Archives pour la catégorie Discours hostiles envers les juifs

Ma thèse à la radio

Le lundi 6 novembre à 14h sur la Première, une interview de 20 minutes  la criminalisation du colporteur juif de Cureghem par la police des étrangers a été diffusée dans l’émission Un jour dans l’histoire. Merci à Nicolas Bogaerts pour ses  questions!

Pour le podcast:

https://www.rtbf.be/auvio/detail_un-jour-dans-l-histoire?id=2274070

Annonce de conférence: Cureghem Criminelle?

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

En approchant l’histoire de Cureghem à travers des parcours de vie d’étrangers « juifs“ et « d’étrangers d’aujourd’hui », l’équipe de l’UPA souhaite mettre en réseaux les militants, les habitants et les acteurs du monde socio-culturel pour comprendre les tensions entre la police et la population présentes dans ce quartiers depuis des dizaines d’années.

Programme :
14:00 – Accueil du public
14:30 > 15:30 – La criminalisation de la population de Cureghem 1880-2000 – Travail de recherche des doctorants Yasmina Zian et Anthony Pregnolato
15:30 >16:00 – Pause café
16:00 > 17:00 – Les Cureghemois et la police aujourd’hui – Débat et discussions. Intervenant.e.s: représentant.e.s de la JOC, du Centre de Jeune d’Anderlecht et du service prévention de la commune
17:00 > 17:30 – Drink
17:30 > 18:30 – Cas concret : Les forces de l’ordre au Festival Populaire de BXL 2017.

Lieu: Université Populaire d’Anderlecht, 34-36 rue du Chimiste, 1070 Anderlecht

Quand: le 8 novembre

Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

Continuer la lecture de Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies 

Le colporteur juif en Belgique à la fin du 19ème siècle – Annonce de conférence

 Conférence pour le colloque international “antisémitisme au 19ème siècle d’une perspective internationale” qui aura lieu le 21-23 octobre 2015 à l’IHA Paris.[1]

La femme appartenant au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans le discours de la société européenne du 19ème siècle. Il sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et des discriminations qui s’ensuivent « féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé. »[3]

Mais si la féminisation est un processus systématique, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[4]

La définition du musulman des colonies est également construite en opposition à la définition que se donnent eux-mêmes les Européens. Sont caractéristiques des « Mahométans », « la jouissance du corps, le fatalisme, l’hébétude, l’apathie, l’insouciance »[5]. L’Oriental est féminin par définition.[6]

Au 19ème siècle, les Juifs en Belgique forment encore un groupe distinct des Belges. L’étranger juif colporteur est par conséquent exclu et représente une altérité par excellence : il est marginal par sa religion, sa nationalité et sa profession.

 

Durant cette conférence, ce groupe particulier de colporteurs sera au cœur de notre réflexion portant sur les concepts de « féminisation » ou de « dévirilisation » pour l’étude de l’antisémitisme ? À l’aide de comparaison avec les discours sur d’autres groupes dominés, la particularité de l’hostilité envers les juifs en Belgique avant la Première Guerre mondiale sera étudiée. Mais les ressemblances avec les autres groupes dominés seront également considérées puisque tous ces groupes ont été ciblés de discours négatifs afin de justifier leur infériorité face à l’homme européen blanc.

Finalement, nous nous intéresserons à l’impact concret des représentations négatives sur les colporteurs juifs ainsi que sur l’attitude de la Police des Étrangers.

 

[1] Le colloque est organisé par les instituts historiques allemandes Londres, Moscou, Paris, Rome, Varsovie, Washington, le Forum de l’histoire de l’art Paris et l’Orient Institut Istanbul de la fondation Max Weber ainsi que le Zentrum für Antisemitismusforschung, TU Berlin.

[2] L’Autre est changeant, il n’a pas d’identité stable parce que défini comme tel par le groupe dominant. En fonction des situations, il change. Il peut être femme, noir, jeune, juif, étranger,… Même s’il possède différentes identités, il sera toujours essentialisé par le groupe dominant, de façon à ce qu’une seule de ses identités le définisse.

[3] Ewa Maczka, « La “belle Juive”, avatars d’une figure de l’Autre en littérature française », in Scripta Jadaica Cracoviensia, issue 8/2010, p. 87.

[4] Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949, p. 27.

[5] Berthelier Robert, « À la recherche de l’homme musulman », Sud/Nord, 2007/1 n° 22, p. 129. DOI : 10.3917/sn.022.0127

[6] Edward W. Said, L’orientalisme. L’orient créé par l’Occident, Seuil, 2005.

Ce que la Sûreté Publique récolte comme informations sur ses étrangers

Essaie de reconstruction de la vie d’un immigré d’origine juive en Belgique durant la première partie du 20ème siècle

 

Les archives de la Police des Étrangers représentent une mine d’or pour la micro-histoire. On y retrouve des tas d’informations, qui ne sont pas produites par la personne qu’elles concernent, mais nous en disent pourtant beaucoup sur la vie d’étrangers souvent tombés dans l’oubli. En effet, ces derniers ont très rarement laissé à la postérité des documents pouvant retracer leur parcours de vie dans leur(s) pays d’immigration.

C’est pourquoi, ce post se propose de donner un aperçu des informations retrouvables dans le dossier n° 638 923 de la Police des Etrangers. La Police des étrangers, organe de la Sûreté Publique, ouvrait pour chaque étranger inscrit en Belgique, un dossier individuel dans lequel elle rassemble toutes sortes d’informations le concernant. Le but était de savoir s’il l’étranger était désirable ou non sur le territoire. Dans le cas négatif, celui-ci se voyait expulser ou rapatrier, ce dernier cas arrivant plus rarement étant donné qu’il était aux frais de l’état et pouvait s’avérer couteux.

Johann[1] arrive en Belgique en 1898. Ce célibataire de 19 ans s’installe à Anderlecht et colporte des toiles cirées. Comme il est né à Amsterdam, la Police des Étrangers s’assure auprès du Hoofdbureau van Politie d’Amsterdam que ce jeune homme n’ait aucun antécédent judiciaire. Mais il semble que la lettre reçue de la capitale hollandaise ne rassure pas complètement les fonctionnaires belges, puisqu’ils demandent à la police d’Anderlecht de mener une enquête sur cet étranger. On peut lire dans le rapport envoyé à la Sûreté Publique, que Johann gagne 3 à 4 francs par jour et que « sa conduite et sa moralité n’ont fait pendant son séjour ici l’objet d’aucune remarque défavorable. »[2] Alors qu’il n’est en Belgique que depuis quelques mois, Johann se marie avec Marianne qui a le même profil : elle est née en 1879, vit du colportage et est arrivée en Belgique en 1898. Mais le métier de colporteur ne rapporte pas suffisamment d’argent, un « bulletin de poursuite ou condamnation » contre Johann en témoigne. Le colporteur pour cette affaire est renvoyé devant le tribunal correctionnel du chef de vol et condamné à un mois de prison. À sa sortie, ses rapports avec la police ne vont pas s’arranger, il sera l’objet de deux rapports de la division de police de Bruxelles parce qu’il vendait des articles sur la voie publique sans autorisation. Mais le jeune couple reste à Anderlecht et il y verra ses quatre enfants naitre. Si la famille s’agrandit, les procès-verbaux de la police, eux, s’accumulent dans le dossier n° 638 923. Il y a des rapports pour vente non autorisée, colportage non autorisé, escroquerie, faux, usage de faux, détournement… Toutes ces poursuites parfois avec condamnation, parfois sans suite ou bien avec acquittement témoignent de la situation précaire du couple.

En 1914, lorsque la guerre éclate, la famille est encore en Belgique. Marianne et les enfants ne partiront en Hollande qu’après le décès de Johann en 1915. Aucune information qui pourrait nous indiquer la raison du décès n’est présente sur l’acte. En 1916, un mystérieux recensement[3] nous indique qu’ils ont été rayés d’office. Les pièces du dossier ne reprennent qu’en 1923. En effet, cette année-là, un des fils est condamné pour résistance à la police. L’année d’après il le sera pour rébellion à la police. Mais si ce fils est là en 1923, on ne peut pas dire de même pour sa mère. Celle-ci se remariera avec Arthur un « diamantslijper » et d’après le dossier, ne reviendra en Belgique qu’en 1930. Le livret de mariage indique qu’il a été célébré à Amsterdam en 1922, on peut donc supposer que de 1915 à 1922 (minimum) Marianne n’était pas sur le territoire belge. Mais une autre pièce confirme qu’elle n’était pas revenue s’installer en Belgique avant 1930. En effet, pour la première fois dans le dossier il y a un résumé du dossier judiciaire de la veuve de Johann. Cette pièce, produite par la police d’Anderlecht et probablement demandée par la Police des Étrangers, est la preuve de l’installation de Marianne à Bruxelles : elle témoigne du souci de l’État d’avoir un aperçu de son casier judiciaire pour savoir quel est le profil de la personne arrivée sur son territoire. Et il semblerait que Marianne ait eu plus de condamnations qu’il n’y paraissait : entre avril 1912 et janvier 1914, elle a été condamnée onze fois pour colportage et ses peines variaient entre deux et quatre jours de prison. Un an plus tard, en 1931, Marianne et Arthur sont condamnés pour tromperie. Ils ont vendu dans les faubourgs d’Anvers « des bijoux qu’ils disaient être en or, notamment des bagues, et des montres. Ces objets, pour mieux tromper l’acheteur portaient le cachet 16 K. »[4] Le Procureur du Roi termine son rapport sur cette affaire en proposant « d’interdire le séjour en Belgique à ces étrangers malhonnêtes. »[5] Mais Marianne et son mari n’ont pas attendu cette proposition pour partir, deux pièces de 1931 indiquant qu’ils ont été condamnés par défaut.

 

Si ce récit n’est pas représentatif de ce qu’on peut retrouver dans d’autres dossiers produits par la Police des étrangers, il est tout de même intéressant pour certains points.[6]

Premièrement, il nous informe les difficultés financières de nombreux colporteurs hollandais en Belgique. Deuxièmement, il témoigne de l’envie de s’installer en Belgique durablement, les quatre enfants y étant nés. Cependant, la famille se construit à travers des réseaux et juif et hollandais, si une attention est portée sur le choix des partenaires. Troisièmement, la guerre est une raison pour les certains Hollandais de retourner dans leur pays d’origine, mais pas définitivement. La guerre terminée, la famille revient en Belgique (rapidement comme le fils, ou tardivement comme la mère). Malgré les condamnations avant la guerre, ce n’est qu’en 1931, et suite à une affaire de tromperie, que la justice propose leur expulsion. Il faut souligner ici que parfois elle n’était pas aussi « patiente ». Il y a des cas d’étrangers d’origine polonaise qui seront expulsés dans les années vingt pour moins que ça. Cependant, il peut être envisagé, que dans le cas présenté, la Belgique soit considérée comme un pays assez accueillant pour les immigrés hollandais arrivés à la fin du 19ème siècle. Même si finalement, des aspects de la vie quotidienne de ses étrangers restent dans l’ombre. Quelles étaient leurs relations avec leurs voisins ? Y avait-il des discriminations lors des recherches de logement ? La police contrôlait-elle plus les colporteurs étrangers ? Ces questions restent sans réponse, mais il est possible que les difficultés en tant qu’étranger aient été plus grandes que pour les Belges. Il faut cependant souligner que, dans ce dossier, aucun rapport la police ne fait mention de l’origine religieuse des étrangers. Ça sera moins le cas pour des étrangers d’origine polonaise arrivant dans les années vingt et suspectés d’être communistes. Mais la crainte du communiste est encore une autre histoire. En effet, la peur du communisme allie la xénophobie (parce qu’elle n’attaque principalement que les étrangers venant de Pologne ou Russie) avec l’hostilité envers les juifs (parce que dans les rapports de la police, malgré l’interdiction constitutionnelle d’indiquer l’origine religieuse, des policiers trouvent pertinent de mentionner que ces Polonais suspects d’être communistes sont juifs). Mais pour développer ce point, un autre dossier de la police des étrangers nous servira d’illustration.


[1] Tous les prénoms utilisés pour le récit du dossier n° 638 923 sont fictifs.

[2] Pièce n°3.

[3] Mystérieux parce que nous ne savons pas qui est derrière ce recensement. Les recensements officiels en Belgique ont été fait en 1910 et 1920.

[4] Pièce n°40.

[5] Ibid.

[6] Le nombre de poursuites judiciaires et démêlés avec la police est extrêmement élevé en comparaison avec les autres dossiers individuels consultés.

Le comité Marnix. Sa lutte contre l’intolérance comme indicateur de la présence d’antisémitisme ?

J’ai pris connaissance du comité Marnix dans un article de Jean-Max Guieu sur les intellectuels belges dans l’Affaire Dreyfus.[1] En énumérant les signataires belges de la lettre de soutien à Émile Zola, Guieu mentionne Herman Dons[2]. Il explique que ce dernier a fondé « en 1901 la première ligue belge contre l’antisémitisme, le Comité Marnix »[3] dont Lucien Anspach[4] est le président.

Je n’avais jamais entendu parler de ce comité. A ce moment, cette information me laissait un peu perplexe. S’il y a un Comité contre l’antisémitisme, c’est qu’il devait y avoir eu de l’antisémitisme organisé… Et s’il y a eu de l’antisémitisme organisé comment se fait-il que je ne sois pas au courant ?

Je recherche de nouvelles informations concernant ce Comité Marnix, mais sans succès, jusqu’à ce que je tombe par hasard sur deux lettres d’Herman Dons (qui écrit sous le pseudonyme de Paul Sainte-Brigitte) à Jacques Bigard, secrétaire de l’Alliance Israélite Universelle.[5] Dans sa lettre de 1902, Herman Dons témoigne de l’envie du Comité Marnix de « s’intéresser de la façon la plus vive au sort que cette situation [une émeute antisémite à Zowisnia (sic)] crée aux Israélites de la Galicie. »[6] Dans l’autre lettre concernant cette fois un officier juif condamné à Cracovie en 1901, il demande à Jacques Bigard s’il est vrai qu’il n’y a aucun officier juif dans les armées austro-hongroises. Cette courte correspondance ne me donne aucune information sur l’antisémitisme en Belgique, mais illustre bien la volonté du Comité de se mobiliser et faire campagne contre l’antisémitisme qui se développe en Europe.

C’est finalement une troisième source qui m’éclairera le plus sur le rôle que la ligue se donne en Belgique. Il s’agit du manifeste du Comité Marnix intitulé Contre l’intolérance.[7]

Capture d’écran 2014-03-31 à 01.55.22

En effet, comme le déclare le manifeste, après avoir dénoncer la condition des juifs en France avec l’Affaire Dreyfus, en Allemagne avec les troubles de Konitz, en Russie avec les persécutions, en Autriche avec le procès Hilsner, « en Belgique, des faits monstrueux comme ceux qui nous venons de rappeler ne se sont pas encore produits, nous sommes heureux de le reconnaître. » Mais, l’auteur ne s’arrête pas là : il commence dès la phrase suivante à énumérer plusieurs éléments qui, d’après lui, témoigne de l’avancée de l’antisémitisme en Belgique.

Les problèmes des naturalisations : « Dans les demandes de naturalisation qui parviennent à notre législature il est fait deux parts : l’une concernant les non juifs, l’autre concernant les juifs. Les secondes sont systématiquement repoussées »[8]

La presse catholique antisémite : « Certains de nos journaux, tels notamment Le XXe siècle et Le Patriote, font ouvertement campagne contre les juifs, et leurs polémiques diffèrent bien peu de celle de La Libre Parole. »[9]

Des actes de vandalisme témoignant de l’antisémitisme : « A diverses reprises ce cri de haine : « A bas les juifs ! » a été affiché sur les murs de Bruxelles. Au moment où des hommes de tous les partis organisaient un meeting pour protester contre l’odieux crime judiciaire commis sur la personne d’un prolétaire juif, les affiches qui annonçaient ce meeting furent recouvertes par des placards portant ces mots : « Socialistes, soutiendrez-vous l’or juif ? » »[10]

L’antisémitisme latent : « Mais il est encore un autre point qu’il importe de signaler comme étant l’un des symptômes les plus graves des progrès que fait chez nous l’antisémitisme : beaucoup de gens « éclairés », beaucoup de gens qui condamnent et réprouvent la campagne de la Libre Parole, les persécutions exercées contre Dreyfus et les dreyfusards (…) beaucoup de gens continuent pas moins à envelopper tous les juifs d’une commune antipathie, et citent de petits faits particuliers, d’histoires de portières, de racontars dépourvus de toute valeur et de tout intérêt. »[11]

Ces informations, à vérifier, attestent que l’État aurait une politique non officielle de discrimination des étrangers d’origines juives. Ce manifeste rapporte également qu’il y avait, en plus de la presse catholique, des violences écrites envers les juifs qui se manifesteraient dans des espaces publiques. Il déclare finalement qu’il y a un discours antisémite présent chez des personnes appartenant à différentes tendances politiques et qui apparait lors de conversations non officielles et sans importances, mais quotidiennes. Il faut finalement souligner qu’aucun membre[12] du Comité n’est de confession juive. Ce n’est donc pas des personnes directement touchées par ces actes antisémites qui s’alarment de la montée de l’antisémitisme. Est-ce par volonté de ne pas froisser le pays d’accueil ? Est-ce parce que les seules personnes ayant accès à l’écriture et à la publication ne se sentent pas concernées, visées par cet antisémitisme latent ?

Si je n’ai pas encore de réponse à ces questions, je peux déjà dire que les points relevés par le manifeste me confirment que l’idée de travailler sur un quartier d’immigrés à un niveau micro et de voir les politiques de naturalisation à un niveau national, donneront des résultats très intéressants. Le Comité n’explique pas pourquoi il ne compte aucun de ses membres d’origine juive dans ses rangs, cependant il donne la raison pour laquelle ses membres s’inquiètent de la montée de l’antisémitisme en Europe : « Ce mot d’antisémitisme n’est qu’une étiquette qui couvre l’intolérance dans son acception la plus générale, la guerre sans merci déclarée non pas seulement aux juifs, mais aux protestants, aux libres penseurs, aux francs-maçons. Voilà pourquoi les membres du Comité Marnix, quoique étrangers (sic) à la religion et à la race juives, se savent menacés à légal de tous les dissidents par l’effroyable poussée d’intolérance qui se manifeste actuellement. »[13]


[1] Jean-Max Guieu, Les Intellectuels belges dans l’Affaire Dreyfus, Laserra, in Annamaria. Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle : l’exemple belge ; actes du colloque de Salerne, (novembre 2004) ; Collection « Documents pour l’histoire des francophonies » ; 7 : Théorie, 2005.
[2] Herman-Charles-Marie Dons (1873-1953), journaliste belge qui a travaillé dans de nombreux journaux dont La Réforme, L’étoile Belge, Matin d’Anvers et l’Indépendance Belge dont il devient rédacteur en chef en 1921. Fondateur de l’Association des Journalistes libéraux. In Lucien Cooremans, Herman Dons, Biographie Nationale, tome 43, supplément Tome XV, 1983, pp 347-351. Herman Dons est connu de pour sa campagne pour la défense de Dreyfus qui mènera dans les colonnes de la Réforme. Alfred Dreyfus lui dédicacera d’ailleurs en 1901 son livre Cinq années de ma vie. Jean Stengers, La Belgique, un foyer de dreyfusisme, In : Revue belge de philologie et d’histoire, Tome 82 fasc. 1-2, 2004, pp. 361-362.
[3] Jean-Max Guieu, Les Intellectuels belges dans l’Affaire… Op. Cit., p. 28.
[4] Lucien Anspach (1857-1915), fils d’Eugène-Guillaume Anspach et de Jules Anspach, ingénieur, professeur à l’ULB. De confession protestante et anticléraliste il correspondra avec Madame Dreyfus. André L. Jaumotte, Lucien Anspach, in Nouvelle Biographie Nationale, vol. 5, pp.17-19. Il publie en 1899 à Bruxelles l’ouvrage : Le Péril clérical et l’affaire Dreyfus.
[5] Ces lettres sont conservées aux archives de l’Alliance Israélite Universelle consultables dans la Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, 45, rue La Bruyère 75009 Paris. . L’alliance possède dans ses archives, trois boites concernant la Belgique : Boite 1 : Bruxelles, Boite 2 : Belgique sauf Bruxelles et Anvers, Boite 3 : Anvers.
[6] Alliance Israélite Universelle. Belgique (1), D Bruxelles, 1. Anspach L, près comité Marnix. Attention la référence donnée correspond à l’inventaire, mais nous avons trouvé ces lettres est dans la farde D-5.
[7] Contre l’intolérance, Manifeste du Comité Marnix pour la diffusion des idées de justice et de liberté, Bruxelles, 1901.
[8] Ibid, p. 6.
[9] Ibid.
[10] Ibid., p.7
[11] Ibid.
[12] François André avocat à Mons ; Anspach-Puissant, avocat, ancien député à Bruxelles ; Léon Anspach, professeur à l’université Libre de Bruxelles ; Fréderic Braconier, industriel à Liège ; Arsène Cahay, professeur à Liège ; Delcroix, pensionné à Mons ; De Leener, ingénieur à Bruxelles ; Arthur Detry, avocat à Liège ; Raymond gramme, avocat à Bruxelles ; Henet fil, étudiant à Liège ; Lewuillon, docteur en médecine à Mons ; Charles Magnette, ancien député, avocat à Liège ; Ernest Mahaim, professeur à l’Université de Liège ; F. Mailleu, avocat à Liège ; Secrétaire Général : Paul Sainte Brigitte (Herman Dons) homme de lettres à Bruxelles. In Contre l’intolérance, Manifeste du Comité Marnix,… Op. Cit. p. 48.
[13] Ibid., pp.10-11.

La Libre Belgique en 1915. Quand l’antisémitisme est un agrument de souveraineté nationale face à l’occupation allemande

Voici un article retranscrit de la Libre Belgique pendant la 1GM. D’avoir lu déjà quelques articles de la presse belge pendant la Première Guerre mondiale, je dois dire que celui-ci est le plus antijuifs que j’ai rencontrés.
J’aimerais  appuyer sur l’impression que m’a donnée la lecture de ces journaux: la haine du juif est généralement accompagnée d’une haine de l’Allemand.

Ainsi, les auteurs ne vont pas s’attaquer à tous les juifs. Mais lorsque l’auteur croit avoir trouvé un « traître » et que de surcroit ce dernier (toujours selon l’auteur) est juif, il ne loupe pas l’occasion de le souligner et d’utiliser alors, si cela aide sa cause, des arguments de l’antijudaïsme et de l’antisémitisme.

 

La Libre Belgique, n. 49, octobre 1915, p. 3, col. 2.

« Une saleté.

Il s’appelle Fritz comme les neuf dixièmes des Boches. Mais ce qui karacterise ce Fritz-là, c’est qu’il est Norden. Et ce Fritz Norden est un type à peu près unique en son genre. Au lieu de vendre des fourrures comme ses parents, ce gros garçon a voulu s’élever d’un kran : il est avokat.

Parfaitement.. .

Avokat à la Cour d’appel de Bruxelles. En effet, on a eu la faiblesse d’admettre au stage, au serment et d’inscrire au tableau de l’Ordre quelques étrangers et notamment ce juif d’outre-Rhin.

Encore une reforme qui s’imposera après la guerre. ** *

Avant la guerre, on le blaguait volontiers, car il était de ceux qu’on faisait aisément monter à l’arbre. Quand éclata la guerre, la plupart des confrères ne le regardaient plus, et le pauvre Fritz, désole, navre, pleura dans le gilet d’avocats compatissants. Il ne savait pas assez déclarer son regret de n’être pas Belge, il reniait l’Allemagne de tout coeur.

Quand les hordes du Kaiser souillèrent les paves de Bruxelles en général et les marches du Palais de Justice en particulier, Fritz Norden redressa son buste épais et on ne vit plus que lui a la Kommandantur.

Il reniait la Belgique du moment que les fifres emplissaient la rue aux Laines (ou niche ce locataire du prince d’Arenberg) de la belle musique que vous savez.

Au lieu de s’effacer proprement, ledit Norden traina dans tous les coins. Il plaidait toutes les affaires louches des Boches, empochant sans sourciller affronts sur affronts, dénonçant rue de la Loi tout ce qu’il pouvait dénoncer, collaborant à toutes les mesures vexatoires inventées par la Bissingerie. .

Chose inouïe, il se trouvait des avocats—rares, il est vrai—assez naïfs pour frayer avec ce lapin-la. Pour bien marquer ce qu’était ce Boche, il suffira de raconter une plaisante aventure. Il est strictement défendu aux avocats de faire de la réclame et de se créer une clientèle grâce à cette réclame.

Un jour, le Norden en question, rouge d’indignation—cela se passait il y a deux ou trois ans—signale a un membre du Conseil de l’Ordre que plusieurs avocats, presque tous d’origine teutonne, font de la réclame dans une revue allemande.

Et il apporte, à l’appui de ses dires, un exemplaire de la revue.

Effectivement, le grand X…, le mince Y…, l’épais Z…, battaient la caisse chez les Germains.

Norden trouvait cela dégoutant.

Or, a quelques jours de la, le membre du Conseil de l’Ordre, pour se documenter, demande a un autre avocat allemand—il y en a beaucoup a Bruxelles—s’il connait la revue en question…

—Comment donc, répond l’interpellé, je connais celle-là et encore une autre revue dans laquelle le petit Norden fait de la réclame en Allemagne…

—Pas possible!!!

Le lendemain, la preuve est faite et le membre du Conseil de l’Ordre, ahuri, constate que, moyennant un abonnement de 5 marks et une souscription de 20 marks, le joli koko de Norden faisait précisément ce qu’il trouvait dégoutant chez les autres.

Mouchard et hypocrite, c’est dans leur sang. Voilà l’homme qui a toutes ses entrées à la Kommandantur. Or, ce qui est ignoble, ce qui dépasse les bornes de l’inconscience, c’est ce que vient de faire cet individu.

Avec une outrecuidance toute prussienne, oubliant que, jusqu’à nouvel ordre, il est toujours avocat, lie par son serment,—on oublie tant de choses en Allemagne—avec un manque de tact effarant, il a, cet homme, écrit et publie un livre, La Belgique neutre et l’Allemagne, qui est une infamie. Cauteleusement, se sachant à l’abri derrière les baïonnettes prussiennes, il insulte notre patriotisme.

On n’analyse pas un livre pareil. On le lit avec douleur, on le ferme avec dégout.

La Kommandantur a chaudement accueilli cette saleté. Elle la place partout bien en vue.

Norden a mérité la Croix de fer. Ça manquait à son genre de beauté.

Si ce gaillard-là ne file pas un quart d’heure avant le dernier soldat allemand, il risque fort d’aller à Saint-Gilles, quand, les honnêtes gens quittant leurs cellules, on y remisera les krapules.

C’est égal, s’il reste encore un seul avocat belge pour serrer la main de Norden en question, c’est à douter de tout. FIDELIS.

P.S.—Voici l’épitaphe qu’on a composée illico pour ce monsieur, qu’on peut considérer comme décédé… moralement.

Ci-git Maitre Norden, doctor es−trahison, Avocat et mouchard, historien punique, Juif évoquant le Christ, Boche sous un faux nom; L’honneur est marchandisé, il en tenait boutique; Ayant de qui tenir : Judas de la Belgique. »