Comment une recherche portant sur l’antisémitisme en Belgique devient une recherche sur l’immigration juive à Cureghem – Part IV

4. Sur la piste des étrangers à Cureghem

 

Pour choisir les rues à étudier à Cureghem, je suis partie d’une lettre trouvée au Consistoire Central Israélite de Belgique qui atteste de la présence de juifs orthodoxes pendant la guerre:

« Lundi 17 mai 1915

 

Messieurs le Président, Membres du Consistoire central Israélite :

Nous soussignés, habitants de l’agglomération bruxelloise ont demandé de faire partie de la communauté israélite orthodoxe de Bruxelles. Son comité nous a refusé l’inscription sans en indiquer le motif, de sorte que nous nous permettons, en vertu de l’article 2 du Règlement d’ordre intérieur, d’appeler de la décision auprès de vous, Monsieur le Président, espérant que vous accueillerez favorablement notre demande d’inscription.

En attendant,….

Initial du prénom. Nom adresse »[1]

 

À la fin de la lettre se trouve la signature d’une série de personnes ainsi que leur adresse. De cette liste d’adresses, je crée une carte google qui me donne se résultat :

Carte n° 1

Capture d’écran 2014-02-16 à 19.38.10

Carte n° 2 gros plan sur Cureghem

Capture d’écran 2014-02-16 à 18.49.45

J’avais donc déjà la certitude que dans ces rues habitaient des juifs religieux[2] qui tenaient à s’inscrire, et ce, pendant la guerre dans une communauté Israélite orthodoxe. Qui dit juifs orthodoxes dit juifs de l’Europe de l’Est et qui dit juifs de l’Europe de l’Est dit juifs récemment immigrés en Belgique.[3] Suite à mes petites avancées, je me mets en contact avec J.-Ph. Schreiber, le grand spécialiste de l’histoire de l’immigration juive en Belgique[4], qui va me conseiller de travailler sur des rues adjacentes de façon à ce que je me retrouve avec un quartier dans un quartier. Je prends alors les adresses de la lettre et je les combine à mes premières impressions lors du dépouillement d’un tome des registres de population 1910-1920, pour tracer un quartier qui reprend les rues les plus souvent trouvées.

Carte n° 3

quartier tracé

Une fois mon quartier délimité et les noms récoltés à partir des registres de population, je peux commencer mes recherches dans les dossiers de la Police des Étrangers.

Pour rappel, la seule et unique façon de commander un dossier de la Police des Étrangers est d’avoir le nom et prénom de la personne. C’est pourquoi la récolte de noms dans les registres de population de la Commune d’Anderlecht est la première étape. Ces registres, à ma grande surprise, présentent le grand avantage, en comparaison avec ceux de la Ville de Bruxelles, d’indiquer la nationalité de la personne inscrite.

Il y a 75 tomes qui recouvrent les années 1910-1920 et qui ne suivent aucune logique alphabétique ou chronologique.[5]

Dans ces registres, les listes sont composées :

–       du nom

–       du prénom

–       De la date de naissance

–       Du lieu de naissance

–       De la nationalité

–       Du métier

–       Des adresses (il y en a très souvent plusieurs)

–       De la date d’arrivée et date de sortie[6]

Comme on l’a vu, grâce aux registres de population je suis en capacité d’établir une liste de noms des personnes selon le critère géographique.

Toutes les personnes étrangères (je rappelle que l’appartenance religieuse n’intervient pas jusqu’ici) habitant dans la zone choisie (voir carte n° 3) se voient enregistrer dans ma base de données[7]. Une fois les noms rassemblés[8], je peux aller aux AGR pour commander les dossiers de la Police des Étrangers.

Aux AGR, je dois entreprendre de nouvelles démarches pour avoir les numéros de dossiers. Sinon ça serait trop facile,…

Pour avoir les numéros de dossier, je dois les chercher dans des listes de noms classés alphabétiquement :

1)    Liste sur microfilms

–       doivent être commandé un à un

–       dossier ouvert pendant la période 1889-1930

–       Noms allant de A à J

2)    Liste sur microfiches :

–       disponibles directement dans la salle de lecture

–       dossiers ouverts pendant la période 1889-1912

–       Noms allant de M à Z

Pour les noms commençants par K ou L, M. Filip Strubbe m’a gentiment proposé de les chercher directement lui-même parce qu’aucun outil n’existe pour retrouver les numéros de dossiers.

Dans le prochain article, je présenterai les premiers résultats trouvés après deux semaines dans les archives à Bruxelles


[1] BE, CCIB, Fonds Œuvres sociales communautaires 2.3.1 (d’après l’inventaire non publié de Pascale Falek).

[2]  Dans la recherche sur l’immigration juive, J.-Ph. Schreiber explique que le chercheur peut distinguer le « juif sociologique » du « juif religieux ». Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1996, p. 96.

Le juif sociologique l’est parce que sa mère est juive (et dans cette définition on ne tient pas compte de ce que la personne peut penser de sa propre identité) et le juif religieux qui est inscrit au consistoire par exemple, et qui de lui-même par des démarches auprès d’institutions juives religieuses se considère et veut affirmer son identité juive ?

[3] La première vague débute dans les années 1880.

[4] Jean-Philippe Schreiber, L’immigration juive en Belgique du Moyen age à la Première Guerre mondiale, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1996.

[5] J’ai eu parfois l’impression que c’était par ordre alphabétique de rue, mais ce n’est pas une règle.

[6] Il arrive très souvent que ces informations manquent.

[7] J’utilise FileMaker.

[8] Pour avoir une idée quantitative des étrangers ds ce quartier : J’ai trouvé environ 80 noms après avoir dépouillé 5 tomes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *