Archives de l’auteur : Yasmina Zian

Ein latenter Antisemitismus?

Seit November 2020 ist meine Dissertation verfügbar!

===>  HIER  <====

Nochmals vielen Dank an Werner Bergmann, Pieter Lagrou, Jean-Philippe Schreiber, Ann Winter und Ullrich Wyrwa für ihre Hinweise.

Ich danke auch der Stiftung Auschwitz für die Auszeichnung dieser Forschung mit dem Preis 2018.

Continuer la lecture

« Pensée décoloniale » : le rapport Sarr-Savoy et la décolonisation du Musée de Tervuren

En cette date anniversaire de la réouverture du Musée royal de l’Afrique centrale (Mrac) de Tervuren, le 8 décembre 2018, l’incompréhension de la démarche décoloniale peut embrouiller le débat sur les questions de restitution, le rapport Sarr-Savoy et la volonté de décoloniser le Mrac. C’est d’ailleurs le nœud même de la décolonisation des mentalités : la production d’une critique de la colonisation sans perpétuer les codes de cette dernière, nécessite d’aller au-delà de la réaction. Pour bouger les lignes, il importe de proposer d’autres cadres de pensée.

Cet article a été publié sur le site de Politique, la revue belge d’analyse et de débat.

Pour le lire dans son entièreté, cliquez ICI.

Bibliographie en cours sur le thème de la restitution (Focus sur le contexte belge)

1)    Articles de journaux

AFP, « Tshisekedi remercie la Belgique pour la conservation du patrimoine congolais », Le Vif, 24/11/19. https://www.levif.be/actualite/international/tshisekedi-remercie-la-belgique-pour-la-conservation-du-patrimoine-congolais/article-normal-1220047.html

Belga, Un collectif porte plainte pour recel d’objet volé contre le musée de Tervuren, 03/10/19, https://www.levif.be/actualite/belgique/un-collectif-porte-plainte-pour-recel-d-objet-vole-contre-le-musee-de-tervuren/article-news-1198801.html, dernière consultation le 08.06.20.

Ingo Barlovic, Narben der Zeit, Der Tagesspiegel, 13.03.2018, https://www.tagesspiegel.de/kultur/versteigerung-von-benin-bronze-narben-der-zeit/21054746.html, dernière consultation le 01.08.20.

Philippe Baqué, « Polémique sur la restitution des objets d’art africains », Monde diplomatique, Août 2020, pp. 14-15.

Continuer la lecture

copyright Yasmina Zian

Restitution, retour, transfert et rapatriement

Dans le débat communément appelé « débat sur la restitution », les auteurs et intervenants emploient des termes différents pour parler du retour d’objet. Évidemment, les termes sont politiques et traduisent parfois des intentions différentes en fonction de leur signification, mais également des contextes dans lesquels ils ont été utilisés. Voici un retour rapide sur les différents termes ersatz de celui de restitution.

  • Restitution

La définition du terme de restitution est discutée à un niveau politique, moral et méthodologique. Selon certaines définitions, ce terme porterait en lui la notion de réparation. Felwine Sarr et Bénédicte Savoy soulignent d’ailleurs dans leur rapport la force symbolique et les dimensions qu’implique l’utilisation du terme « restitution » :

Continuer la lecture

Un antisémitisme latent?

J’ai défendu ma thèse il y a un an, elle va paraitre bientôt dans sa version allemande par la Metropol Verlag à Berlin.

Pour fêter ça et en attendant que je retravaille le script de la version française pour la publier en Belgique dans une version vulgarisée, voici dans son intégralité, ma thèse de doctorat en français!

Pour télécharger la version PDF, voici le lien qui vous mène sur le site de la bibliothèque de la Technische Universität de Berlin, sur lequel ma thèse est téléchargeable:

Un antisémitisme latent? Thèse de doctorat Y. Zian

 

Pour citer l’ouvrage:

Yasmina Zian, Un antisémitisme latent? La criminalisation du juif de Cureghem par la Sûreté publique et ses institutions Partenaires (1880 – 1930), Thèse de doctorat – histoire contemporaine, Technische Universität Berlin-Zentrum für Antisemitismusforschung – Université Libre de Bruxelles, sous la direction de W. Bergmann, U. Wyrwa, J-Ph. Schreiber, 2018.

 

 

Bonne lecture!

 

PS ne vous inquiétez pas si les premières pages sont en allemand: c’est la version déposée à la TUB de Berlin

La Capitale : « Cureghem Criminelle »

Retour sur l’après-midi d’étude* et le numéro de revue** « Cureghem criminelle? » portant sur les relations entre les forces de l’ordre et les populations à Cureghem.

Pour lire l’interview, cliquez ici

 

Merci à Marie Hamoneau.

*Cette après-midi d’étude a eu lieu le 8 novembre 2017 à l’Université Populaire d’Anderlecht, dans le quartier de Cureghem.

** « Cureghem criminelle? 100 ans de relations avec les forces de l’ordre », La Mauvaise Herbe, Université populaire d’Anderlecht, n°3, janvier 2018.

Un Jour dans l’Histoire : La criminalisation du juif de Cureghem – Interview

Le lundi 6 novembre à 14h sur la Première, une interview de 20 minutes  la criminalisation du colporteur juif de Cureghem par la police des étrangers a été diffusée dans l’émission Un jour dans l’histoire. Merci à Nicolas Bogaerts pour l’invitation.

Pour le podcast:

https://drive.google.com/open?id=1bVL9Mky4F4pDD-6S5w6uOYv9dsN-jzzR

Annonce de conférence: Cureghem Criminelle?

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

En approchant l’histoire de Cureghem à travers des parcours de vie d’étrangers « juifs“ et « d’étrangers d’aujourd’hui », l’équipe de l’UPA souhaite mettre en réseaux les militants, les habitants et les acteurs du monde socio-culturel pour comprendre les tensions entre la police et la population présentes dans ce quartiers depuis des dizaines d’années.

Programme :
14:00 – Accueil du public
14:30 > 15:30 – La criminalisation de la population de Cureghem 1880-2000 – Travail de recherche des doctorants Yasmina Zian et Anthony Pregnolato
15:30 >16:00 – Pause café
16:00 > 17:00 – Les Cureghemois et la police aujourd’hui – Débat et discussions. Intervenant.e.s: représentant.e.s de la JOC, du Centre de Jeune d’Anderlecht et du service prévention de la commune
17:00 > 17:30 – Drink
17:30 > 18:30 – Cas concret : Les forces de l’ordre au Festival Populaire de BXL 2017.

Lieu: Université Populaire d’Anderlecht, 34-36 rue du Chimiste, 1070 Anderlecht

Quand: le 8 novembre

Un poster artisanal

En 2014, invitée à une école d’été à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne, j’ai dû produire un poster.

Ne connaissant pas encore les bons tuyaux de « The floor is your » et n’ayant pas de grande expérience de graphisme, je me suis mise à mon chevalet avec de l’encre de chine. Après avoir recouvert la feuille de jus de café (si si, exactement comme les enfants font pour donner un air de vieux parchemin à leur papier), j’ai essayé de synthétiser ma question de recherche.

Continuer la lecture

S.F. – n° 825 969

Parcours d’étrangers en Belgique : essai 1

L’objectif de cette nouvelle série de post est de rendre accessible les différents types d’informations qu’on retrouve dans les archives de la police des étrangers (consultables aux AGR). En rapportant chronologiquement les évènements qui se produisent dans la vie d’un étranger, je veux mettre la lumière sur les parcours qui m’ont permis de mieux comprendre les pratiques et les représentations de la police des étrangers à l’égard des juifs étrangers de Cureghem.

Nationalité : Russe 
Date de naissance : 15 février 1888
Lieu de naissance : Varsovie
État civil : Célibataire
1ère adresse en Belgique : rue Grisar à Anderlecht
Date d’inscription : 14 novembre 1906
Profession : cravatier

 

L’avant-guerre : installation, déménagement et mariage

F. arrive à Bruxelles en 1906 et s’installe à Anderlecht. Un mois plus tard, la police des étrangers demande des informations le concernant à au Directeur du département de la justice du ministère de l’Intérieur à Saint-Pétersbourg. Aucune trace dans le dossier de F. indique que les autorités à Saint-Petersbourg ont répondu à cette lettre. La stabilité professionnelle de F. qui est toujours cravatier, n’implique pas une stabilité géographique : il déménage en janvier à Saint-Josse-ten-Noode, en juillet 1907 à Bruxelles et en juin 1908 il retourne à Saint-Josse. Il a  déménagé quatre fois en un an et demi. Seul sa stabilité financière qu’il acquiert après la guerre lui permettra de s’installer durablement à une adresse.

Continuer la lecture

DAS KALKWERK – OU COMMENT SE RASSURER SUR SON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE EN FIN DE THÈSE

 

fullsizerender1

Hier, j’ai décidé d’aller au théâtre. Après une semaine passée à Bruxelles et quelque peu déphasée dans mon organisation de relecture de thèse, une sortie au théâtre m’est apparue comme étant l’un des meilleurs remèdes contre la perte de repères. Il faut le dire, la perte de repères, qui entraine alors une instabilité psychologique causant par ailleurs un manque de confiance en soi, n’est pas l’unique, mais bien l’une des expériences communes des doctorants.

Rien de grave en somme, juste une expérience formatrice, n’est-ce pas.

Quoi qu’il en soit, hier donc, je décide d’aller au théâtre. Je choisis celui de la Schaubühne qui propose du théâtre contemporain et, paraît-il, offre une belle programmation. Je dois choisir entre deux pièces : Das Kalkwerk et Never Forever. Pour trancher, au lieu de lire le synopsis (j’ai toujours trouvé ça plus rigolo de ne rien savoir sur ce que j’allais voir), je regarde le prix des tickets. Eh oui, la fin de thèse sans financement justifie quelques pratiques. Le site internet de la Schaubühne indique qu’il reste des places à 9 € pour Das Kalkwerk et à 45 € pour Never Forever. Mon choix est fait.

Continuer la lecture

Tous les post que j’aurais voulu écrire…

Ça fait quelques mois que je n’ai plus rien publié sur ce blog. Pourtant, j’ai eu des idées d’articles, des choses que j’aurais aimé partager. Des articles parfois commencés et laissés à l’abandon et d’autres qui sont morts-nés, ceux qui sont restés en tête sans jamais m’avoir fait écrire un seul mot à leur propos.

Comme ces idées font en quelque sorte partie du passé et que c’est frustrant de travailler sur des inspirations qui n’inspirent plus, j’ai décidé de juste les nommer. Pour que toutes ces idées abandonnées pour une quelconque raison aient au moins une épitaphe.

J’aurais voulu écrire… un commentaire sur la conférence donnée par Alain Badiou à Berlin. Il m’avait donné l’impression qu’on peut encore garder espoir dans le futur et être de gauche. Par ailleurs, j’avais l’impression qu’il s’agissait plus de foi que d’une vision réaliste.

J’aurais voulu écrire un compte rendu du musée de Schöneberg qui consacre un étage à l’immigration. Peu de place pour l’histoire, mais beaucoup pour l’individu. On est entièrement dans la vague des musées de la vie quotidienne. Cette exposition se compose d’un couloir central proposant quatorze portes. Lorsque l’on passe l’une d’elles, on entre dans la chambre de la personne d’origine étrangère qui l’a décorée. Photos de famille, musique du pays d’origine, affiches de musique actuelle… : on entre dans l’univers et l’intimité d’une personne qui se raconte aussi à travers une bande-son qui s’enclenche lors de l’activation d’un bouton. On entend alors des récits de vie et des explications des objets présents dans la pièce. Je recommande ce petit musée qui ne paye pas de mine, mais dont l’expo est maligne, personnelle et nuancée. Elle a réussi à parler de l’immigration sans être dans la tristesse, dans la caricature, dans les chiffres et loin du vécu.1

J’avais commencé à écrire un article sur une manifestation de l’AfD (Alternativ für Deutschland un parti d’extrême droite) qui a eu lieu le sept octobre 2015 à Berlin. Je ne suis pas parvenue à le terminer. Les dernières phrases étaient trop pessimistes ce qui ne me satisfaisait pas du tout.
C’était la première fois que je voyais à Berlin les manifestants d’extrême droite être plus nombreux que les contre-manifestants. Les contre-manifestants ne sont d’ailleurs pas parvenus à les bloquer. Le soir même, j’avais écrit ces lignes :

« Les sentiments sont mélangés. D’abord, il y a eu les sentiments d’incompréhension et de colère provoqués par les discours incohérents et haineux de l’AfD, puis la sensation d’impuissance due à l’inversion des rôles.
Après l’incompréhension, la colère, la paralysie, est venu le désarroi lorsque les organisateurs de la manifestation ont officiellement remercié la police d’avoir rendu l’événement possible. Ces derniers, on le sait, ont permis à la manifestation de se frayer un passage à travers les différentes «Blokade» mal organisées. Que la police allemande protège les manifestants, cela est habituel. Mais que les responsables d’extrême droite leur affichent leur sympathie, cela est vraiment perturbant. D’autant plus que la police nous a bloqué le passage, et que nous avons dû par conséquent assister au défilé des manifestants souriants nous saluant ironiquement.
Finalement alors, beaucoup de frustrations aujourd’hui. Frustration face au manque d’organisation de « la gauche » qui a permis aux manifestants d’extrême droite de se sentir presque valoriser par notre présence risible et inefficace. Nous pouvions crier sur leur passage, mais ça leur donnait presque plus d’importance. Frustration de voir qu’à Berlin, la droite peut gagner, même si cela ne s’est exprimé que durant une manifestation. Enfin, une frustration teintée de peur provoquée par l’idée que l’extrême droite se répand et s’organise mieux, pendant que la gauche semble se dissoudre et avoir toujours moins d’espoir.”

J’aurais voulu écrire un compte rendu critique de l’ouvrage de Bertrand Herremans, Entre terreur rouge et peste brune, la Belgique livide (1818-1940). La diplomatie belge face aux Juifs et aux antisémites. Je l’avais lu alors que je commençais ma recherche, en 2012 donc. Je l’avais acheté, curieuse et pleine d’espoir, et m’étais finalement retrouvée très déçue par cette recherche prometteuse qui effectivement avait pour objectif de combler un manque dans la bibliographie belge sur ce sujet. Bien que cet ouvrage apporte une série de faits encore peu connus, l’analyse des sources faite par l’auteur est complètement manquante. J’ai eu l’impression en lisant cet ouvrage que Bertrand Herremans a compilé tous les passages de sa thèse concernant l’antisémitisme sans donner la contextualisation nécessaire pour appréhender l’évolution de la mentalité des diplomates belges travaillant en Europe. Les seules informations concernant le contexte ne sont en réalité que des lieux communs (peur du rouge dans les années vingt et peur du nazisme dans les années trente) qui ne sont pas approfondis. Il reste donc au lecteur la sensation que l’auteur a utilisé ces sources avec très peu de critique historique et seulement pour illustrer une thèse déjà connue.

copyright Yasmina Zian

J’aurais voulu, copyright Yasmina Zian

 

J’aurais voulu écrire sur les attentats de Bruxelles, sur une séance au Centre Marc Bloch de Berlin que j’ai donné sur les blogs hypotheses, sur mon expérience d’assistante de langue française à Berlin, sur le film Mustang, mais le temps ou les mots ont manqué.

 

J’aurais voulu écrire… mais ce n’est pas que des regrets. Je n’ai pas écrit ce que j’aurais voulu écrire sur ce blog, mais j’écris d’autres pages qui presque chaque jour se remplissent et qui j’espère, formeront dans quelques mois ce que j’ai commencé il y a trois ans et demi !

Bon weekend à tous ! C’est le printemps !

1. Pour une autre analyse de ce musée: https://journals.openedition.org/hommesmigrations/498

Yasmina Zian a étudié l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. En 2009, elle fait son Erasmus à la Humboldt Universität à Berlin et revient trois ans plus tard pour y commencer son doctorat au Zentrum für Antisemitismusforschung de la Technische Universität Berlin sous la direction de Werner Bergmann et Ulrich Wyrwa. Intéressée par la construction de l’Autre et des relations entre groupes, elle a travaillé d’abord sur l’histoire coloniale belge de la fin du 19ème siècle avant d’étudier l’antisémitisme en Belgique au début du 20ème siècle.

Pour son doctorat, en cotutelle avec l’ULB depuis mai 2014 et sous la co-direction de Jean-Philippe Schreiber, elle s’intéresse à l’impact de la Première Guerre mondiale sur les rapports entre la Police des Étrangers et les étrangers d’origine juive. Elle avait déjà abordé ce thème en 2010 lors d’un travail dans les archives auprès de la chercheuse Insa Meinen de la Carl von Ossietzky Universität Oldenburg et dont les recherches portaient sur les immigrés juifs en Belgique à partir de 1938. Durant son doctorat, Yasmina Zian était rattachée de 2015 à 2018 au Centre Marc Bloch à Berlin.

Parallèlement à la recherche, elle s’est investie dans des projets artistiques et socio-culturels. En 2012, elle a participé à la dramaturgie historique de la pièce Contrôle d’identités mise en scène par Ilyas Mettioui. En 2018-2019 avec les Mordus de l’Université Populaire d’Anderlecht (UPA) et Clara asbl, elle a co-réalisé un documentaire sur l’isolement des séniors. Depuis octobre 2019 elle poursuit un travail de dramaturgie historique pour la performance (danse) Destination Unknown mise en scène par Ojudun Taiwo Jacob (Nigeria – Allemagne).

De 2017 à 2019, elle a travaillé dans le milieu associatif en tant que chargée de recherche, chargée de communication, illustratrice, animatrice ‘audio-visuel’ et rédactrice en cheffe la revue La Mauvaise Herbe.  Parallèlement elle fait partie du collectif éditorial de Politique – Revue belge d’analyse et de débat, de la commission Etrangers de la Ligue des Droits Humains (Belgique) et du collectif Ramène ta culotte Fest. & résistance sur femmes dans les espaces intimes et publics.

En octobre 2019, elle a été chargée par l‘Académie royale de Belgique de rédiger un rapport sur la restitution des patrimoines, commandé par la Fédération Wallonie Bruxelles.

Son prochain projet de recherche, en collaboration avec le National Center of Competence in Research – The Migration-Mobility Nexus à l’Université de Neuchâtel, porte sur l’histoire des expulsions en Belgique durant le vingtième siècle.
 

copyright Victoria Smith

Curriculum Vitae

PDF: Y.Zian – CV

 

Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

Continuer la lecture

Le colporteur juif en Belgique à la fin du 19ème siècle – Annonce de conférence

 Conférence pour le colloque international “antisémitisme au 19ème siècle d’une perspective internationale” qui aura lieu le 21-23 octobre 2015 à l’IHA Paris.[1]

La femme appartenant au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans le discours de la société européenne du 19ème siècle. Il sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et des discriminations qui s’ensuivent « féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé. »[3]

Mais si la féminisation est un processus systématique, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[4]

La définition du musulman des colonies est également construite en opposition à la définition que se donnent eux-mêmes les Européens. Sont caractéristiques des « Mahométans », « la jouissance du corps, le fatalisme, l’hébétude, l’apathie, l’insouciance »[5]. L’Oriental est féminin par définition.[6]

Au 19ème siècle, les Juifs en Belgique forment encore un groupe distinct des Belges. L’étranger juif colporteur est par conséquent exclu et représente une altérité par excellence : il est marginal par sa religion, sa nationalité et sa profession.

 

Durant cette conférence, ce groupe particulier de colporteurs sera au cœur de notre réflexion portant sur les concepts de « féminisation » ou de « dévirilisation » pour l’étude de l’antisémitisme ? À l’aide de comparaison avec les discours sur d’autres groupes dominés, la particularité de l’hostilité envers les juifs en Belgique avant la Première Guerre mondiale sera étudiée. Mais les ressemblances avec les autres groupes dominés seront également considérées puisque tous ces groupes ont été ciblés de discours négatifs afin de justifier leur infériorité face à l’homme européen blanc.

Finalement, nous nous intéresserons à l’impact concret des représentations négatives sur les colporteurs juifs ainsi que sur l’attitude de la Police des Étrangers.

 

[1] Le colloque est organisé par les instituts historiques allemandes Londres, Moscou, Paris, Rome, Varsovie, Washington, le Forum de l’histoire de l’art Paris et l’Orient Institut Istanbul de la fondation Max Weber ainsi que le Zentrum für Antisemitismusforschung, TU Berlin.

[2] L’Autre est changeant, il n’a pas d’identité stable parce que défini comme tel par le groupe dominant. En fonction des situations, il change. Il peut être femme, noir, jeune, juif, étranger,… Même s’il possède différentes identités, il sera toujours essentialisé par le groupe dominant, de façon à ce qu’une seule de ses identités le définisse.

[3] Ewa Maczka, « La “belle Juive”, avatars d’une figure de l’Autre en littérature française », in Scripta Jadaica Cracoviensia, issue 8/2010, p. 87.

[4] Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949, p. 27.

[5] Berthelier Robert, « À la recherche de l’homme musulman », Sud/Nord, 2007/1 n° 22, p. 129. DOI : 10.3917/sn.022.0127

[6] Edward W. Said, L’orientalisme. L’orient créé par l’Occident, Seuil, 2005.