À l’origine, ce carnet avait pour thématique l’antisémitisme en Belgique pendant la Première Guerre mondiale et les années vingt, sujet de thèse que j’ai défendue en mai 2018 à Berlin.

En août 2012, dans le cadre d’un Forschungskolleg, au Zentrum für Antisemitismusforschung de la TU-Berlin, nous étions plusieurs doctorant.e.s engagés pour travailler sur « nos pays » respectifs dans l’objectif d’établir s’il y avait une radicalisation de l’antisémitisme après la Première Guerre mondiale. Notre Forschungskolleg s’intitulait « Der Erste Weltkrieg und die Konflikte des europäischen Nachkriegsordnung (1914-1923) oder die Radikalisierung des Antisemitismus in Europa ». Le contenu de ce carnet porte par conséquent en grande partie sur la Belgique et l’antisémitisme. Nous nous sommes beaucoup interrogée sur la façon d’innover en sachant d’une part que la littérature sur cette thématique durant cette période est lacunaire et que d’autre part les courants historiographiques sur l’antisémitisme sont contrastés. Plusieurs questions ont inspiré nos articles : Quel est l’intérêt de travailler aujourd’hui sur l’antisémitisme ?, Comment peut-on innover en travaillant sur l’antisémitisme ?, Quelle définition donner au terme “antisémitisme” ? et Comment introduire la petite histoire des parcours individuels dans un contexte national?

Ayant entamée une nouvelle recherche depuis octobre 2019, je consacre dorénavant mes articles à la restitution des patrimoines culturels.

 

Copyright Yasmina Zian

Copyright Yasmina Zian