Archives mensuelles : novembre 2012

Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La Dialectique de la Raison: Fragments Philosophiques

Parfois difficile à lire (je n’ai presque rien tiré de la deuxième partie) , mais original. J’ai lu ce livre avec beaucoup de curiosité. Et si parfois j’ai trouvé le discours parfois incohérent (surtout la 3ème partie « Elements de l’antisémitisme »), je n’arrêterai pas de croire que les auteurs étaient aussi ambitieux qu’inventifs. Je n’ai pas l’impression que je pourrai un jour utiliser leurs thèses mais je reste admirative devant leur réussite d’établir des systèmes de réflexion brassant psychologie, histoire, économie et philosophie pour répondre à des questions telle que « pourquoi l’humanité, au lieu de s’engager dans des conditions vraiment humaines sombrait dans une nouvelle forme de barbarie ».

Quelques citations quelques citations qui m’ont plu  :

p.17

Ce qui est en cause, ce n’est pas la conservation du passé, mais la réalisation des espoirs du passé.

p.34

Le bandeau sur les yeux de la Justice ne signifie pas seulement qu’il ne faut pas intervenir dans la justice, mais que la justice n’est pas née de la liberté.

p.44

L’animisme avait donné une âme à la chose, l’industrialisme transforme l’âme de l’homme en chose. En attendant la planification totale, l’appareil économique confère déjà de lui-même aux marchandises une valeur qui décidera du comportement des hommes.

p.179

Tous les suivistes avides – du fonctionnaire allemand au nègre de Harlem – ont au fond toujours su qu’iles n’y gagneraient rien de plus siono la joie de constater que les autres n’en ont pas d’avantage.

p.182

L’antisémitisme bourgeois a un fondement spécifiquement économique: le travestissement de la domination en production.

p.205

La pensée réduite au savoir est neutralisée, et utilisée comme une simple qualification sur les marchés spécifiques du travail, afin d’accroître la valeur marchande de la personnalité.

Edition: Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La Dialectique de la Raison: Fragments Philosophiques, Editions Gallimard, 1974.

Réflexion

Après m’être entretenue avec le partenaire belge de mon projet[1], il y a déjà un mois de cela, la volonté de trouver un sujet ou peut-être une lecture qui amènera de l’originalité à la recherche de l’histoire de l’antisémitisme est devenue une obsession.

Il semblerait, d’après mes lectures, que rien n’ait encore été écrit sur l’antisémitisme en Belgique pendant la Première Guerre mondiale et les années vingt. Du moins, aucune étude n’a encore été consacrée entièrement à ce sujet. Une des raisons expliquant ce manque historiographique repose sur le fait que la Belgique, si elle voit apparaître dans les années trente des groupes antisémites, ne connait pas « la » radicalisation de l’antisémitisme qu’on retrouve dans d’autres pays européens durant les années vingt.

Dans une revue juive belge de 1918[2], on peut lire « Chez nous en Belgique, l’antisémitisme est si inconnu que l’homme du peuple secoue sceptiquement la tête, au récit des persécutions juives. »[3] Évidemment, l’antisémitisme s’il n’est pas clairement visible, est certainement latent ; il est là dans les mentalités et les représentations. Mais d’après la littérature sur le sujet, il n’est pas organisé par des groupes politiques et ne se manifeste pas à travers des actions dans les lieux publics, comme le disait déjà Lieven Saerens[4] il y a une dizaine d’années : « Der Antisemitismus hatte in diesem Land [en Belgique] keine Tradition. »[5]

Alors, comment commencer ma recherche ? Comment établir une question de recherche sans encore connaître mes archives ? [6]

Toujours lors de mon entretien avec le partenaire belge de mon projet, ce dernier m’a fait remarquer que dans mon Exposee (qui reprend mes premières pistes de recherche), j’introduis mon sujet avec l’histoire de la présence juive en Belgique. Il me pose alors la question : « Peut-il y avoir de l’antisémitisme sans une présence juive ? » Depuis cette question me hante et se retrouve dans chacune de mes réflexions portant sur l’élaboration d’une question de recherche.

Je tente alors de circonscrire la notion d’antisémitisme suivant la conception la plus pertinente dans mon appréhension du sujet.

Si l’antisémitisme est un racisme, alors :

1)    Parce que le racisme n’est pas issu de la population ciblée, mais bien du groupe qui la stigmatise, c’est aussi le cas pour l’antisémitisme.

2)    Parce que le racisme se base sur des arguments irrationnels (se présentant comme étant scientifiques/économiques), la présence des personnes ciblées n’intervient pas dans la construction du discours ( cf. Jean-Paul Sartre, Réflexions sur la question juive)

Dans un premier temps il semble donc que l’antisémitisme n’est pas directement influencé par la présence, le nombre,… de Juifs dans un lieu donné.

Cependant si le type de présence juive n’est pas à l’origine des arguments du discours antisémites, je reste persuadée qu’il peut le modifier.

De façon simplifiée et chronologique, on peut déceler dans l’histoire de l’antisémitisme :

1)    Une haine dirigée contre une minorité (les juifs)

2)    Apparition d’arguments religieux (tirés de la tradition chrétienne) qui justifient la haine existante

3)    Un changement du statut des Juifs à un niveau national (appelé émancipation)

4)    Apparition d’un nouveau discours issu des changements dans les sociétés européennes tels que l’apparition de la théorie du darwinisme social, et du rejet de la modernité induisant une opposition à l’émancipation des juifs.[7]

Le point « 5) » serait d’après moi variable d’un pays à l’autre, même si le génocide juif cristallise un moment important dans l’histoire de l’antisémitisme européen. Pour ce qui est de la Belgique, l’arrivée d’immigrant d’origine juive durant la fin du XIXème siècle et la première moitié du XXème siècle a également contribué à la composition d’une nouvelle équation. En effet, si ce n’est pas la population juive immigrée des pays de l’Est qui incite l’antisémitisme, le discours antisémite belge va stigmatiser ce groupe comme il ne l’avait pas encore fait. Certains arguments antisémites sont alors les mêmes que n’importe quels arguments racistes visant les immigrés. De ce point de vue, les caractéristiques de la population juive en Belgique a un rôle, si pas dans l’apparition du discours antisémite, sur la transformation de celui-ci.

Mais apparait alors un nouveau problème de définition. Peut-on encore parler d’antisémitisme lorsque les arguments racistes dirigés contre une partie de la population juive sont les mêmes que ceux dirigés contre d’autres populations minoritaires et pauvres ? De même peut-on encore parler d’antisémitisme lorsque les arguments déployés ne concernent qu’une partie de la communauté juive ?


[1] Benoit Majerus. http://majerus.hypotheses.org/

[2] Kadimah, portant comme sous-titre « Organe de renaissance Juive », est une revue sioniste belge qui voit le jour en novembre 1918 et qui se donne pour mission « d’apprendre aux Juifs de Belgique qu’ils font partie du peuple juif, dispersé sur toute la surface du globe, et qu’ils ont a remplir des devoirs envers ce peuple. » in Kadimah, n°1, 29 novembre 1918, Bruxelles, p. 1.

[3] « Camille Huysmans et le Sionisme », Kadimah, n°1, 29 novembre 1918, Bruxelles, p.4.

[4] Lieven Saerens docteur en histoire et collaborateur scientifique au CEGES (Centre d’études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines) a pour domaines de recherche sont l’attitude à l’égard des Juifs (de 1880 à 1950 environ), la démographie juive, l’histoire culturelle de l’Entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale et la condamnation des collaborateurs après la guerre. <http://www.cegesoma.be/cms/lieven_fr.php> consulté le 20 Novembre 2012.

[5] Lieven Saerens, « Belgische Gruppierunge der « Neuen Ordnunge » und die Juden (1918-1944) », Vorurteil und Rassenhass. Antisemitismus in den faschistischen Bewegungen Europas, (éd.) Hermann Graml und Juliane Wetzel, Berlin, 2001, p. 131.

[6] Suivant l’organisation prévue par les promoteurs de ma thèse, Prof. Dr. Bergmann et Prof. Dr. Wyrwa, la consultation des archives est prévue durant la deuxième année de recherche.

[7] A propos du rejet de la modernité, l’article d’Allal Marina se propose de mettre en évidence le lien aux autres rapports de pouvoir, notamment de genre dans le discours antisémite de la fin du 19e siècle, en France et en Allemagne. Marina Allal « Antisémitisme, hiérarchies nationales et de genre : reproduction et réinterprétation des rapports de pouvoir », Raisons politiques, 2006/4 no 24, p. 125-141. DOI : 10.3917/rai.024.0125

Bildungsblog

Ce carnet a pour thématique l’antisémitisme en Belgique pendant la Première Guerre mondiale et les années vingt. Ce sujet est celui de la thèse entamée en août 2012 s’inscrivant dans une recherche plus vaste lancée par le Zentrum für Antisemitismusforschung de la Technische Universität de Berlin et portant sur « Der Erste Weltkrieg und die Konflikte des europäischen Nachkriegsordnung (1914-1923) oder die Radikalisierung des Antisemitismus in Europa. » C’est pourquoi le contenu de ce carnet concerne prioritairement des réflexions sur les particularités de la société belge, d’un point de vue politique, sociale et économique, le but de notre recherche étant également de donner des éléments d’analyses permettant une étude comparative de l’histoire de l’antisémitisme en Europe. L’histoire de la Belgique est un objet central de notre étude, mais surtout il permettra d’entamer une analyse de l’antisémitisme qui ne s’étudie pas comme un phénomène isolé, mais bien un phénomène qui s’inscrit dans un contexte particulier.
Si l’antisémitisme en Belgique durant cette période est encore peu connu, l’antisémitisme en Europe a déjà été le sujet de beaucoup d’études. C’est pourquoi, un des autres thèmes de ce carnet portera sur des questions telles que « quel est l’intérêt de travailler aujourd’hui sur l’antisémitisme ? », « Comment peut-on innover en travaillant sur l’antisémitisme ? » et évidemment « Quelle définition donner au terme “antisémitisme” ? »
L’histoire de l’antisémitisme est également étudiée. Les personnalités ayant aidé à la diffusion d’idées antisémites ou à l’organisation de groupes antisémites doivent être étudiées pour comprendre l’évolution de ce phénomène et son fonctionnement. Ce carnet accompagnant ma recherche aura pour objet toutes les questions que je me pose durant ma recherche ainsi que les pistes de réflexions qui me semblent pertinentes à traiter quand on étudie l’histoire de l’antisémitisme en Belgique pendant la période 1914-1930.