Archives pour la catégorie Recherches

Ma thèse à la radio

Le lundi 6 novembre à 14h sur la Première, une interview de 20 minutes  la criminalisation du colporteur juif de Cureghem par la police des étrangers a été diffusée dans l’émission Un jour dans l’histoire. Merci à Nicolas Bogaerts pour ses  questions!

Pour le podcast:

https://www.rtbf.be/auvio/detail_un-jour-dans-l-histoire?id=2274070

Annonce de conférence: Cureghem Criminelle?

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

En approchant l’histoire de Cureghem à travers des parcours de vie d’étrangers « juifs“ et « d’étrangers d’aujourd’hui », l’équipe de l’UPA souhaite mettre en réseaux les militants, les habitants et les acteurs du monde socio-culturel pour comprendre les tensions entre la police et la population présentes dans ce quartiers depuis des dizaines d’années.

Programme :
14:00 – Accueil du public
14:30 > 15:30 – La criminalisation de la population de Cureghem 1880-2000 – Travail de recherche des doctorants Yasmina Zian et Anthony Pregnolato
15:30 >16:00 – Pause café
16:00 > 17:00 – Les Cureghemois et la police aujourd’hui – Débat et discussions. Intervenant.e.s: représentant.e.s de la JOC, du Centre de Jeune d’Anderlecht et du service prévention de la commune
17:00 > 17:30 – Drink
17:30 > 18:30 – Cas concret : Les forces de l’ordre au Festival Populaire de BXL 2017.

Lieu: Université Populaire d’Anderlecht, 34-36 rue du Chimiste, 1070 Anderlecht

Quand: le 8 novembre

Un poster artisanal

En 2014, invitée à une école d’été à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne, j’ai dû produire un poster.

Ne connaissant pas encore les bons tuyaux de « The floor is your » et n’ayant pas de grande expérience de graphisme, je me suis mise à mon chevalet avec de l’encre de chine. Après avoir recouvert la feuille de jus de café (si si, exactement comme les enfants font pour donner un air de vieux parchemin à leur papier), j’ai essayé de synthétiser ma question de recherche.

Continuer la lecture de Un poster artisanal 

Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

Continuer la lecture de Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies 

Le colporteur juif en Belgique à la fin du 19ème siècle – Annonce de conférence

 Conférence pour le colloque international “antisémitisme au 19ème siècle d’une perspective internationale” qui aura lieu le 21-23 octobre 2015 à l’IHA Paris.[1]

La femme appartenant au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans le discours de la société européenne du 19ème siècle. Il sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et des discriminations qui s’ensuivent « féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé. »[3]

Mais si la féminisation est un processus systématique, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[4]

La définition du musulman des colonies est également construite en opposition à la définition que se donnent eux-mêmes les Européens. Sont caractéristiques des « Mahométans », « la jouissance du corps, le fatalisme, l’hébétude, l’apathie, l’insouciance »[5]. L’Oriental est féminin par définition.[6]

Au 19ème siècle, les Juifs en Belgique forment encore un groupe distinct des Belges. L’étranger juif colporteur est par conséquent exclu et représente une altérité par excellence : il est marginal par sa religion, sa nationalité et sa profession.

 

Durant cette conférence, ce groupe particulier de colporteurs sera au cœur de notre réflexion portant sur les concepts de « féminisation » ou de « dévirilisation » pour l’étude de l’antisémitisme ? À l’aide de comparaison avec les discours sur d’autres groupes dominés, la particularité de l’hostilité envers les juifs en Belgique avant la Première Guerre mondiale sera étudiée. Mais les ressemblances avec les autres groupes dominés seront également considérées puisque tous ces groupes ont été ciblés de discours négatifs afin de justifier leur infériorité face à l’homme européen blanc.

Finalement, nous nous intéresserons à l’impact concret des représentations négatives sur les colporteurs juifs ainsi que sur l’attitude de la Police des Étrangers.

 

[1] Le colloque est organisé par les instituts historiques allemandes Londres, Moscou, Paris, Rome, Varsovie, Washington, le Forum de l’histoire de l’art Paris et l’Orient Institut Istanbul de la fondation Max Weber ainsi que le Zentrum für Antisemitismusforschung, TU Berlin.

[2] L’Autre est changeant, il n’a pas d’identité stable parce que défini comme tel par le groupe dominant. En fonction des situations, il change. Il peut être femme, noir, jeune, juif, étranger,… Même s’il possède différentes identités, il sera toujours essentialisé par le groupe dominant, de façon à ce qu’une seule de ses identités le définisse.

[3] Ewa Maczka, « La “belle Juive”, avatars d’une figure de l’Autre en littérature française », in Scripta Jadaica Cracoviensia, issue 8/2010, p. 87.

[4] Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949, p. 27.

[5] Berthelier Robert, « À la recherche de l’homme musulman », Sud/Nord, 2007/1 n° 22, p. 129. DOI : 10.3917/sn.022.0127

[6] Edward W. Said, L’orientalisme. L’orient créé par l’Occident, Seuil, 2005.

Les Arabo-swahilis et les agents de Léopold II

Représentation des Arabo-swahilis à travers les écrits des agents de Léopold II au Congo
Quand l’imaginaire se confronte au réel
1876-1892

 

Dans un contexte de course aux colonies, Léopold II, nouvellement roi de Belgique envoie des agents au Congo pour ramener des informations qui lui permettront de créer un nouvel Etat en 1885 : l’E.I.C. Ces agents, recherchant pour la plupart de la gloire et de l’aventure, partent alors pour des contrées encore mal connues et fantasmées en Europe : le continent des ténèbres.

Sur place, ne sachant comment s’y prendre, ils font appel aux commerçants Araboswahilis qui empruntent les routes de l’île de Zanzibar à l’intérieur du continent depuis quelques décennies. Ces derniers s’étaient installés à Zanzibar en 1840, suite à la volonté du
sultan de Mascate d’y placer sa capitale. Mais la présence de ces derniers est due notamment au commerce d’esclaves, commerce dénoncé en Europe comme étant une marque de barbarie
et de frein à la civilisation. Mais les agents n’ayant aucune autre possibilité, se garderont bien de donner leurs avis philanthropiques aux esclavagistes pour profiter très certainement de leur
assistance.

Jérôme Becker, La vie en Afrique ou trois ans dans l'Afrique centrale, Paris, J. Lebègue, 1887, t. II, p.329.
Jérôme Becker, La vie en Afrique ou trois ans dans l’Afrique centrale, Paris, J. Lebègue, 1887, t. II, p.329.

Continuer la lecture de Les Arabo-swahilis et les agents de Léopold II 

Déchéance de la nationalité. Des Allemands aux jihadistes

Le 3 septembre dans la rubrique Débat de La Libre Belgique, l’article « Faut-il s’en prendre aux allocations et à la nationalité des “returnees”[1] ? » porte un titre qui en dit long sur la crainte grandissante des jihadistes et de leur possible retour en Europe.

Cet article est composé de deux interviews[2] reprenant deux points de vue sur la question des sanctions à adopter à l’encontre des returnees, et autres extrémistes. Dans le cadre de ce papier, nous analyserons seulement le premier interview, de même seule la question de la déchéance de la nationalité sera traitée.

La première partie est consacrée à l’interview de Christine Defraigne (députée wallonne et de la fédération Wallonie-Bruxelles – MR).

Après avoir survolé la question des sanctions sur les allocations des returnees, les auteurs demandent à la députée ce qu’il faut faire face aux « jihadistes de retour en Belgique [qui] font peur ». Mme Defraigne les rassure en expliquant que ces jihadistes commettront probablement d’autres infractions et qu’étant surveillés, « notre droit pénal donne une série de moyens efficaces » pour les arrêter.

Continuer la lecture de Déchéance de la nationalité. Des Allemands aux jihadistes 

Un difficile jeu d’échelles

C’est vrai que les dossiers de la Police des Étrangers ne sont pas facilement intégrables dans un récit qui se veut autre que biographique. Jean-Philippe Schreiber dans son ouvrage sur l’immigration, utilise ces archives, mais en fait principalement des statistiques. De temps à autre il ajoute une information issue de ces dossiers telle que le nombre d’élèves étrangers à l’Institut commercial et industriel[1], ou encore pour attesté de la première mention connue de la résidence d’un Juif à Mons[2].

 

Mais notre projet, ne faisant pas usage d’un échantillon représentatif, n’aboutira à aucune statistique. Aucune des informations récoltées ne nous permettra de dire le nombre de tailleur ou de colporteur. Les dossiers individuels de la Police des Étrangers, nous servirons plutôt à suivre des parcours de vie afin de nous donner une idée de la façon dont les étrangers d’origine juive pouvaient s’organiser et entrer en interaction avec l’État et le pays. De même l’attitude de la Police des Étrangers vis-à-vis de ce groupe sera au coeur de notre analyse.  Le but est aussi effectivement de mettre en lien les parcours de vie avec des évènements macros tels que la loi de dénaturalisation de 1919.[3]

 

Mais comment passer du macro au micro ? Comment garder de la cohérence dans la narration quand en parlant d’une personne précise le but est de parler d’un phénomène qui concerne ou au moins influence un groupe de taille variable ?

 

Si l’exercice semble a priori compliqué, il est pourtant essentiel lorsque l’ambition du travail est de parler autant des immigrés que de leur accueil en Belgique. Jean-Philippe Schreiber écrivait : « Toute étude qui ne prendrait pas en compte la marge entre le destin individuel et les flux créés par le destin collectif et qui refuserait à considérer la mobilité des hommes comme un mouvement “brownien”, affecté d’orientations diverses et divergentes, serait biaisée. »[4]

Continuer la lecture de Un difficile jeu d’échelles 

« Un traitre à notre pays qui fut pour les Allemands un précieux auxiliaire »

Les conséquences de la Première Guerre mondiale sur les relations entre Belges et immigrés d’origine juive

 

Le 21 novembre 1918, quatre jours après la proclamation de la libération de Bruxelles, une lettre anonyme est envoyée au Procureur du roi. « Quelques voisins indignés »[1] accusent M. N de trafic avec l’ennemi durant la guerre. Ils le qualifient de germanophile, anarchiste, communiste et soulignent ses origines polonaises. En octobre, M. N est écroué à la prison de Forest où il restera six mois. Durant son enfermement, il écrit une série de lettres au Chef de la Sûreté Générale dans lesquelles il narre ses multiples actes posés durant l’occupation pouvant témoigner de sa loyauté envers la Belgique et justifier de ce fait sa sortie de prison. Il sera finalement libéré en mars 1921, après qu’une ordonnance de non-lieu ait été rendue en sa faveur.[2]

Continuer la lecture de « Un traitre à notre pays qui fut pour les Allemands un précieux auxiliaire » 

Un couple hollandais d’origine juive – Dossier n°859 350

Un couple hollandais d’origine juive

Un couple non suspecté par la Sûreté Publique

Un couple qui partira de la Belgique lors des guerres mondiales

Et qui finira toujours par revenir

Martha est née à Arnhem, à trois ans elle arrive en Belgique avec ses parents. Elle se marie en 1908, elle a 23 ans avec un voyageur de commerce hollandais né à Bruxelles. Un an après le couple voit naître leur unique enfant. La famille habitera à plusieurs adresses dans le quartier qui sert d’échantillon à cette recherche (voir carte n°1) dont rue de Fiennes n°78 avant la guerre. Rien n’indique quand ils partent à Paris, mais ils le font sûrement pour quitter le pays occupé. Ils ne reviendront qu’en 1920, et ce pour habiter cette fois rue de Fiennes n°47. La seule information récoltée pour la période de guerre est un recensement de 1916 dans lequel il est écrit qu’ils ont été rayés d’office de la commune d’Anderlecht pour l’adresse rue de Fiennes n°44. Ce recensement reste pour moi aujourd’hui un grand mystère. Je ne sais pas par qui, ni pourquoi il a été fait. Il n’y a officiellement eu aucun recensement en 1916. Je ne retrouve pas la trace de ce recensement dans tous les dossiers, mais en tout cas pas que dans ceux appartenant à des étrangers d’origine juive. Je ne peux donc pas y voir décompte de la population juive. Ce qui aurait été très étonnant.

Il n’y a dans leur dossier aucune information concernant les années 1920. La pièce d’inscription à leur dernière adresse de 1920 est suivie d’une autre de 1932 dans laquelle il est indiqué qu’il emménage dans l’appartement de la mère de Martha. En 1935, un autre document nous apprend que le mari travaille en France comme représentant de commerce et gagne 1500fr par mois pendant que sa femme habitant toujours à Bruxelles chez sa mère n’occupe aucune profession. C’était en effet important de savoir qu’elle n’occupait aucune profession, les étrangers à cette époque étant censés subvenir à leur besoin sans travailler et « prendre un emploi à un Belge ». Les années trente ne nous concernent pas directement, mais les informations ici sont cependant importantes pour nous donner une idée de la qualité de vie que menait ce couple. Ils partiront à Rio pendant la Deuxième Guerre mondiale et reviendront après. Un document produit par la Brigade d’information de la Gendarmerie nationale affirme qu’ils veulent revenir en 1945 pour recherche de parents déportés. Le frère de Martha a été arrêté en 1944 et « depuis lors on est sans nouvelles ».  Sur cette information, le Brigadier propose de rejeter la demande : « Le lendemain de son arrestation les Allemands sont venus enlever tous les meubles et de ce fait (Martha et son mari) n’ont conservé aucun intérêt en Belgique où leur présence n’est donc pas indispensable. » Cette remarque, parmi toutes celles du dossier, est sans conteste, celle manifestant le moins de sympathie à l’égard du couple. Elle date de 1945. Après quelques années en France, ils reviendront pourtant en Belgique en 1956 et y mourront.

Continuer la lecture de Un couple hollandais d’origine juive – Dossier n°859 350 

Ce que la Sûreté Publique récolte comme informations sur ses étrangers

Essaie de reconstruction de la vie d’un immigré d’origine juive en Belgique durant la première partie du 20ème siècle

 

Les archives de la Police des Étrangers représentent une mine d’or pour la micro-histoire. On y retrouve des tas d’informations, qui ne sont pas produites par la personne qu’elles concernent, mais nous en disent pourtant beaucoup sur la vie d’étrangers souvent tombés dans l’oubli. En effet, ces derniers ont très rarement laissé à la postérité des documents pouvant retracer leur parcours de vie dans leur(s) pays d’immigration.

C’est pourquoi, ce post se propose de donner un aperçu des informations retrouvables dans le dossier n° 638 923 de la Police des Etrangers. La Police des étrangers, organe de la Sûreté Publique, ouvrait pour chaque étranger inscrit en Belgique, un dossier individuel dans lequel elle rassemble toutes sortes d’informations le concernant. Le but était de savoir s’il l’étranger était désirable ou non sur le territoire. Dans le cas négatif, celui-ci se voyait expulser ou rapatrier, ce dernier cas arrivant plus rarement étant donné qu’il était aux frais de l’état et pouvait s’avérer couteux.

Johann[1] arrive en Belgique en 1898. Ce célibataire de 19 ans s’installe à Anderlecht et colporte des toiles cirées. Comme il est né à Amsterdam, la Police des Étrangers s’assure auprès du Hoofdbureau van Politie d’Amsterdam que ce jeune homme n’ait aucun antécédent judiciaire. Mais il semble que la lettre reçue de la capitale hollandaise ne rassure pas complètement les fonctionnaires belges, puisqu’ils demandent à la police d’Anderlecht de mener une enquête sur cet étranger. On peut lire dans le rapport envoyé à la Sûreté Publique, que Johann gagne 3 à 4 francs par jour et que « sa conduite et sa moralité n’ont fait pendant son séjour ici l’objet d’aucune remarque défavorable. »[2] Alors qu’il n’est en Belgique que depuis quelques mois, Johann se marie avec Marianne qui a le même profil : elle est née en 1879, vit du colportage et est arrivée en Belgique en 1898. Mais le métier de colporteur ne rapporte pas suffisamment d’argent, un « bulletin de poursuite ou condamnation » contre Johann en témoigne. Le colporteur pour cette affaire est renvoyé devant le tribunal correctionnel du chef de vol et condamné à un mois de prison. À sa sortie, ses rapports avec la police ne vont pas s’arranger, il sera l’objet de deux rapports de la division de police de Bruxelles parce qu’il vendait des articles sur la voie publique sans autorisation. Mais le jeune couple reste à Anderlecht et il y verra ses quatre enfants naitre. Si la famille s’agrandit, les procès-verbaux de la police, eux, s’accumulent dans le dossier n° 638 923. Il y a des rapports pour vente non autorisée, colportage non autorisé, escroquerie, faux, usage de faux, détournement… Toutes ces poursuites parfois avec condamnation, parfois sans suite ou bien avec acquittement témoignent de la situation précaire du couple.

En 1914, lorsque la guerre éclate, la famille est encore en Belgique. Marianne et les enfants ne partiront en Hollande qu’après le décès de Johann en 1915. Aucune information qui pourrait nous indiquer la raison du décès n’est présente sur l’acte. En 1916, un mystérieux recensement[3] nous indique qu’ils ont été rayés d’office. Les pièces du dossier ne reprennent qu’en 1923. En effet, cette année-là, un des fils est condamné pour résistance à la police. L’année d’après il le sera pour rébellion à la police. Mais si ce fils est là en 1923, on ne peut pas dire de même pour sa mère. Celle-ci se remariera avec Arthur un « diamantslijper » et d’après le dossier, ne reviendra en Belgique qu’en 1930. Le livret de mariage indique qu’il a été célébré à Amsterdam en 1922, on peut donc supposer que de 1915 à 1922 (minimum) Marianne n’était pas sur le territoire belge. Mais une autre pièce confirme qu’elle n’était pas revenue s’installer en Belgique avant 1930. En effet, pour la première fois dans le dossier il y a un résumé du dossier judiciaire de la veuve de Johann. Cette pièce, produite par la police d’Anderlecht et probablement demandée par la Police des Étrangers, est la preuve de l’installation de Marianne à Bruxelles : elle témoigne du souci de l’État d’avoir un aperçu de son casier judiciaire pour savoir quel est le profil de la personne arrivée sur son territoire. Et il semblerait que Marianne ait eu plus de condamnations qu’il n’y paraissait : entre avril 1912 et janvier 1914, elle a été condamnée onze fois pour colportage et ses peines variaient entre deux et quatre jours de prison. Un an plus tard, en 1931, Marianne et Arthur sont condamnés pour tromperie. Ils ont vendu dans les faubourgs d’Anvers « des bijoux qu’ils disaient être en or, notamment des bagues, et des montres. Ces objets, pour mieux tromper l’acheteur portaient le cachet 16 K. »[4] Le Procureur du Roi termine son rapport sur cette affaire en proposant « d’interdire le séjour en Belgique à ces étrangers malhonnêtes. »[5] Mais Marianne et son mari n’ont pas attendu cette proposition pour partir, deux pièces de 1931 indiquant qu’ils ont été condamnés par défaut.

 

Si ce récit n’est pas représentatif de ce qu’on peut retrouver dans d’autres dossiers produits par la Police des étrangers, il est tout de même intéressant pour certains points.[6]

Premièrement, il nous informe les difficultés financières de nombreux colporteurs hollandais en Belgique. Deuxièmement, il témoigne de l’envie de s’installer en Belgique durablement, les quatre enfants y étant nés. Cependant, la famille se construit à travers des réseaux et juif et hollandais, si une attention est portée sur le choix des partenaires. Troisièmement, la guerre est une raison pour les certains Hollandais de retourner dans leur pays d’origine, mais pas définitivement. La guerre terminée, la famille revient en Belgique (rapidement comme le fils, ou tardivement comme la mère). Malgré les condamnations avant la guerre, ce n’est qu’en 1931, et suite à une affaire de tromperie, que la justice propose leur expulsion. Il faut souligner ici que parfois elle n’était pas aussi « patiente ». Il y a des cas d’étrangers d’origine polonaise qui seront expulsés dans les années vingt pour moins que ça. Cependant, il peut être envisagé, que dans le cas présenté, la Belgique soit considérée comme un pays assez accueillant pour les immigrés hollandais arrivés à la fin du 19ème siècle. Même si finalement, des aspects de la vie quotidienne de ses étrangers restent dans l’ombre. Quelles étaient leurs relations avec leurs voisins ? Y avait-il des discriminations lors des recherches de logement ? La police contrôlait-elle plus les colporteurs étrangers ? Ces questions restent sans réponse, mais il est possible que les difficultés en tant qu’étranger aient été plus grandes que pour les Belges. Il faut cependant souligner que, dans ce dossier, aucun rapport la police ne fait mention de l’origine religieuse des étrangers. Ça sera moins le cas pour des étrangers d’origine polonaise arrivant dans les années vingt et suspectés d’être communistes. Mais la crainte du communiste est encore une autre histoire. En effet, la peur du communisme allie la xénophobie (parce qu’elle n’attaque principalement que les étrangers venant de Pologne ou Russie) avec l’hostilité envers les juifs (parce que dans les rapports de la police, malgré l’interdiction constitutionnelle d’indiquer l’origine religieuse, des policiers trouvent pertinent de mentionner que ces Polonais suspects d’être communistes sont juifs). Mais pour développer ce point, un autre dossier de la police des étrangers nous servira d’illustration.


[1] Tous les prénoms utilisés pour le récit du dossier n° 638 923 sont fictifs.

[2] Pièce n°3.

[3] Mystérieux parce que nous ne savons pas qui est derrière ce recensement. Les recensements officiels en Belgique ont été fait en 1910 et 1920.

[4] Pièce n°40.

[5] Ibid.

[6] Le nombre de poursuites judiciaires et démêlés avec la police est extrêmement élevé en comparaison avec les autres dossiers individuels consultés.

Le comité Marnix. Sa lutte contre l’intolérance comme indicateur de la présence d’antisémitisme ?

J’ai pris connaissance du comité Marnix dans un article de Jean-Max Guieu sur les intellectuels belges dans l’Affaire Dreyfus.[1] En énumérant les signataires belges de la lettre de soutien à Émile Zola, Guieu mentionne Herman Dons[2]. Il explique que ce dernier a fondé « en 1901 la première ligue belge contre l’antisémitisme, le Comité Marnix »[3] dont Lucien Anspach[4] est le président.

Je n’avais jamais entendu parler de ce comité. A ce moment, cette information me laissait un peu perplexe. S’il y a un Comité contre l’antisémitisme, c’est qu’il devait y avoir eu de l’antisémitisme organisé… Et s’il y a eu de l’antisémitisme organisé comment se fait-il que je ne sois pas au courant ?

Je recherche de nouvelles informations concernant ce Comité Marnix, mais sans succès, jusqu’à ce que je tombe par hasard sur deux lettres d’Herman Dons (qui écrit sous le pseudonyme de Paul Sainte-Brigitte) à Jacques Bigard, secrétaire de l’Alliance Israélite Universelle.[5] Dans sa lettre de 1902, Herman Dons témoigne de l’envie du Comité Marnix de « s’intéresser de la façon la plus vive au sort que cette situation [une émeute antisémite à Zowisnia (sic)] crée aux Israélites de la Galicie. »[6] Dans l’autre lettre concernant cette fois un officier juif condamné à Cracovie en 1901, il demande à Jacques Bigard s’il est vrai qu’il n’y a aucun officier juif dans les armées austro-hongroises. Cette courte correspondance ne me donne aucune information sur l’antisémitisme en Belgique, mais illustre bien la volonté du Comité de se mobiliser et faire campagne contre l’antisémitisme qui se développe en Europe.

C’est finalement une troisième source qui m’éclairera le plus sur le rôle que la ligue se donne en Belgique. Il s’agit du manifeste du Comité Marnix intitulé Contre l’intolérance.[7]

Capture d’écran 2014-03-31 à 01.55.22

En effet, comme le déclare le manifeste, après avoir dénoncer la condition des juifs en France avec l’Affaire Dreyfus, en Allemagne avec les troubles de Konitz, en Russie avec les persécutions, en Autriche avec le procès Hilsner, « en Belgique, des faits monstrueux comme ceux qui nous venons de rappeler ne se sont pas encore produits, nous sommes heureux de le reconnaître. » Mais, l’auteur ne s’arrête pas là : il commence dès la phrase suivante à énumérer plusieurs éléments qui, d’après lui, témoigne de l’avancée de l’antisémitisme en Belgique.

Les problèmes des naturalisations : « Dans les demandes de naturalisation qui parviennent à notre législature il est fait deux parts : l’une concernant les non juifs, l’autre concernant les juifs. Les secondes sont systématiquement repoussées »[8]

La presse catholique antisémite : « Certains de nos journaux, tels notamment Le XXe siècle et Le Patriote, font ouvertement campagne contre les juifs, et leurs polémiques diffèrent bien peu de celle de La Libre Parole. »[9]

Des actes de vandalisme témoignant de l’antisémitisme : « A diverses reprises ce cri de haine : « A bas les juifs ! » a été affiché sur les murs de Bruxelles. Au moment où des hommes de tous les partis organisaient un meeting pour protester contre l’odieux crime judiciaire commis sur la personne d’un prolétaire juif, les affiches qui annonçaient ce meeting furent recouvertes par des placards portant ces mots : « Socialistes, soutiendrez-vous l’or juif ? » »[10]

L’antisémitisme latent : « Mais il est encore un autre point qu’il importe de signaler comme étant l’un des symptômes les plus graves des progrès que fait chez nous l’antisémitisme : beaucoup de gens « éclairés », beaucoup de gens qui condamnent et réprouvent la campagne de la Libre Parole, les persécutions exercées contre Dreyfus et les dreyfusards (…) beaucoup de gens continuent pas moins à envelopper tous les juifs d’une commune antipathie, et citent de petits faits particuliers, d’histoires de portières, de racontars dépourvus de toute valeur et de tout intérêt. »[11]

Ces informations, à vérifier, attestent que l’État aurait une politique non officielle de discrimination des étrangers d’origines juives. Ce manifeste rapporte également qu’il y avait, en plus de la presse catholique, des violences écrites envers les juifs qui se manifesteraient dans des espaces publiques. Il déclare finalement qu’il y a un discours antisémite présent chez des personnes appartenant à différentes tendances politiques et qui apparait lors de conversations non officielles et sans importances, mais quotidiennes. Il faut finalement souligner qu’aucun membre[12] du Comité n’est de confession juive. Ce n’est donc pas des personnes directement touchées par ces actes antisémites qui s’alarment de la montée de l’antisémitisme. Est-ce par volonté de ne pas froisser le pays d’accueil ? Est-ce parce que les seules personnes ayant accès à l’écriture et à la publication ne se sentent pas concernées, visées par cet antisémitisme latent ?

Si je n’ai pas encore de réponse à ces questions, je peux déjà dire que les points relevés par le manifeste me confirment que l’idée de travailler sur un quartier d’immigrés à un niveau micro et de voir les politiques de naturalisation à un niveau national, donneront des résultats très intéressants. Le Comité n’explique pas pourquoi il ne compte aucun de ses membres d’origine juive dans ses rangs, cependant il donne la raison pour laquelle ses membres s’inquiètent de la montée de l’antisémitisme en Europe : « Ce mot d’antisémitisme n’est qu’une étiquette qui couvre l’intolérance dans son acception la plus générale, la guerre sans merci déclarée non pas seulement aux juifs, mais aux protestants, aux libres penseurs, aux francs-maçons. Voilà pourquoi les membres du Comité Marnix, quoique étrangers (sic) à la religion et à la race juives, se savent menacés à légal de tous les dissidents par l’effroyable poussée d’intolérance qui se manifeste actuellement. »[13]


[1] Jean-Max Guieu, Les Intellectuels belges dans l’Affaire Dreyfus, Laserra, in Annamaria. Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle : l’exemple belge ; actes du colloque de Salerne, (novembre 2004) ; Collection « Documents pour l’histoire des francophonies » ; 7 : Théorie, 2005.
[2] Herman-Charles-Marie Dons (1873-1953), journaliste belge qui a travaillé dans de nombreux journaux dont La Réforme, L’étoile Belge, Matin d’Anvers et l’Indépendance Belge dont il devient rédacteur en chef en 1921. Fondateur de l’Association des Journalistes libéraux. In Lucien Cooremans, Herman Dons, Biographie Nationale, tome 43, supplément Tome XV, 1983, pp 347-351. Herman Dons est connu de pour sa campagne pour la défense de Dreyfus qui mènera dans les colonnes de la Réforme. Alfred Dreyfus lui dédicacera d’ailleurs en 1901 son livre Cinq années de ma vie. Jean Stengers, La Belgique, un foyer de dreyfusisme, In : Revue belge de philologie et d’histoire, Tome 82 fasc. 1-2, 2004, pp. 361-362.
[3] Jean-Max Guieu, Les Intellectuels belges dans l’Affaire… Op. Cit., p. 28.
[4] Lucien Anspach (1857-1915), fils d’Eugène-Guillaume Anspach et de Jules Anspach, ingénieur, professeur à l’ULB. De confession protestante et anticléraliste il correspondra avec Madame Dreyfus. André L. Jaumotte, Lucien Anspach, in Nouvelle Biographie Nationale, vol. 5, pp.17-19. Il publie en 1899 à Bruxelles l’ouvrage : Le Péril clérical et l’affaire Dreyfus.
[5] Ces lettres sont conservées aux archives de l’Alliance Israélite Universelle consultables dans la Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, 45, rue La Bruyère 75009 Paris. . L’alliance possède dans ses archives, trois boites concernant la Belgique : Boite 1 : Bruxelles, Boite 2 : Belgique sauf Bruxelles et Anvers, Boite 3 : Anvers.
[6] Alliance Israélite Universelle. Belgique (1), D Bruxelles, 1. Anspach L, près comité Marnix. Attention la référence donnée correspond à l’inventaire, mais nous avons trouvé ces lettres est dans la farde D-5.
[7] Contre l’intolérance, Manifeste du Comité Marnix pour la diffusion des idées de justice et de liberté, Bruxelles, 1901.
[8] Ibid, p. 6.
[9] Ibid.
[10] Ibid., p.7
[11] Ibid.
[12] François André avocat à Mons ; Anspach-Puissant, avocat, ancien député à Bruxelles ; Léon Anspach, professeur à l’université Libre de Bruxelles ; Fréderic Braconier, industriel à Liège ; Arsène Cahay, professeur à Liège ; Delcroix, pensionné à Mons ; De Leener, ingénieur à Bruxelles ; Arthur Detry, avocat à Liège ; Raymond gramme, avocat à Bruxelles ; Henet fil, étudiant à Liège ; Lewuillon, docteur en médecine à Mons ; Charles Magnette, ancien député, avocat à Liège ; Ernest Mahaim, professeur à l’Université de Liège ; F. Mailleu, avocat à Liège ; Secrétaire Général : Paul Sainte Brigitte (Herman Dons) homme de lettres à Bruxelles. In Contre l’intolérance, Manifeste du Comité Marnix,… Op. Cit. p. 48.
[13] Ibid., pp.10-11.

La microhistoire, c’est has-been

« On croit être absolument soi-même et l’on se rend compte, parfois longtemps après, que nos orientations ont été dictées par notre appartenance à un milieu, à une communauté linguistique, à une génération. Je dis dictées, donc non nécessaires et inévitables : il y a toujours une marge de choix personnel ou de hasard, des deux le plus souvent. »

Carlo Ginzburg, L’oeil de l’étranger, L’Homme, 2008/3 n ° 187-188, p. 34.

 

La microhistoire, comme le lecteur peut le lire dans mes post concernant ma recherche, est la méthode que j’ai choisie pour raconter les relations des juifs immigrés avec l’État et la population belge durant les vingt premières années du siècle précédent. En regardant autour de moi je me suis vite rendu compte que faire de la microhistoire c’est pas très sexy. On peut alors se demander pourquoi choisir cette méthode alors qu’elle n’est plus à la mode. Voici un flash-back sur ma formation passée et mes choix actuels.

 

J’ai choisi la microhistoire parce qu’elle me paraissait la plus pertinente pour approcher mon sujet.[1] Cependant, ni pendant mes études, ni suite à mes lectures personnelles je ne me suis intéressée à ce type d’histoire. J’en avais entendu parler pendant mon cursus et j’en avais une représentation assez négative. Notons que si à l’unif je n’ai pas appris les méthodes à suivre pour faire de la microhistoire, je n’ai pas non plus appris à écrire de l’histoire globale, comparative, quantitative… En fait, je dirais même que ma formation à l’ULB ne m’a rien appris sur la façon, les méthodes à suivre pour écrire l’histoire. Comme partout, cette formation avait ses bons et ses mauvais côtés.

Parmi les mauvais côtés, il faut mentionner la pauvreté du bagage culturel avec lequel sortent les étudiants en histoire, mais surtout les lacunes en ce qui concerne les grandes modes en histoire. Je crois avoir eu deux cours seulement concernant l’historiographie. Et aucun de ces deux cours ne nécessitait la lecture des classiques. Oui, on a entendu parler de l’école des Annales et nous avons eu un cours sur l’histoire du genre, mais d’un point de vue pratique, nous n’avons jamais eu des séminaires qui nous demandaient d’écrire l’histoire avec une méthode précise. Tout ce qui a été répéter et en boucle, c’est que l’histoire bataille, événementiel et positiviste était dépassée et ne représentait plus aucun intérêt. C’est comme si le débat s’était arrêté avec l’école des Annales, et que les débats postérieurs ne nous concernaient pas.

Pour nos séminaires, nous étions donc envoyés dans les archives avec un objet d’études, mais sans question de recherche. C’est pour moi à postériori l’aspect positif de ce cursus : l’expérience dans les archives dès la 2e bachelier. Cette expérience que je considère comme primordiale au métier d’historien[2] était accompagnée de séances de séminaire durant lesquelles le professeur nous expliquait les méthodes de la critique historique. Jamais les professeurs n’ont déclaré appartenir à une école de pensée, même si en fonction du sujet choisi par le professeur, on pouvait déduire quelle représentation de l’histoire il avait. J’ai travaillé sur les loisirs des ouvrières chrétiennes à travers la presse avec Éliane Gubin, sur l’identité des « évolués » à travers leurs loisirs avec Valérie Piette, les liens et dépendance entre Mont-sur-Marchiennes et le monastère de Lobbes (du 9e au 18e siècle) avec Jean-Pierre Devroy et finalement sur l’antipsychiatrie à travers les archives d’un centre thérapeutique pour Pieter Lagrou et Benoit Majerus. Pour aucune de ces recherches, les professeurs ne nous ont informés dans quel courant historiographique ils s’inscrivaient.[3] Même si, a posteriori, je peux le déduire.

Durant mes études, j’ai donc écrit des travaux sans avoir aucune idée de la méthode suivie et attendue par le professeur. Et ce au point de ne pas avoir pris conscience de l’enjeu que consistait de travailler sur l’histoire coloniale ou d’avoir dû à deux reprises travailler avec comme source principale des journaux. Cette constatation est certes naïve, mais elle toute sa pertinence dans le cadre d’une critique de la façon dont à l’ULB on enseigne l’écriture de l’histoire. Pendant toutes ses années, les professeurs ne nous ont pas informés de la mode en histoire. Ils ne nous ont pas sensibilisés aux débats et enjeux polémiques qui font le charme de cette branche. Ils nous ont enseigné l’histoire tout en se coupant de son aspect le plus politique, étant donné que la façon dont on l’écrit en dit long sur la façon dont on voit le monde.

Est-ce par oubli ou est-ce par peur de se coller une étiquette que les professeurs ont omis de nous informer de leur couleur « historico-politique » ? Peut-être croyaient-ils être suffisamment clairs, et ne pas devoir expliquer l’enjeu qui était celui d’étudier tel ou tel sujet avec telles ou telles archives ?

Je ne sais pas répondre à cette question et finalement si elle m’intéresse aujourd’hui c’est parce que grâce/à cause de cette lacune, j’ai choisi la microhistoire. En effet, si j’avais été pendant toutes mes études sensibilisées à « ce qui est à la mode », « à la question du moment », à la méthode qui fait le plus polémiquée les historiens, je ne me serais certainement pas décidée de faire de la microhistoire. De cette lacune je tire une liberté et de mon expérience en Allemagne je suis confrontée à mes faiblesses. L’un dans l’autre, j’essaie comme je peux de comblée ces lacunes tout en essayant de garder ce qui peut faire l’originalité de ma démarche.

 

 


[1] Voir les billets « Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem ».

[2] Je me rappelle d’ailleurs mon grand étonnement lors de mon Erasmus à Berlin durant lequel j’ai eu un Hauptseminar qui aboutissait sur l’écriture d’un Hausarbeit  d’une vingtaine de pages sans l’utilisation d’archives.

[3] Étant en Erasmus durant le premier quadrimestre, je ne peux pas mettre le séminaire de Pieter Lagrou et Benoit Majerus dans le même sac que les autres séminaires. Peut-être ont-ils mentionné le contexte historiographique dans lequel s’inscrivait leur séminaire.

Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part IV

4. Sur la piste des étrangers à Cureghem

 

Pour choisir les rues à étudier à Cureghem, je suis partie d’une lettre trouvée au Consistoire Central Israélite de Belgique qui atteste de la présence de juifs orthodoxes pendant la guerre:

« Lundi 17 mai 1915

 

Messieurs le Président, Membres du Consistoire central Israélite :

Nous soussignés, habitants de l’agglomération bruxelloise ont demandé de faire partie de la communauté israélite orthodoxe de Bruxelles. Son comité nous a refusé l’inscription sans en indiquer le motif, de sorte que nous nous permettons, en vertu de l’article 2 du Règlement d’ordre intérieur, d’appeler de la décision auprès de vous, Monsieur le Président, espérant que vous accueillerez favorablement notre demande d’inscription.

En attendant,….

Initial du prénom. Nom adresse »[1]

 

À la fin de la lettre se trouve la signature d’une série de personnes ainsi que leur adresse. De cette liste d’adresses, je crée une carte google qui me donne se résultat :

Carte n° 1

Capture d’écran 2014-02-16 à 19.38.10

Carte n° 2 gros plan sur Cureghem

Capture d’écran 2014-02-16 à 18.49.45

J’avais donc déjà la certitude que dans ces rues habitaient des juifs religieux[2] qui tenaient à s’inscrire, et ce, pendant la guerre dans une communauté Israélite orthodoxe. Qui dit juifs orthodoxes dit juifs de l’Europe de l’Est et qui dit juifs de l’Europe de l’Est dit juifs récemment immigrés en Belgique.[3] Suite à mes petites avancées, je me mets en contact avec J.-Ph. Schreiber, le grand spécialiste de l’histoire de l’immigration juive en Belgique[4], qui va me conseiller de travailler sur des rues adjacentes de façon à ce que je me retrouve avec un quartier dans un quartier. Je prends alors les adresses de la lettre et je les combine à mes premières impressions lors du dépouillement d’un tome des registres de population 1910-1920, pour tracer un quartier qui reprend les rues les plus souvent trouvées.

Carte n° 3

quartier tracé

Une fois mon quartier délimité et les noms récoltés à partir des registres de population, je peux commencer mes recherches dans les dossiers de la Police des Étrangers.

Pour rappel, la seule et unique façon de commander un dossier de la Police des Étrangers est d’avoir le nom et prénom de la personne. C’est pourquoi la récolte de noms dans les registres de population de la Commune d’Anderlecht est la première étape. Ces registres, à ma grande surprise, présentent le grand avantage, en comparaison avec ceux de la Ville de Bruxelles, d’indiquer la nationalité de la personne inscrite.

Il y a 75 tomes qui recouvrent les années 1910-1920 et qui ne suivent aucune logique alphabétique ou chronologique.[5]

Dans ces registres, les listes sont composées :

–       du nom

–       du prénom

–       De la date de naissance

–       Du lieu de naissance

–       De la nationalité

–       Du métier

–       Des adresses (il y en a très souvent plusieurs)

–       De la date d’arrivée et date de sortie[6]

Comme on l’a vu, grâce aux registres de population je suis en capacité d’établir une liste de noms des personnes selon le critère géographique.

Toutes les personnes étrangères (je rappelle que l’appartenance religieuse n’intervient pas jusqu’ici) habitant dans la zone choisie (voir carte n° 3) se voient enregistrer dans ma base de données[7]. Une fois les noms rassemblés[8], je peux aller aux AGR pour commander les dossiers de la Police des Étrangers.

Aux AGR, je dois entreprendre de nouvelles démarches pour avoir les numéros de dossiers. Sinon ça serait trop facile,…

Pour avoir les numéros de dossier, je dois les chercher dans des listes de noms classés alphabétiquement :

1)    Liste sur microfilms

–       doivent être commandé un à un

–       dossier ouvert pendant la période 1889-1930

–       Noms allant de A à J

2)    Liste sur microfiches :

–       disponibles directement dans la salle de lecture

–       dossiers ouverts pendant la période 1889-1912

–       Noms allant de M à Z

Pour les noms commençants par K ou L, M. Filip Strubbe m’a gentiment proposé de les chercher directement lui-même parce qu’aucun outil n’existe pour retrouver les numéros de dossiers.

Dans le prochain article, je présenterai les premiers résultats trouvés après deux semaines dans les archives à Bruxelles


[1] BE, CCIB, Fonds Œuvres sociales communautaires 2.3.1 (d’après l’inventaire non publié de Pascale Falek).

[2]  Dans la recherche sur l’immigration juive, J.-Ph. Schreiber explique que le chercheur peut distinguer le « juif sociologique » du « juif religieux ». Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1996, p. 96.

Le juif sociologique l’est parce que sa mère est juive (et dans cette définition on ne tient pas compte de ce que la personne peut penser de sa propre identité) et le juif religieux qui est inscrit au consistoire par exemple, et qui de lui-même par des démarches auprès d’institutions juives religieuses se considère et veut affirmer son identité juive ?

[3] La première vague débute dans les années 1880.

[4] Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1996.

[5] J’ai eu parfois l’impression que c’était par ordre alphabétique de rue, mais ce n’est pas une règle.

[6] Il arrive très souvent que ces informations manquent.

[7] J’utilise FileMaker.

[8] Pour avoir une idée quantitative des étrangers ds ce quartier : J’ai trouvé environ 80 noms après avoir dépouillé 5 tomes.

Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part III

3. Pourquoi Cureghem ?

 

Je trouvais les idées de Pieter Lagrou géniales, mais je ne savais pas comment parvenir à y répondre. Cette fois il ne s’agissait plus d’un problème de source ; je connaissais l’existence de dossiers individuels produits par la police des étrangers pour chaque étranger entrant en Belgique qui donneraient accès à des informations concernant et les étrangers juifs et l’attitude de l’état envers leur immigration. En effet, le problème résidait dans la façon de choisir mon échantillon. Deux solutions étaient théoriquement envisageables : soit je partais d’une liste de noms de personnes étant identifiées immigrées et juives, soit je consultais tous les dossiers en pour trouver les étrangers « juifs ». La deuxième possibilité étant impensable pour des raisons de timing[1], j’ai commencé (aussi absurde et étrange que ça puisse paraître) à chercher des listes de juifs ayant habité à Bruxelles. M. Pierret du musée juif de Belgique m’a donné le résultat de longues années de recherche : une liste des noms trouvés dans le cimetière juif de Dieweg à Uccle. Mais je me suis dit après coup que les gens qui avaient encore une sépulture près d’un siècle après leur mort devaient être des personnes aisées et de ce fait inintéressants pour ma recherche sur les étrangers.[2] J’ai donc abandonné cette idée parce que je n’ai trouvé aucune liste de noms utilisable et parce qu’il n’existe aucun outil (à part la recherche par nom de famille qui ne m’aurait pas été d’une grande utilité) pour pouvoir trouver les dossiers de la police des étrangers potentiellement intéressants.[3]

 

Je me retrouvais donc avec des questions sans avoir ni la méthode ni les archives pour pouvoir y répondre. J’ai continué à aller voir les archives çà et là pour me donner de l’inspiration. J’ai aussi eu l’occasion de parler plusieurs fois avec Pascale Falek[4] qui m’a donné des pistes et informations concernant les archives. L’absence d’antisémitisme en Belgique était une piste qui m’intéressait beaucoup. Je me demandais si la raison reposait dans le fait qu’à partir de 1914 l’ennemi numéro un était l’Allemand et que le patriotisme provoqué par l’expérience de l’occupation fut tel que l’ennemi ne pouvait être qu’extérieur, et s’il était intérieur il ne pouvait s’agir que des « embochés ».[5] Cependant il faut souligner que l’expérience de la Première Guerre mondiale a, d’une certaine façon, cristallisé l’identité belge, qui s’est construite en opposition à celle de l’occupant.[6] Durant l’entre-deux-guerres la politique migratoire ainsi que l’obtention de la naturalisation seront plus draconiennes[7] et il est possible, même si les enjeux économiques sont les facteurs les plus importants, que la stigmatisation de l’étranger se soit radicalisée à partir de la Première Guerre mondiale qui a renforcé le sentiment national en Belgique.

 

Je me suis concentrée pendant un temps sur la presse et les procès-verbaux des conseils communaux. Mais hélas je n’ai trouvé de la matière que dans la presse tandis que le dépouillement des conseils communaux de la ville de Bruxelles (pendant les premiers mois de la guerre) ne donnait rien. Je n’avais pas envie de ne travailler que sur des discours de journaux. Ayant fait mon mémoire sur la représentation, j’ai envie maintenant de travailler sur quelque chose de plus concret, qui relève d’autre chose que du discours formulé pour un lecteur.

 

En septembre 2013, suite à une suggestion de Benoit Majerus, je rencontre Bruno Benvindo qui avait travaillé sur les carnets de combattants belges pendant la Première Guerre mondiale[8] pour lui demander s’il a trouvé des traces d’antisémitisme.

Pendant l’entrevue, il me donne l’idée de travailler sur un quartier. Le quartier à la base c’était une idée pour rendre mes sources plus faciles à identifier, à limiter et c’était aussi une façon de regarder de plus des comportements afin d’y déceler s’il y a une hostilité à l’encontre des juifs. Quoi qu’il en soit, l’idée de travailler sur un quartier – même si pour beaucoup de personnes elle semble trop limitée et pas représentative de la Belgique – m’a donné la solution pour élaborer un échantillon. Avec cet échantillon je pouvais enfin consulter les dossiers de la police des étrangers. Et ça, c’est génial parce que ces dossiers[9] :

–       sont écrits par l’état tout en offrant aussi des pièces personnelles (lettre écrite par l’étranger) ;

–       concernent des gens qui le plus souvent n’ont laissé aucune trace ;

–       donnent parfois des pistes pour aller voir d’autres archives (par exemple si la personne a eu un procès, je peux essayer de retrouver les archives de ce procès au parquet).

 

Dans le prochain article, je présenterai la méthode suivie pour la consultation des dossiers individuels à la police des étrangers.


[1] Seulement pour la période entre 1889 et 1912, il y a 500 000 dossiers déposés aux AGR. Mon but n’est pas non plus de faire une étude quantitative, étude qui pourrait être intéressante, mais pas faisable en trois années de recherche.

[2] Cependant je ne connais pas exactement comment les cimetières juifs sont organisés. Selon le rite, la communauté juive de Bruxelles était parvenue à avoir des concessions à perpétuité. Du moins jusqu’en 1971. Il faudra attendre 1998 pour que la Communauté trouve un autre accord avec l’état. http://www.senate.be/www/webdriver?MItabObj=pdf&MIcolObj=pdf&MInamObj=pdfid&MItypeObj=application/pdf&MIvalObj=16777722. Cependant si la communauté avait le droit à des concessions à perpétuité, je ne sais pas si cela signifie que c’est elle qui a payé les concessions pour ses membres pauvres… Et puis qu’en est-il des membres de la communauté orthodoxe de Bruxelles ? Ou même des étrangers non membres mais voulant être enterrés en Belgique dans un cimetière juif ? …

[3] En effet, pour commander un dossier il faut avoir un nom. Ensuite, on consulte sur microfiche ou microfilm des listes de « nom-prénom-date de naissance-lieu de naissance-numéro de dossier » classés par ordre alphabétique. Donc si on a un nom, on peut retrouver le dossier, mais ces microfiches ou microfilms ne possédant pas les informations concernant la nationalité de la personne, son appartenance religieuse, ni sa date d’arrivée en Belgique ; ce qui rend l’utilisation impossible pour la recherche de personnes selon ces critères…

[4] Pascale Falek a fait son doctorat sur les étudiantes juives étrangères en Belgique pendant l’entre-deux-guerre et fait aujourd’hui un inventaire des archives juives de Belgique pour les AGR (Archives Générales du Royaumes, qui possèdent d’ailleurs aussi les archives de la police des étrangers).

[5] Pour en savoir plus sur l’ennemi intérieur, le traître… : Xavier Rousseaux, Laurence Van Ypersele (dir.), La patrie crie vengeance ! La répression des « inciviques » belges au sortir de la guerre 1914-1918, Editions Le Cri, coll. « histoire », 2008.

[6] MAJERUS B., « Stadt, Nation und Besatzung. Die Strassen Brüssels als patriotische Projektionsfläche (1914-1918 und 1940-1944) », in: Informationen zur modernen Stadtgeschichte, 2, 2004 (numéro spécial: Stadt und Krieg im 20. Jahrhundert), p. 19.

[7] Je cite un article parmi d’autres de F. Caestecker qui a écrit énormément au sujet des politiques belges protectionnistes envers les étrangers. Caestecker, Frank et Morelli, Anne, Het bewogen ontstaan van een vluchtelingenbeleid (1918-1940), In: Revue Belge d’Histoire Contemporaine, Vol. 40, Nr. 3, 2010, pp. 383-413.

[8] Benvindo, Bruno. Des hommes en guerre: les soldats belges entre ténacité et désillusion, 1914 – 1918. Études sur la Première Guerre Mondiale 12, 2005.

[9] Je présenterai un dossier dans un prochain article.