Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part III

3. Pourquoi Cureghem ?

 

Je trouvais les idées de Pieter Lagrou géniales, mais je ne savais pas comment parvenir à y répondre. Cette fois il ne s’agissait plus d’un problème de source ; je connaissais l’existence de dossiers individuels produits par la police des étrangers pour chaque étranger entrant en Belgique qui donneraient accès à des informations concernant et les étrangers juifs et l’attitude de l’état envers leur immigration. En effet, le problème résidait dans la façon de choisir mon échantillon. Deux solutions étaient théoriquement envisageables : soit je partais d’une liste de noms de personnes étant identifiées immigrées et juives, soit je consultais tous les dossiers en pour trouver les étrangers « juifs ». La deuxième possibilité étant impensable pour des raisons de timing[1], j’ai commencé (aussi absurde et étrange que ça puisse paraître) à chercher des listes de juifs ayant habité à Bruxelles. M. Pierret du musée juif de Belgique m’a donné le résultat de longues années de recherche : une liste des noms trouvés dans le cimetière juif de Dieweg à Uccle. Mais je me suis dit après coup que les gens qui avaient encore une sépulture près d’un siècle après leur mort devaient être des personnes aisées et de ce fait inintéressants pour ma recherche sur les étrangers.[2] J’ai donc abandonné cette idée parce que je n’ai trouvé aucune liste de noms utilisable et parce qu’il n’existe aucun outil (à part la recherche par nom de famille qui ne m’aurait pas été d’une grande utilité) pour pouvoir trouver les dossiers de la police des étrangers potentiellement intéressants.[3]

 

Je me retrouvais donc avec des questions sans avoir ni la méthode ni les archives pour pouvoir y répondre. J’ai continué à aller voir les archives çà et là pour me donner de l’inspiration. J’ai aussi eu l’occasion de parler plusieurs fois avec Pascale Falek[4] qui m’a donné des pistes et informations concernant les archives. L’absence d’antisémitisme en Belgique était une piste qui m’intéressait beaucoup. Je me demandais si la raison reposait dans le fait qu’à partir de 1914 l’ennemi numéro un était l’Allemand et que le patriotisme provoqué par l’expérience de l’occupation fut tel que l’ennemi ne pouvait être qu’extérieur, et s’il était intérieur il ne pouvait s’agir que des « embochés ».[5] Cependant il faut souligner que l’expérience de la Première Guerre mondiale a, d’une certaine façon, cristallisé l’identité belge, qui s’est construite en opposition à celle de l’occupant.[6] Durant l’entre-deux-guerres la politique migratoire ainsi que l’obtention de la naturalisation seront plus draconiennes[7] et il est possible, même si les enjeux économiques sont les facteurs les plus importants, que la stigmatisation de l’étranger se soit radicalisée à partir de la Première Guerre mondiale qui a renforcé le sentiment national en Belgique.

 

Je me suis concentrée pendant un temps sur la presse et les procès-verbaux des conseils communaux. Mais hélas je n’ai trouvé de la matière que dans la presse tandis que le dépouillement des conseils communaux de la ville de Bruxelles (pendant les premiers mois de la guerre) ne donnait rien. Je n’avais pas envie de ne travailler que sur des discours de journaux. Ayant fait mon mémoire sur la représentation, j’ai envie maintenant de travailler sur quelque chose de plus concret, qui relève d’autre chose que du discours formulé pour un lecteur.

 

En septembre 2013, suite à une suggestion de Benoit Majerus, je rencontre Bruno Benvindo qui avait travaillé sur les carnets de combattants belges pendant la Première Guerre mondiale[8] pour lui demander s’il a trouvé des traces d’antisémitisme.

Pendant l’entrevue, il me donne l’idée de travailler sur un quartier. Le quartier à la base c’était une idée pour rendre mes sources plus faciles à identifier, à limiter et c’était aussi une façon de regarder de plus des comportements afin d’y déceler s’il y a une hostilité à l’encontre des juifs. Quoi qu’il en soit, l’idée de travailler sur un quartier – même si pour beaucoup de personnes elle semble trop limitée et pas représentative de la Belgique – m’a donné la solution pour élaborer un échantillon. Avec cet échantillon je pouvais enfin consulter les dossiers de la police des étrangers. Et ça, c’est génial parce que ces dossiers[9] :

–       sont écrits par l’état tout en offrant aussi des pièces personnelles (lettre écrite par l’étranger) ;

–       concernent des gens qui le plus souvent n’ont laissé aucune trace ;

–       donnent parfois des pistes pour aller voir d’autres archives (par exemple si la personne a eu un procès, je peux essayer de retrouver les archives de ce procès au parquet).

 

Dans le prochain article, je présenterai la méthode suivie pour la consultation des dossiers individuels à la police des étrangers.


[1] Seulement pour la période entre 1889 et 1912, il y a 500 000 dossiers déposés aux AGR. Mon but n’est pas non plus de faire une étude quantitative, étude qui pourrait être intéressante, mais pas faisable en trois années de recherche.

[2] Cependant je ne connais pas exactement comment les cimetières juifs sont organisés. Selon le rite, la communauté juive de Bruxelles était parvenue à avoir des concessions à perpétuité. Du moins jusqu’en 1971. Il faudra attendre 1998 pour que la Communauté trouve un autre accord avec l’état. http://www.senate.be/www/webdriver?MItabObj=pdf&MIcolObj=pdf&MInamObj=pdfid&MItypeObj=application/pdf&MIvalObj=16777722. Cependant si la communauté avait le droit à des concessions à perpétuité, je ne sais pas si cela signifie que c’est elle qui a payé les concessions pour ses membres pauvres… Et puis qu’en est-il des membres de la communauté orthodoxe de Bruxelles ? Ou même des étrangers non membres mais voulant être enterrés en Belgique dans un cimetière juif ? …

[3] En effet, pour commander un dossier il faut avoir un nom. Ensuite, on consulte sur microfiche ou microfilm des listes de « nom-prénom-date de naissance-lieu de naissance-numéro de dossier » classés par ordre alphabétique. Donc si on a un nom, on peut retrouver le dossier, mais ces microfiches ou microfilms ne possédant pas les informations concernant la nationalité de la personne, son appartenance religieuse, ni sa date d’arrivée en Belgique ; ce qui rend l’utilisation impossible pour la recherche de personnes selon ces critères…

[4] Pascale Falek a fait son doctorat sur les étudiantes juives étrangères en Belgique pendant l’entre-deux-guerre et fait aujourd’hui un inventaire des archives juives de Belgique pour les AGR (Archives Générales du Royaumes, qui possèdent d’ailleurs aussi les archives de la police des étrangers).

[5] Pour en savoir plus sur l’ennemi intérieur, le traître… : Xavier Rousseaux, Laurence Van Ypersele (dir.), La patrie crie vengeance ! La répression des “inciviques” belges au sortir de la guerre 1914-1918, Editions Le Cri, coll. « histoire », 2008.

[6] MAJERUS B., « Stadt, Nation und Besatzung. Die Strassen Brüssels als patriotische Projektionsfläche (1914-1918 und 1940-1944) », in: Informationen zur modernen Stadtgeschichte, 2, 2004 (numéro spécial: Stadt und Krieg im 20. Jahrhundert), p. 19.

[7] Je cite un article parmi d’autres de F. Caestecker qui a écrit énormément au sujet des politiques belges protectionnistes envers les étrangers. Caestecker, Frank et Morelli, Anne, Het bewogen ontstaan van een vluchtelingenbeleid (1918-1940), In: Revue Belge d’Histoire Contemporaine, Vol. 40, Nr. 3, 2010, pp. 383-413.

[8] Benvindo, Bruno. Des hommes en guerre: les soldats belges entre ténacité et désillusion, 1914 – 1918. Études sur la Première Guerre Mondiale 12, 2005.

[9] Je présenterai un dossier dans un prochain article.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.