier donc, je décide d’aller au théâtre. Je choisis celui de la Schaubühne qui propose du théâtre contemporain et, paraît-il, offre une belle programmation. Je dois choisir entre deux pièces : Das Kalkwerk et Never Forever. Pour trancher, au lieu de lire le synopsis (j’ai toujours trouvé ça plus rigolo de ne rien savoir sur ce que j’allais voir), je regarde le prix des tickets. Eh oui, la fin de thèse sans financement justifie quelques pratiques. Le site internet de la Schaubühne indique qu’il reste des places à 9 € pour Das Kalkwerk et à 45 € pour Never Forever. Mon choix est fait.

Continuer la lecture de DAS KALKWERK – OU COMMENT SE RASSURER SUR SON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE EN FIN DE THÈSE 

Tous les post que j’aurais voulu écrire…

Tous les post que j’aurais voulu écrire…

Ça fait quelques mois que je n’ai plus rien publié sur ce blog. Pourtant, j’ai eu des idées d’articles, des choses que j’aurais aimé partager. Des articles parfois commencés et laissés à l’abandon et d’autres qui sont morts-nés, ceux qui sont restés en tête sans jamais m’avoir fait écrire un seul mot à leur propos.

Comme ces idées font en quelque sorte partie du passé et que c’est frustrant de travailler sur des inspirations qui n’inspirent plus, j’ai décidé de juste les nommer. Pour que toutes ces idées abandonnées pour une quelconque raison aient au moins une épitaphe.

Continuer la lecture de Tous les post que j’aurais voulu écrire… 

Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

Continuer la lecture de Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies 

Un objecteur sans polémique

14561899867_81917b60e6_z(c) Damien, Stromae Paleo 2014-16

Je ne suis pas fan de foot et j’ai regardé la coupe du monde plus pour partager des moments d’émotions avec des amis que parce que je m’y intéressais.

Mais s’il y a bien un évènement passionnant qui s’est déroulé durant la coupe du monde (et ce à travers mon oeil belgo-centriste) c’est le clip de Stromae.

Ca a commencé quand j’ai appris que la chanson Ta Fête de Stromae allait être utilisée pour représenter l’équipe de la Belgique. En plus d’avoir adoré son album √, j’ai été pendant un moment très fière que ce Bruxellois soit choisi, et ce malgré le racisme ambiant et grandissant en Europe.
C’était donc un sentiment confortable, voire presque rassurant. Cependant, après avoir vu le clip officiel de Ta Fête et lu les analyses publiées sur la toile, je me suis dit qu’en Belgique on avait loupé l’occasion de lancer deux débats et de tirer son chapeau à Stromae.

Continuer la lecture de Un objecteur sans polémique 

Déchéance de la nationalité. Des Allemands aux jihadistes

Le 3 septembre dans la rubrique Débat de La Libre Belgique, l’article « Faut-il s’en prendre aux allocations et à la nationalité des “returnees”[1] ? » porte un titre qui en dit long sur la crainte grandissante des jihadistes et de leur possible retour en Europe.

Cet article est composé de deux interviews[2] reprenant deux points de vue sur la question des sanctions à adopter à l’encontre des returnees, et autres extrémistes. Dans le cadre de ce papier, nous analyserons seulement le premier interview, de même seule la question de la déchéance de la nationalité sera traitée.

La première partie est consacrée à l’interview de Christine Defraigne (députée wallonne et de la fédération Wallonie-Bruxelles – MR).

Après avoir survolé la question des sanctions sur les allocations des returnees, les auteurs demandent à la députée ce qu’il faut faire face aux « jihadistes de retour en Belgique [qui] font peur ». Mme Defraigne les rassure en expliquant que ces jihadistes commettront probablement d’autres infractions et qu’étant surveillés, « notre droit pénal donne une série de moyens efficaces » pour les arrêter.

Continuer la lecture de Déchéance de la nationalité. Des Allemands aux jihadistes 

Un difficile jeu d’échelles

C’est vrai que les dossiers de la Police des Étrangers ne sont pas facilement intégrables dans un récit qui se veut autre que biographique. Jean-Philippe Schreiber dans son ouvrage sur l’immigration, utilise ces archives, mais en fait principalement des statistiques. De temps à autre il ajoute une information issue de ces dossiers telle que le nombre d’élèves étrangers à l’Institut commercial et industriel[1], ou encore pour attesté de la première mention connue de la résidence d’un Juif à Mons[2].

 

Mais notre projet, ne faisant pas usage d’un échantillon représentatif, n’aboutira à aucune statistique. Aucune des informations récoltées ne nous permettra de dire le nombre de tailleur ou de colporteur. Les dossiers individuels de la Police des Étrangers, nous servirons plutôt à suivre des parcours de vie afin de nous donner une idée de la façon dont les étrangers d’origine juive pouvaient s’organiser et entrer en interaction avec l’État et le pays. De même l’attitude de la Police des Étrangers vis-à-vis de ce groupe sera au coeur de notre analyse.  Le but est aussi effectivement de mettre en lien les parcours de vie avec des évènements macros tels que la loi de dénaturalisation de 1919.[3]

 

Mais comment passer du macro au micro ? Comment garder de la cohérence dans la narration quand en parlant d’une personne précise le but est de parler d’un phénomène qui concerne ou au moins influence un groupe de taille variable ?

 

Si l’exercice semble a priori compliqué, il est pourtant essentiel lorsque l’ambition du travail est de parler autant des immigrés que de leur accueil en Belgique. Jean-Philippe Schreiber écrivait : « Toute étude qui ne prendrait pas en compte la marge entre le destin individuel et les flux créés par le destin collectif et qui refuserait à considérer la mobilité des hommes comme un mouvement “brownien”, affecté d’orientations diverses et divergentes, serait biaisée. »[4]

Continuer la lecture de Un difficile jeu d’échelles 

L’attentat au musée juif de Belgique : analyse de réactions belges

Le 24 mai 2014, un jour avant les élections belges et européennes, un homme tire sur quatre personnes devant et dans le musée juif de Belgique. Quatre personnes y perdent la vie. Cet acte meurtrier et très vite qualifié d’antisémite provoque de nombreuses réactions. Ces réactions sont venues des politiciens à travers des discours, interviews et la minute de silence dans les écoles bruxelloises, mais aussi d’intellectuels à travers des articles ainsi que de la population lors de rassemblements de protestation et d’hommage aux victimes.

Parmi les articles publiés sur le sujet, revenait régulièrement la mise en garde contre un antisémitisme présent en Belgique et ce avant même la tuerie au musée juif. On a pu lire régulièrement que cet antisémitisme s’expliquait par le manque de mesure prise par les politiciens et par la montée d’un islam radical.

Il n’y a aucun intérêt à polémiquer sur le drame qui a frappé le Musée juif, mais par contre il est important de pouvoir comprendre toutes les réactions qu’il a produites depuis dans la sphère politique et médiatique et ce qu’elles impliquent.

De faux adversaires

Une des raisons données dans certains articles pour expliquer le fait que l’antisémitisme n’ait pas été plus tôt combattu a été expliquée par le fait que l’islamophobie monopolise les débats sur le racisme.

Cet argument est illégitime, mais en plus il s’attaque à de faux adversaires. Les gens qui dénoncent l’islamophobie ne le font pas pour éviter de parler de l’antisémitisme. Le combat contre certaines discriminations ne peut affecter le combat contre des discriminations/violences adressées à un groupe particulier. De plus, depuis les débats sur « la concurrence mémorielle », nous savons tous que la compétition entre victimes est contreproductive.

Continuer la lecture de L’attentat au musée juif de Belgique : analyse de réactions belges 

Contrôle d’identités

Contrôle d’identités, pièce écrite collectivement par les comédiens qui la jouent, analyse les relations entre moi et toi, et les discours « nous vs les autres ».

Dans « Contrôle d’identités » on parle des identités nationales, des « Autres » qui sont différents, du moi qui veut être pareil que les autres tout en étant moi-même, d’être femme et de revendiquer sa place sur scène, d’être homme et de travailler son regard sur la virilité, d’avoir peur de la société et des appartenances au groupe.
Photo : Contrôle c'est la dernière ligne droite ! Ce vendredi et samedi à 20h à l'espace Magh ! Attention : Il ne reste plus que 7 places pour samedi !

Cette pièce de théâtre réussit le pari d’aller sur de multiples terrains sans perdre son spectateur. On change constamment de point de vue entre le « moi » et le « nous » et le « toi » et le « eux ». On passe du regard sur moi au regard sur eux en se rendant très tard compte qu’on est nous-mêmes observé alors qu’on croyait être observateur. Les dualités identitaires se multiplient jusqu’à leur destruction. Dans « contrôle d’identités », on analyse le besoin d’appartenir à un groupe et son droit à avoir des identités. On pourrait croire que Amin Maalouf avait déjà tout dit, mais si le message peut sembler pareil, la pièce a sa façon fine et humoristique d’arriver à une conclusion qui ne veut en aucun cas clôturer le débat.

 

Pour les prochaines dates:

 

Photo : MERCI AUX GENS PRÉSENTS HIER SOIR!<br />
Jouer une première dans une salle pleine à craquer avec un super public, c'était fort!<br />
Et merci aussi (et encore) à l'équipe de l'Espace Magh! </p>
<p>Tout ça mérite bien quelques dates supplémentaires, à faire tourner!

Nouvel inventaire d’archives pour l’histoire juive en Belgique

Depuis quelques mois, les Archives générales du Royaume (AGR) se consacrent à un nouveau projet de recherche : un Guide d’archives relatives à l’histoire du judaïsme et des populations juives en Belgique aux 19e et 20e siècles.

Science connection, Juillet-Aout-Septembre 2012, n° 38, Bruxelles, pp. 28-31.

Télécharger le numéro complet: Cliquez ici

Pour plus d’informations: Cliquez ici