Archives mensuelles : août 2014

Un difficile jeu d’échelles

C’est vrai que les dossiers de la Police des Étrangers ne sont pas facilement intégrables dans un récit qui se veut autre que biographique. Jean-Philippe Schreiber dans son ouvrage sur l’immigration, utilise ces archives, mais en fait principalement des statistiques. De temps à autre il ajoute une information issue de ces dossiers telle que le nombre d’élèves étrangers à l’Institut commercial et industriel[1], ou encore pour attesté de la première mention connue de la résidence d’un Juif à Mons[2].

 

Mais notre projet, ne faisant pas usage d’un échantillon représentatif, n’aboutira à aucune statistique. Aucune des informations récoltées ne nous permettra de dire le nombre de tailleur ou de colporteur. Les dossiers individuels de la Police des Étrangers, nous servirons plutôt à suivre des parcours de vie afin de nous donner une idée de la façon dont les étrangers d’origine juive pouvaient s’organiser et entrer en interaction avec l’État et le pays. De même l’attitude de la Police des Étrangers vis-à-vis de ce groupe sera au coeur de notre analyse.  Le but est aussi effectivement de mettre en lien les parcours de vie avec des évènements macros tels que la loi de dénaturalisation de 1919.[3]

 

Mais comment passer du macro au micro ? Comment garder de la cohérence dans la narration quand en parlant d’une personne précise le but est de parler d’un phénomène qui concerne ou au moins influence un groupe de taille variable ?

 

Si l’exercice semble a priori compliqué, il est pourtant essentiel lorsque l’ambition du travail est de parler autant des immigrés que de leur accueil en Belgique. Jean-Philippe Schreiber écrivait : « Toute étude qui ne prendrait pas en compte la marge entre le destin individuel et les flux créés par le destin collectif et qui refuserait à considérer la mobilité des hommes comme un mouvement “brownien”, affecté d’orientations diverses et divergentes, serait biaisée. »[4]

Continuer la lecture de Un difficile jeu d’échelles