Archives mensuelles : février 2014

La microhistoire, c’est has-been

« On croit être absolument soi-même et l’on se rend compte, parfois longtemps après, que nos orientations ont été dictées par notre appartenance à un milieu, à une communauté linguistique, à une génération. Je dis dictées, donc non nécessaires et inévitables : il y a toujours une marge de choix personnel ou de hasard, des deux le plus souvent. »

Carlo Ginzburg, L’oeil de l’étranger, L’Homme, 2008/3 n ° 187-188, p. 34.

 

La microhistoire, comme le lecteur peut le lire dans mes post concernant ma recherche, est la méthode que j’ai choisie pour raconter les relations des juifs immigrés avec l’État et la population belge durant les vingt premières années du siècle précédent. En regardant autour de moi je me suis vite rendu compte que faire de la microhistoire c’est pas très sexy. On peut alors se demander pourquoi choisir cette méthode alors qu’elle n’est plus à la mode. Voici un flash-back sur ma formation passée et mes choix actuels.

 

J’ai choisi la microhistoire parce qu’elle me paraissait la plus pertinente pour approcher mon sujet.[1] Cependant, ni pendant mes études, ni suite à mes lectures personnelles je ne me suis intéressée à ce type d’histoire. J’en avais entendu parler pendant mon cursus et j’en avais une représentation assez négative. Notons que si à l’unif je n’ai pas appris les méthodes à suivre pour faire de la microhistoire, je n’ai pas non plus appris à écrire de l’histoire globale, comparative, quantitative… En fait, je dirais même que ma formation à l’ULB ne m’a rien appris sur la façon, les méthodes à suivre pour écrire l’histoire. Comme partout, cette formation avait ses bons et ses mauvais côtés.

Parmi les mauvais côtés, il faut mentionner la pauvreté du bagage culturel avec lequel sortent les étudiants en histoire, mais surtout les lacunes en ce qui concerne les grandes modes en histoire. Je crois avoir eu deux cours seulement concernant l’historiographie. Et aucun de ces deux cours ne nécessitait la lecture des classiques. Oui, on a entendu parler de l’école des Annales et nous avons eu un cours sur l’histoire du genre, mais d’un point de vue pratique, nous n’avons jamais eu des séminaires qui nous demandaient d’écrire l’histoire avec une méthode précise. Tout ce qui a été répéter et en boucle, c’est que l’histoire bataille, événementiel et positiviste était dépassée et ne représentait plus aucun intérêt. C’est comme si le débat s’était arrêté avec l’école des Annales, et que les débats postérieurs ne nous concernaient pas.

Pour nos séminaires, nous étions donc envoyés dans les archives avec un objet d’études, mais sans question de recherche. C’est pour moi à postériori l’aspect positif de ce cursus : l’expérience dans les archives dès la 2e bachelier. Cette expérience que je considère comme primordiale au métier d’historien[2] était accompagnée de séances de séminaire durant lesquelles le professeur nous expliquait les méthodes de la critique historique. Jamais les professeurs n’ont déclaré appartenir à une école de pensée, même si en fonction du sujet choisi par le professeur, on pouvait déduire quelle représentation de l’histoire il avait. J’ai travaillé sur les loisirs des ouvrières chrétiennes à travers la presse avec Éliane Gubin, sur l’identité des « évolués » à travers leurs loisirs avec Valérie Piette, les liens et dépendance entre Mont-sur-Marchiennes et le monastère de Lobbes (du 9e au 18e siècle) avec Jean-Pierre Devroy et finalement sur l’antipsychiatrie à travers les archives d’un centre thérapeutique pour Pieter Lagrou et Benoit Majerus. Pour aucune de ces recherches, les professeurs ne nous ont informés dans quel courant historiographique ils s’inscrivaient.[3] Même si, a posteriori, je peux le déduire.

Durant mes études, j’ai donc écrit des travaux sans avoir aucune idée de la méthode suivie et attendue par le professeur. Et ce au point de ne pas avoir pris conscience de l’enjeu que consistait de travailler sur l’histoire coloniale ou d’avoir dû à deux reprises travailler avec comme source principale des journaux. Cette constatation est certes naïve, mais elle toute sa pertinence dans le cadre d’une critique de la façon dont à l’ULB on enseigne l’écriture de l’histoire. Pendant toutes ses années, les professeurs ne nous ont pas informés de la mode en histoire. Ils ne nous ont pas sensibilisés aux débats et enjeux polémiques qui font le charme de cette branche. Ils nous ont enseigné l’histoire tout en se coupant de son aspect le plus politique, étant donné que la façon dont on l’écrit en dit long sur la façon dont on voit le monde.

Est-ce par oubli ou est-ce par peur de se coller une étiquette que les professeurs ont omis de nous informer de leur couleur « historico-politique » ? Peut-être croyaient-ils être suffisamment clairs, et ne pas devoir expliquer l’enjeu qui était celui d’étudier tel ou tel sujet avec telles ou telles archives ?

Je ne sais pas répondre à cette question et finalement si elle m’intéresse aujourd’hui c’est parce que grâce/à cause de cette lacune, j’ai choisi la microhistoire. En effet, si j’avais été pendant toutes mes études sensibilisées à « ce qui est à la mode », « à la question du moment », à la méthode qui fait le plus polémiquée les historiens, je ne me serais certainement pas décidée de faire de la microhistoire. De cette lacune je tire une liberté et de mon expérience en Allemagne je suis confrontée à mes faiblesses. L’un dans l’autre, j’essaie comme je peux de comblée ces lacunes tout en essayant de garder ce qui peut faire l’originalité de ma démarche.

 

 


[1] Voir les billets « Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem ».

[2] Je me rappelle d’ailleurs mon grand étonnement lors de mon Erasmus à Berlin durant lequel j’ai eu un Hauptseminar qui aboutissait sur l’écriture d’un Hausarbeit  d’une vingtaine de pages sans l’utilisation d’archives.

[3] Étant en Erasmus durant le premier quadrimestre, je ne peux pas mettre le séminaire de Pieter Lagrou et Benoit Majerus dans le même sac que les autres séminaires. Peut-être ont-ils mentionné le contexte historiographique dans lequel s’inscrivait leur séminaire.

Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part IV

4. Sur la piste des étrangers à Cureghem

 

Pour choisir les rues à étudier à Cureghem, je suis partie d’une lettre trouvée au Consistoire Central Israélite de Belgique qui atteste de la présence de juifs orthodoxes pendant la guerre:

« Lundi 17 mai 1915

 

Messieurs le Président, Membres du Consistoire central Israélite :

Nous soussignés, habitants de l’agglomération bruxelloise ont demandé de faire partie de la communauté israélite orthodoxe de Bruxelles. Son comité nous a refusé l’inscription sans en indiquer le motif, de sorte que nous nous permettons, en vertu de l’article 2 du Règlement d’ordre intérieur, d’appeler de la décision auprès de vous, Monsieur le Président, espérant que vous accueillerez favorablement notre demande d’inscription.

En attendant,….

Initial du prénom. Nom adresse »[1]

 

À la fin de la lettre se trouve la signature d’une série de personnes ainsi que leur adresse. De cette liste d’adresses, je crée une carte google qui me donne se résultat :

Carte n° 1

Capture d’écran 2014-02-16 à 19.38.10

Carte n° 2 gros plan sur Cureghem

Capture d’écran 2014-02-16 à 18.49.45

J’avais donc déjà la certitude que dans ces rues habitaient des juifs religieux[2] qui tenaient à s’inscrire, et ce, pendant la guerre dans une communauté Israélite orthodoxe. Qui dit juifs orthodoxes dit juifs de l’Europe de l’Est et qui dit juifs de l’Europe de l’Est dit juifs récemment immigrés en Belgique.[3] Suite à mes petites avancées, je me mets en contact avec J.-Ph. Schreiber, le grand spécialiste de l’histoire de l’immigration juive en Belgique[4], qui va me conseiller de travailler sur des rues adjacentes de façon à ce que je me retrouve avec un quartier dans un quartier. Je prends alors les adresses de la lettre et je les combine à mes premières impressions lors du dépouillement d’un tome des registres de population 1910-1920, pour tracer un quartier qui reprend les rues les plus souvent trouvées.

Carte n° 3

quartier tracé

Une fois mon quartier délimité et les noms récoltés à partir des registres de population, je peux commencer mes recherches dans les dossiers de la Police des Étrangers.

Pour rappel, la seule et unique façon de commander un dossier de la Police des Étrangers est d’avoir le nom et prénom de la personne. C’est pourquoi la récolte de noms dans les registres de population de la Commune d’Anderlecht est la première étape. Ces registres, à ma grande surprise, présentent le grand avantage, en comparaison avec ceux de la Ville de Bruxelles, d’indiquer la nationalité de la personne inscrite.

Il y a 75 tomes qui recouvrent les années 1910-1920 et qui ne suivent aucune logique alphabétique ou chronologique.[5]

Dans ces registres, les listes sont composées :

–       du nom

–       du prénom

–       De la date de naissance

–       Du lieu de naissance

–       De la nationalité

–       Du métier

–       Des adresses (il y en a très souvent plusieurs)

–       De la date d’arrivée et date de sortie[6]

Comme on l’a vu, grâce aux registres de population je suis en capacité d’établir une liste de noms des personnes selon le critère géographique.

Toutes les personnes étrangères (je rappelle que l’appartenance religieuse n’intervient pas jusqu’ici) habitant dans la zone choisie (voir carte n° 3) se voient enregistrer dans ma base de données[7]. Une fois les noms rassemblés[8], je peux aller aux AGR pour commander les dossiers de la Police des Étrangers.

Aux AGR, je dois entreprendre de nouvelles démarches pour avoir les numéros de dossiers. Sinon ça serait trop facile,…

Pour avoir les numéros de dossier, je dois les chercher dans des listes de noms classés alphabétiquement :

1)    Liste sur microfilms

–       doivent être commandé un à un

–       dossier ouvert pendant la période 1889-1930

–       Noms allant de A à J

2)    Liste sur microfiches :

–       disponibles directement dans la salle de lecture

–       dossiers ouverts pendant la période 1889-1912

–       Noms allant de M à Z

Pour les noms commençants par K ou L, M. Filip Strubbe m’a gentiment proposé de les chercher directement lui-même parce qu’aucun outil n’existe pour retrouver les numéros de dossiers.

Dans le prochain article, je présenterai les premiers résultats trouvés après deux semaines dans les archives à Bruxelles


[1] BE, CCIB, Fonds Œuvres sociales communautaires 2.3.1 (d’après l’inventaire non publié de Pascale Falek).

[2]  Dans la recherche sur l’immigration juive, J.-Ph. Schreiber explique que le chercheur peut distinguer le « juif sociologique » du « juif religieux ». Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1996, p. 96.

Le juif sociologique l’est parce que sa mère est juive (et dans cette définition on ne tient pas compte de ce que la personne peut penser de sa propre identité) et le juif religieux qui est inscrit au consistoire par exemple, et qui de lui-même par des démarches auprès d’institutions juives religieuses se considère et veut affirmer son identité juive ?

[3] La première vague débute dans les années 1880.

[4] Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1996.

[5] J’ai eu parfois l’impression que c’était par ordre alphabétique de rue, mais ce n’est pas une règle.

[6] Il arrive très souvent que ces informations manquent.

[7] J’utilise FileMaker.

[8] Pour avoir une idée quantitative des étrangers ds ce quartier : J’ai trouvé environ 80 noms après avoir dépouillé 5 tomes.

Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part III

3. Pourquoi Cureghem ?

 

Je trouvais les idées de Pieter Lagrou géniales, mais je ne savais pas comment parvenir à y répondre. Cette fois il ne s’agissait plus d’un problème de source ; je connaissais l’existence de dossiers individuels produits par la police des étrangers pour chaque étranger entrant en Belgique qui donneraient accès à des informations concernant et les étrangers juifs et l’attitude de l’état envers leur immigration. En effet, le problème résidait dans la façon de choisir mon échantillon. Deux solutions étaient théoriquement envisageables : soit je partais d’une liste de noms de personnes étant identifiées immigrées et juives, soit je consultais tous les dossiers en pour trouver les étrangers « juifs ». La deuxième possibilité étant impensable pour des raisons de timing[1], j’ai commencé (aussi absurde et étrange que ça puisse paraître) à chercher des listes de juifs ayant habité à Bruxelles. M. Pierret du musée juif de Belgique m’a donné le résultat de longues années de recherche : une liste des noms trouvés dans le cimetière juif de Dieweg à Uccle. Mais je me suis dit après coup que les gens qui avaient encore une sépulture près d’un siècle après leur mort devaient être des personnes aisées et de ce fait inintéressants pour ma recherche sur les étrangers.[2] J’ai donc abandonné cette idée parce que je n’ai trouvé aucune liste de noms utilisable et parce qu’il n’existe aucun outil (à part la recherche par nom de famille qui ne m’aurait pas été d’une grande utilité) pour pouvoir trouver les dossiers de la police des étrangers potentiellement intéressants.[3]

 

Je me retrouvais donc avec des questions sans avoir ni la méthode ni les archives pour pouvoir y répondre. J’ai continué à aller voir les archives çà et là pour me donner de l’inspiration. J’ai aussi eu l’occasion de parler plusieurs fois avec Pascale Falek[4] qui m’a donné des pistes et informations concernant les archives. L’absence d’antisémitisme en Belgique était une piste qui m’intéressait beaucoup. Je me demandais si la raison reposait dans le fait qu’à partir de 1914 l’ennemi numéro un était l’Allemand et que le patriotisme provoqué par l’expérience de l’occupation fut tel que l’ennemi ne pouvait être qu’extérieur, et s’il était intérieur il ne pouvait s’agir que des « embochés ».[5] Cependant il faut souligner que l’expérience de la Première Guerre mondiale a, d’une certaine façon, cristallisé l’identité belge, qui s’est construite en opposition à celle de l’occupant.[6] Durant l’entre-deux-guerres la politique migratoire ainsi que l’obtention de la naturalisation seront plus draconiennes[7] et il est possible, même si les enjeux économiques sont les facteurs les plus importants, que la stigmatisation de l’étranger se soit radicalisée à partir de la Première Guerre mondiale qui a renforcé le sentiment national en Belgique.

 

Je me suis concentrée pendant un temps sur la presse et les procès-verbaux des conseils communaux. Mais hélas je n’ai trouvé de la matière que dans la presse tandis que le dépouillement des conseils communaux de la ville de Bruxelles (pendant les premiers mois de la guerre) ne donnait rien. Je n’avais pas envie de ne travailler que sur des discours de journaux. Ayant fait mon mémoire sur la représentation, j’ai envie maintenant de travailler sur quelque chose de plus concret, qui relève d’autre chose que du discours formulé pour un lecteur.

 

En septembre 2013, suite à une suggestion de Benoit Majerus, je rencontre Bruno Benvindo qui avait travaillé sur les carnets de combattants belges pendant la Première Guerre mondiale[8] pour lui demander s’il a trouvé des traces d’antisémitisme.

Pendant l’entrevue, il me donne l’idée de travailler sur un quartier. Le quartier à la base c’était une idée pour rendre mes sources plus faciles à identifier, à limiter et c’était aussi une façon de regarder de plus des comportements afin d’y déceler s’il y a une hostilité à l’encontre des juifs. Quoi qu’il en soit, l’idée de travailler sur un quartier – même si pour beaucoup de personnes elle semble trop limitée et pas représentative de la Belgique – m’a donné la solution pour élaborer un échantillon. Avec cet échantillon je pouvais enfin consulter les dossiers de la police des étrangers. Et ça, c’est génial parce que ces dossiers[9] :

–       sont écrits par l’état tout en offrant aussi des pièces personnelles (lettre écrite par l’étranger) ;

–       concernent des gens qui le plus souvent n’ont laissé aucune trace ;

–       donnent parfois des pistes pour aller voir d’autres archives (par exemple si la personne a eu un procès, je peux essayer de retrouver les archives de ce procès au parquet).

 

Dans le prochain article, je présenterai la méthode suivie pour la consultation des dossiers individuels à la police des étrangers.


[1] Seulement pour la période entre 1889 et 1912, il y a 500 000 dossiers déposés aux AGR. Mon but n’est pas non plus de faire une étude quantitative, étude qui pourrait être intéressante, mais pas faisable en trois années de recherche.

[2] Cependant je ne connais pas exactement comment les cimetières juifs sont organisés. Selon le rite, la communauté juive de Bruxelles était parvenue à avoir des concessions à perpétuité. Du moins jusqu’en 1971. Il faudra attendre 1998 pour que la Communauté trouve un autre accord avec l’état. http://www.senate.be/www/webdriver?MItabObj=pdf&MIcolObj=pdf&MInamObj=pdfid&MItypeObj=application/pdf&MIvalObj=16777722. Cependant si la communauté avait le droit à des concessions à perpétuité, je ne sais pas si cela signifie que c’est elle qui a payé les concessions pour ses membres pauvres… Et puis qu’en est-il des membres de la communauté orthodoxe de Bruxelles ? Ou même des étrangers non membres mais voulant être enterrés en Belgique dans un cimetière juif ? …

[3] En effet, pour commander un dossier il faut avoir un nom. Ensuite, on consulte sur microfiche ou microfilm des listes de « nom-prénom-date de naissance-lieu de naissance-numéro de dossier » classés par ordre alphabétique. Donc si on a un nom, on peut retrouver le dossier, mais ces microfiches ou microfilms ne possédant pas les informations concernant la nationalité de la personne, son appartenance religieuse, ni sa date d’arrivée en Belgique ; ce qui rend l’utilisation impossible pour la recherche de personnes selon ces critères…

[4] Pascale Falek a fait son doctorat sur les étudiantes juives étrangères en Belgique pendant l’entre-deux-guerre et fait aujourd’hui un inventaire des archives juives de Belgique pour les AGR (Archives Générales du Royaumes, qui possèdent d’ailleurs aussi les archives de la police des étrangers).

[5] Pour en savoir plus sur l’ennemi intérieur, le traître… : Xavier Rousseaux, Laurence Van Ypersele (dir.), La patrie crie vengeance ! La répression des « inciviques » belges au sortir de la guerre 1914-1918, Editions Le Cri, coll. « histoire », 2008.

[6] MAJERUS B., « Stadt, Nation und Besatzung. Die Strassen Brüssels als patriotische Projektionsfläche (1914-1918 und 1940-1944) », in: Informationen zur modernen Stadtgeschichte, 2, 2004 (numéro spécial: Stadt und Krieg im 20. Jahrhundert), p. 19.

[7] Je cite un article parmi d’autres de F. Caestecker qui a écrit énormément au sujet des politiques belges protectionnistes envers les étrangers. Caestecker, Frank et Morelli, Anne, Het bewogen ontstaan van een vluchtelingenbeleid (1918-1940), In: Revue Belge d’Histoire Contemporaine, Vol. 40, Nr. 3, 2010, pp. 383-413.

[8] Benvindo, Bruno. Des hommes en guerre: les soldats belges entre ténacité et désillusion, 1914 – 1918. Études sur la Première Guerre Mondiale 12, 2005.

[9] Je présenterai un dossier dans un prochain article.

Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part II

2. Pourquoi les immigrés « juifs »[1] sont-ils intéressants à étudier pour la recherche sur l’antisémitisme ?

Dans l’article précédent, j’expliquais la raison pour laquelle j’ai décidé de ne pas prendre comme point de départ les antisémites. Voyons maintenant ce qui m’a amenée aux immigrés juifs.

Au début de ma recherche, je voulais faire une analyse socio-économique de l’antisémitisme. Je m’intéressais aux variations des discours antisémites en fonction de leurs cibles (arguments contre un « juif pauvre », contre un « juif de classe moyenne », contre un « juif riche », contre un « juif immigré », contre un « juif assimilé »…) et à ce qui reliait un argument antisémite à un autre. Qui les répandait, contre qui et quand et comment ?

Jusqu’aujourd’hui, ces questions m’intéressent beaucoup, mais je n’ai pas trouvé les archives qui permettraient d’y répondre.

Durant un échange avec Pieter Lagrou sur l’approche à suivre pour étudier l’antisémitisme en Belgique, ce dernier m’a mise sur la piste de prendre comme point de départ l’immigration juive à partir des années 1880 en Belgique. Pour lui, il faut analyser la dynamique entre immigrés (juifs et non juifs) et entre « juifs assimilés » et « juifs immigrés ». Il faut étudier l’encadrement et la surveillance des étrangers juifs par la police et l’administration, et finalement il faut comparer les résultats trouvés sur les immigrés non juifs avec ceux sur les immigrés juifs.

L’Antisemitismusforschung comme je la rencontre à Berlin, a ses propres méthodes pour étudier l’antisémitisme. Parmi celles-ci on retrouve l’accent mis sur l’histoire des partis politiques, l’étude de la presse, la Gewaltgeschichte (histoire de la violence)…

Même s’il y a des exceptions, la plupart des recherches se basent sur des sources produites par les antisémites ou par l’état. Dans mon cas, c’est-à-dire le cas belge qui ne connaît pas de grands mouvements antisémites, mais bien un « antisémitisme » latent, je trouve que partir des sources relatives aux immigrés juifs pour parler de l’antisémitisme c’est ce qui m’apportera les résultats les plus convaincants concernant l’attitude de l’état et de la société belge envers les juifs. Il s’agit évidemment de ne pas se limiter à l’histoire de l’immigration juive, mais bien de la prendre comme prisme de lecture pour finalement parler des relations entre l’état et la population belge avec les immigrés juifs. Je vais m’intéresser par exemple à l’âge, ou le sexe des immigrés juifs en Belgique, mais pas pour analyser les vagues d’immigration, mais bien pour en ressortir les différentes attitudes entretenues avec l’État quand on est une jeune femme étudiante ou un vieux commerçant. Quand est-il fait mention dans le dossier de la judéité d’une personne ? Et qu’est-ce que cela implique ? Qui en fait mention, et quand ? Est-ce que cette personne tente d’être naturalisée ? Est-il facile pour elle de l’être ?

Travailler sur les immigrés c’est d’une certaine façon poser le problème plus justement : il ne s’agit plus seulement d’antisémitisme. Travailler sur les immigrés comme point de départ pour analyser la société belge permet d’évacuer le problème lié au fait que le terme antisémitisme ne convient pas pour la Belgique à ce moment-là. Comme déjà dit plus haut, je ne considère pas que la Belgique n’a rien d’antisémite, mais je ne veux pas de prime abord parler d’antisémitisme en Belgique alors que je n’ai pas trouvé un seul groupe qui s’en réclame. Par contre il me semble crucial de souligner qu’il y avait une hostilité envers les juifs dans la société belge (je l’ai déjà trouvée dans les journaux et certains cercles catholiques, sans pour autant dire à quel point cet avis était partagé ou fréquent), mais que je ne sais pas comment elle se manifestait dans la vie de tous les jours. Mon but, c’est de trouver si et comment elle se manifestait, et je n’ai pas envie de parler de quelques intellectuels, loin de la vie quotidienne qui se sont amusé à écrire quelques articles antisémites. Je veux voir si les juifs les plus fragilisés par leurs situations socio-économiques étaient victimes ou non de discrimination à cause de leur appartenance religieuse.

Finalement, on sait que les antisémites n’ont pas besoin des juifs pour exister. Il peut à la limite aussi y avoir des antisémites sans victime de l’antisémitisme. Mais je suis sûre que suivre des parcours d’immigrés juifs en Belgique est la seule méthode qui me permettra de trouver de l’hostilité envers les juifs qui ne relève pas seulement du discours médiatique ou de l’antijudaïsme catholique qui sont déjà connus même si peu travaillés.


[1] Les guillemets trouveront leur justification dans un article prochain : « juif avec ou sans guillemet ».