Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part II

2. Pourquoi les immigrés « juifs »[1] sont-ils intéressants à étudier pour la recherche sur l’antisémitisme ?

Dans l’article précédent, j’expliquais la raison pour laquelle j’ai décidé de ne pas prendre comme point de départ les antisémites. Voyons maintenant ce qui m’a amenée aux immigrés juifs.

Au début de ma recherche, je voulais faire une analyse socio-économique de l’antisémitisme. Je m’intéressais aux variations des discours antisémites en fonction de leurs cibles (arguments contre un « juif pauvre », contre un « juif de classe moyenne », contre un « juif riche », contre un « juif immigré », contre un « juif assimilé »…) et à ce qui reliait un argument antisémite à un autre. Qui les répandait, contre qui et quand et comment ?

Jusqu’aujourd’hui, ces questions m’intéressent beaucoup, mais je n’ai pas trouvé les archives qui permettraient d’y répondre.

Durant un échange avec Pieter Lagrou sur l’approche à suivre pour étudier l’antisémitisme en Belgique, ce dernier m’a mise sur la piste de prendre comme point de départ l’immigration juive à partir des années 1880 en Belgique. Pour lui, il faut analyser la dynamique entre immigrés (juifs et non juifs) et entre « juifs assimilés » et « juifs immigrés ». Il faut étudier l’encadrement et la surveillance des étrangers juifs par la police et l’administration, et finalement il faut comparer les résultats trouvés sur les immigrés non juifs avec ceux sur les immigrés juifs.

L’Antisemitismusforschung comme je la rencontre à Berlin, a ses propres méthodes pour étudier l’antisémitisme. Parmi celles-ci on retrouve l’accent mis sur l’histoire des partis politiques, l’étude de la presse, la Gewaltgeschichte (histoire de la violence)…

Même s’il y a des exceptions, la plupart des recherches se basent sur des sources produites par les antisémites ou par l’état. Dans mon cas, c’est-à-dire le cas belge qui ne connaît pas de grands mouvements antisémites, mais bien un « antisémitisme » latent, je trouve que partir des sources relatives aux immigrés juifs pour parler de l’antisémitisme c’est ce qui m’apportera les résultats les plus convaincants concernant l’attitude de l’état et de la société belge envers les juifs. Il s’agit évidemment de ne pas se limiter à l’histoire de l’immigration juive, mais bien de la prendre comme prisme de lecture pour finalement parler des relations entre l’état et la population belge avec les immigrés juifs. Je vais m’intéresser par exemple à l’âge, ou le sexe des immigrés juifs en Belgique, mais pas pour analyser les vagues d’immigration, mais bien pour en ressortir les différentes attitudes entretenues avec l’État quand on est une jeune femme étudiante ou un vieux commerçant. Quand est-il fait mention dans le dossier de la judéité d’une personne ? Et qu’est-ce que cela implique ? Qui en fait mention, et quand ? Est-ce que cette personne tente d’être naturalisée ? Est-il facile pour elle de l’être ?

Travailler sur les immigrés c’est d’une certaine façon poser le problème plus justement : il ne s’agit plus seulement d’antisémitisme. Travailler sur les immigrés comme point de départ pour analyser la société belge permet d’évacuer le problème lié au fait que le terme antisémitisme ne convient pas pour la Belgique à ce moment-là. Comme déjà dit plus haut, je ne considère pas que la Belgique n’a rien d’antisémite, mais je ne veux pas de prime abord parler d’antisémitisme en Belgique alors que je n’ai pas trouvé un seul groupe qui s’en réclame. Par contre il me semble crucial de souligner qu’il y avait une hostilité envers les juifs dans la société belge (je l’ai déjà trouvée dans les journaux et certains cercles catholiques, sans pour autant dire à quel point cet avis était partagé ou fréquent), mais que je ne sais pas comment elle se manifestait dans la vie de tous les jours. Mon but, c’est de trouver si et comment elle se manifestait, et je n’ai pas envie de parler de quelques intellectuels, loin de la vie quotidienne qui se sont amusé à écrire quelques articles antisémites. Je veux voir si les juifs les plus fragilisés par leurs situations socio-économiques étaient victimes ou non de discrimination à cause de leur appartenance religieuse.

Finalement, on sait que les antisémites n’ont pas besoin des juifs pour exister. Il peut à la limite aussi y avoir des antisémites sans victime de l’antisémitisme. Mais je suis sûre que suivre des parcours d’immigrés juifs en Belgique est la seule méthode qui me permettra de trouver de l’hostilité envers les juifs qui ne relève pas seulement du discours médiatique ou de l’antijudaïsme catholique qui sont déjà connus même si peu travaillés.


[1] Les guillemets trouveront leur justification dans un article prochain : « juif avec ou sans guillemet ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.