Archives mensuelles : décembre 2013

Contrôle d’identités

Contrôle d’identités, pièce écrite collectivement par les comédiens qui la jouent, analyse les relations entre moi et toi, et les discours « nous vs les autres ».

Dans « Contrôle d’identités » on parle des identités nationales, des « Autres » qui sont différents, du moi qui veut être pareil que les autres tout en étant moi-même, d’être femme et de revendiquer sa place sur scène, d’être homme et de travailler son regard sur la virilité, d’avoir peur de la société et des appartenances au groupe.
Photo : Contrôle c'est la dernière ligne droite ! Ce vendredi et samedi à 20h à l'espace Magh ! Attention : Il ne reste plus que 7 places pour samedi !

Cette pièce de théâtre réussit le pari d’aller sur de multiples terrains sans perdre son spectateur. On change constamment de point de vue entre le « moi » et le « nous » et le « toi » et le « eux ». On passe du regard sur moi au regard sur eux en se rendant très tard compte qu’on est nous-mêmes observé alors qu’on croyait être observateur. Les dualités identitaires se multiplient jusqu’à leur destruction. Dans « contrôle d’identités », on analyse le besoin d’appartenir à un groupe et son droit à avoir des identités. On pourrait croire que Amin Maalouf avait déjà tout dit, mais si le message peut sembler pareil, la pièce a sa façon fine et humoristique d’arriver à une conclusion qui ne veut en aucun cas clôturer le débat.

 

Pour les prochaines dates:

 

Photo : MERCI AUX GENS PRÉSENTS HIER SOIR!<br />
Jouer une première dans une salle pleine à craquer avec un super public, c'était fort!<br />
Et merci aussi (et encore) à l'équipe de l'Espace Magh! </p>
<p>Tout ça mérite bien quelques dates supplémentaires, à faire tourner!

La Libre Belgique en 1915. Quand l’antisémitisme est un agrument de souveraineté nationale face à l’occupation allemande

Voici un article retranscrit de la Libre Belgique pendant la 1GM. D’avoir lu déjà quelques articles de la presse belge pendant la Première Guerre mondiale, je dois dire que celui-ci est le plus antijuifs que j’ai rencontrés.
J’aimerais  appuyer sur l’impression que m’a donnée la lecture de ces journaux: la haine du juif est généralement accompagnée d’une haine de l’Allemand.

Ainsi, les auteurs ne vont pas s’attaquer à tous les juifs. Mais lorsque l’auteur croit avoir trouvé un « traître » et que de surcroit ce dernier (toujours selon l’auteur) est juif, il ne loupe pas l’occasion de le souligner et d’utiliser alors, si cela aide sa cause, des arguments de l’antijudaïsme et de l’antisémitisme.

 

La Libre Belgique, n. 49, octobre 1915, p. 3, col. 2.

« Une saleté.

Il s’appelle Fritz comme les neuf dixièmes des Boches. Mais ce qui karacterise ce Fritz-là, c’est qu’il est Norden. Et ce Fritz Norden est un type à peu près unique en son genre. Au lieu de vendre des fourrures comme ses parents, ce gros garçon a voulu s’élever d’un kran : il est avokat.

Parfaitement.. .

Avokat à la Cour d’appel de Bruxelles. En effet, on a eu la faiblesse d’admettre au stage, au serment et d’inscrire au tableau de l’Ordre quelques étrangers et notamment ce juif d’outre-Rhin.

Encore une reforme qui s’imposera après la guerre. ** *

Avant la guerre, on le blaguait volontiers, car il était de ceux qu’on faisait aisément monter à l’arbre. Quand éclata la guerre, la plupart des confrères ne le regardaient plus, et le pauvre Fritz, désole, navre, pleura dans le gilet d’avocats compatissants. Il ne savait pas assez déclarer son regret de n’être pas Belge, il reniait l’Allemagne de tout coeur.

Quand les hordes du Kaiser souillèrent les paves de Bruxelles en général et les marches du Palais de Justice en particulier, Fritz Norden redressa son buste épais et on ne vit plus que lui a la Kommandantur.

Il reniait la Belgique du moment que les fifres emplissaient la rue aux Laines (ou niche ce locataire du prince d’Arenberg) de la belle musique que vous savez.

Au lieu de s’effacer proprement, ledit Norden traina dans tous les coins. Il plaidait toutes les affaires louches des Boches, empochant sans sourciller affronts sur affronts, dénonçant rue de la Loi tout ce qu’il pouvait dénoncer, collaborant à toutes les mesures vexatoires inventées par la Bissingerie. .

Chose inouïe, il se trouvait des avocats—rares, il est vrai—assez naïfs pour frayer avec ce lapin-la. Pour bien marquer ce qu’était ce Boche, il suffira de raconter une plaisante aventure. Il est strictement défendu aux avocats de faire de la réclame et de se créer une clientèle grâce à cette réclame.

Un jour, le Norden en question, rouge d’indignation—cela se passait il y a deux ou trois ans—signale a un membre du Conseil de l’Ordre que plusieurs avocats, presque tous d’origine teutonne, font de la réclame dans une revue allemande.

Et il apporte, à l’appui de ses dires, un exemplaire de la revue.

Effectivement, le grand X…, le mince Y…, l’épais Z…, battaient la caisse chez les Germains.

Norden trouvait cela dégoutant.

Or, a quelques jours de la, le membre du Conseil de l’Ordre, pour se documenter, demande a un autre avocat allemand—il y en a beaucoup a Bruxelles—s’il connait la revue en question…

—Comment donc, répond l’interpellé, je connais celle-là et encore une autre revue dans laquelle le petit Norden fait de la réclame en Allemagne…

—Pas possible!!!

Le lendemain, la preuve est faite et le membre du Conseil de l’Ordre, ahuri, constate que, moyennant un abonnement de 5 marks et une souscription de 20 marks, le joli koko de Norden faisait précisément ce qu’il trouvait dégoutant chez les autres.

Mouchard et hypocrite, c’est dans leur sang. Voilà l’homme qui a toutes ses entrées à la Kommandantur. Or, ce qui est ignoble, ce qui dépasse les bornes de l’inconscience, c’est ce que vient de faire cet individu.

Avec une outrecuidance toute prussienne, oubliant que, jusqu’à nouvel ordre, il est toujours avocat, lie par son serment,—on oublie tant de choses en Allemagne—avec un manque de tact effarant, il a, cet homme, écrit et publie un livre, La Belgique neutre et l’Allemagne, qui est une infamie. Cauteleusement, se sachant à l’abri derrière les baïonnettes prussiennes, il insulte notre patriotisme.

On n’analyse pas un livre pareil. On le lit avec douleur, on le ferme avec dégout.

La Kommandantur a chaudement accueilli cette saleté. Elle la place partout bien en vue.

Norden a mérité la Croix de fer. Ça manquait à son genre de beauté.

Si ce gaillard-là ne file pas un quart d’heure avant le dernier soldat allemand, il risque fort d’aller à Saint-Gilles, quand, les honnêtes gens quittant leurs cellules, on y remisera les krapules.

C’est égal, s’il reste encore un seul avocat belge pour serrer la main de Norden en question, c’est à douter de tout. FIDELIS.

P.S.—Voici l’épitaphe qu’on a composée illico pour ce monsieur, qu’on peut considérer comme décédé… moralement.

Ci-git Maitre Norden, doctor es−trahison, Avocat et mouchard, historien punique, Juif évoquant le Christ, Boche sous un faux nom; L’honneur est marchandisé, il en tenait boutique; Ayant de qui tenir : Judas de la Belgique. »

 

i’m back

Me revoilà presque un an après mon dernier post.

J’ai été entre temps à un Workshop (intitulé Wissenschaftliches Blogging) en juin à Potsdam animé par Dr. Mareike König et Sascha Foerster.  Là, j’y ai appris qu’il fallait moins de deux heures pour écrire un article…

Hum,…

Donc me revoilà avec:

1)    ma nouvelle question de recherche

2)    l’ambition d’écrire un article en moins de deux heures

3)    être régulière sur ce blog

4)    mettre à jour ce blog – mais pas en détail – en expliquant où j’en suis actuellement avec mes projets.

Voilà 🙂

Ps: pour en savoir plus sur cette petite journée de formation: http://pophistory.hypotheses.org/865