Archives de catégorie : Sans

DAS KALKWERK – OU COMMENT SE RASSURER SUR SON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE EN FIN DE THÈSE

 

fullsizerender1

Hier, j’ai décidé d’aller au théâtre. Après une semaine passée à Bruxelles et quelque peu déphasée dans mon organisation de relecture de thèse, une sortie au théâtre m’est apparue comme étant l’un des meilleurs remèdes contre la perte de repères. Il faut le dire, la perte de repères, qui entraine alors une instabilité psychologique causant par ailleurs un manque de confiance en soi, n’est pas l’unique, mais bien l’une des expériences communes des doctorants.

Rien de grave en somme, juste une expérience formatrice, n’est-ce pas.

Quoi qu’il en soit, hier donc, je décide d’aller au théâtre. Je choisis celui de la Schaubühne qui propose du théâtre contemporain et, paraît-il, offre une belle programmation. Je dois choisir entre deux pièces : Das Kalkwerk et Never Forever. Pour trancher, au lieu de lire le synopsis (j’ai toujours trouvé ça plus rigolo de ne rien savoir sur ce que j’allais voir), je regarde le prix des tickets. Eh oui, la fin de thèse sans financement justifie quelques pratiques. Le site internet de la Schaubühne indique qu’il reste des places à 9 € pour Das Kalkwerk et à 45 € pour Never Forever. Mon choix est fait.

Continuer la lecture

Tous les post que j’aurais voulu écrire…

Ça fait quelques mois que je n’ai plus rien publié sur ce blog. Pourtant, j’ai eu des idées d’articles, des choses que j’aurais aimé partager. Des articles parfois commencés et laissés à l’abandon et d’autres qui sont morts-nés, ceux qui sont restés en tête sans jamais m’avoir fait écrire un seul mot à leur propos.

Comme ces idées font en quelque sorte partie du passé et que c’est frustrant de travailler sur des inspirations qui n’inspirent plus, j’ai décidé de juste les nommer. Pour que toutes ces idées abandonnées pour une quelconque raison aient au moins une épitaphe.

J’aurais voulu écrire… un commentaire sur la conférence donnée par Alain Badiou à Berlin. Il m’avait donné l’impression qu’on peut encore garder espoir dans le futur et être de gauche. Par ailleurs, j’avais l’impression qu’il s’agissait plus de foi que d’une vision réaliste.

J’aurais voulu écrire un compte rendu du musée de Schöneberg qui consacre un étage à l’immigration. Peu de place pour l’histoire, mais beaucoup pour l’individu. On est entièrement dans la vague des musées de la vie quotidienne. Cette exposition se compose d’un couloir central proposant quatorze portes. Lorsque l’on passe l’une d’elles, on entre dans la chambre de la personne d’origine étrangère qui l’a décorée. Photos de famille, musique du pays d’origine, affiches de musique actuelle… : on entre dans l’univers et l’intimité d’une personne qui se raconte aussi à travers une bande-son qui s’enclenche lors de l’activation d’un bouton. On entend alors des récits de vie et des explications des objets présents dans la pièce. Je recommande ce petit musée qui ne paye pas de mine, mais dont l’expo est maligne, personnelle et nuancée. Elle a réussi à parler de l’immigration sans être dans la tristesse, dans la caricature, dans les chiffres et loin du vécu.1

J’avais commencé à écrire un article sur une manifestation de l’AfD (Alternativ für Deutschland un parti d’extrême droite) qui a eu lieu le sept octobre 2015 à Berlin. Je ne suis pas parvenue à le terminer. Les dernières phrases étaient trop pessimistes ce qui ne me satisfaisait pas du tout.
C’était la première fois que je voyais à Berlin les manifestants d’extrême droite être plus nombreux que les contre-manifestants. Les contre-manifestants ne sont d’ailleurs pas parvenus à les bloquer. Le soir même, j’avais écrit ces lignes :

« Les sentiments sont mélangés. D’abord, il y a eu les sentiments d’incompréhension et de colère provoqués par les discours incohérents et haineux de l’AfD, puis la sensation d’impuissance due à l’inversion des rôles.
Après l’incompréhension, la colère, la paralysie, est venu le désarroi lorsque les organisateurs de la manifestation ont officiellement remercié la police d’avoir rendu l’événement possible. Ces derniers, on le sait, ont permis à la manifestation de se frayer un passage à travers les différentes «Blokade» mal organisées. Que la police allemande protège les manifestants, cela est habituel. Mais que les responsables d’extrême droite leur affichent leur sympathie, cela est vraiment perturbant. D’autant plus que la police nous a bloqué le passage, et que nous avons dû par conséquent assister au défilé des manifestants souriants nous saluant ironiquement.
Finalement alors, beaucoup de frustrations aujourd’hui. Frustration face au manque d’organisation de « la gauche » qui a permis aux manifestants d’extrême droite de se sentir presque valoriser par notre présence risible et inefficace. Nous pouvions crier sur leur passage, mais ça leur donnait presque plus d’importance. Frustration de voir qu’à Berlin, la droite peut gagner, même si cela ne s’est exprimé que durant une manifestation. Enfin, une frustration teintée de peur provoquée par l’idée que l’extrême droite se répand et s’organise mieux, pendant que la gauche semble se dissoudre et avoir toujours moins d’espoir.”

J’aurais voulu écrire un compte rendu critique de l’ouvrage de Bertrand Herremans, Entre terreur rouge et peste brune, la Belgique livide (1818-1940). La diplomatie belge face aux Juifs et aux antisémites. Je l’avais lu alors que je commençais ma recherche, en 2012 donc. Je l’avais acheté, curieuse et pleine d’espoir, et m’étais finalement retrouvée très déçue par cette recherche prometteuse qui effectivement avait pour objectif de combler un manque dans la bibliographie belge sur ce sujet. Bien que cet ouvrage apporte une série de faits encore peu connus, l’analyse des sources faite par l’auteur est complètement manquante. J’ai eu l’impression en lisant cet ouvrage que Bertrand Herremans a compilé tous les passages de sa thèse concernant l’antisémitisme sans donner la contextualisation nécessaire pour appréhender l’évolution de la mentalité des diplomates belges travaillant en Europe. Les seules informations concernant le contexte ne sont en réalité que des lieux communs (peur du rouge dans les années vingt et peur du nazisme dans les années trente) qui ne sont pas approfondis. Il reste donc au lecteur la sensation que l’auteur a utilisé ces sources avec très peu de critique historique et seulement pour illustrer une thèse déjà connue.

copyright Yasmina Zian

J’aurais voulu, copyright Yasmina Zian

 

J’aurais voulu écrire sur les attentats de Bruxelles, sur une séance au Centre Marc Bloch de Berlin que j’ai donné sur les blogs hypotheses, sur mon expérience d’assistante de langue française à Berlin, sur le film Mustang, mais le temps ou les mots ont manqué.

 

J’aurais voulu écrire… mais ce n’est pas que des regrets. Je n’ai pas écrit ce que j’aurais voulu écrire sur ce blog, mais j’écris d’autres pages qui presque chaque jour se remplissent et qui j’espère, formeront dans quelques mois ce que j’ai commencé il y a trois ans et demi !

Bon weekend à tous ! C’est le printemps !

1. Pour une autre analyse de ce musée: https://journals.openedition.org/hommesmigrations/498

Les Arabo-swahilis et les agents de Léopold II

Représentation des Arabo-swahilis à travers les écrits des agents de Léopold II au Congo
Quand l’imaginaire se confronte au réel
1876-1892

 

Dans un contexte de course aux colonies, Léopold II, nouvellement roi de Belgique envoie des agents au Congo pour ramener des informations qui lui permettront de créer un nouvel Etat en 1885 : l’E.I.C. Ces agents, recherchant pour la plupart de la gloire et de l’aventure, partent alors pour des contrées encore mal connues et fantasmées en Europe : le continent des ténèbres.

Sur place, ne sachant comment s’y prendre, ils font appel aux commerçants Araboswahilis qui empruntent les routes de l’île de Zanzibar à l’intérieur du continent depuis quelques décennies. Ces derniers s’étaient installés à Zanzibar en 1840, suite à la volonté du
sultan de Mascate d’y placer sa capitale. Mais la présence de ces derniers est due notamment au commerce d’esclaves, commerce dénoncé en Europe comme étant une marque de barbarie
et de frein à la civilisation. Mais les agents n’ayant aucune autre possibilité, se garderont bien de donner leurs avis philanthropiques aux esclavagistes pour profiter très certainement de leur
assistance.

Jérôme Becker, La vie en Afrique ou trois ans dans l'Afrique centrale, Paris, J. Lebègue, 1887, t. II, p.329.

Jérôme Becker, La vie en Afrique ou trois ans dans l’Afrique centrale, Paris, J. Lebègue, 1887, t. II, p.329.

Continuer la lecture

14561899867_81917b60e6_z(c) Damien, Stromae Paleo 2014-16

Je ne suis pas fan de foot et j’ai regardé la coupe du monde plus pour partager des moments d’émotions avec des amis que parce que je m’y intéressais.

Mais s’il y a bien un évènement passionnant qui s’est déroulé durant la coupe du monde (et ce à travers mon oeil belgo-centriste) c’est le clip de Stromae.

Ca a commencé quand j’ai appris que la chanson Ta Fête de Stromae allait être utilisée pour représenter l’équipe de la Belgique. En plus d’avoir adoré son album √, j’ai été pendant un moment très fière que ce Bruxellois soit choisi, et ce malgré le racisme ambiant et grandissant en Europe.
C’était donc un sentiment confortable, voire presque rassurant. Cependant, après avoir vu le clip officiel de Ta Fête et lu les analyses publiées sur la toile, je me suis dit qu’en Belgique on avait loupé l’occasion de lancer deux débats et de tirer son chapeau à Stromae.

Continuer la lecture

Déchéance de la nationalité. Des Allemands aux jihadistes

Le 3 septembre dans la rubrique Débat de La Libre Belgique, l’article « Faut-il s’en prendre aux allocations et à la nationalité des “returnees”[1] ? » porte un titre qui en dit long sur la crainte grandissante des jihadistes et de leur possible retour en Europe.

Cet article est composé de deux interviews[2] reprenant deux points de vue sur la question des sanctions à adopter à l’encontre des returnees, et autres extrémistes. Dans le cadre de ce papier, nous analyserons seulement le premier interview, de même seule la question de la déchéance de la nationalité sera traitée.

La première partie est consacrée à l’interview de Christine Defraigne (députée wallonne et de la fédération Wallonie-Bruxelles – MR).

Après avoir survolé la question des sanctions sur les allocations des returnees, les auteurs demandent à la députée ce qu’il faut faire face aux « jihadistes de retour en Belgique [qui] font peur ». Mme Defraigne les rassure en expliquant que ces jihadistes commettront probablement d’autres infractions et qu’étant surveillés, « notre droit pénal donne une série de moyens efficaces » pour les arrêter.

Continuer la lecture

L’attentat au musée juif de Belgique : analyse de réactions belges

Le 24 mai 2014, un jour avant les élections belges et européennes, un homme tire sur quatre personnes devant et dans le musée juif de Belgique. Quatre personnes y perdent la vie. Cet acte meurtrier et très vite qualifié d’antisémite provoque de nombreuses réactions. Ces réactions sont venues des politiciens à travers des discours, interviews et la minute de silence dans les écoles bruxelloises, mais aussi d’intellectuels à travers des articles ainsi que de la population lors de rassemblements de protestation et d’hommage aux victimes.

Parmi les articles publiés sur le sujet, revenait régulièrement la mise en garde contre un antisémitisme présent en Belgique et ce avant même la tuerie au musée juif. On a pu lire régulièrement que cet antisémitisme s’expliquait par le manque de mesure prise par les politiciens et par la montée d’un islam radical.

Il n’y a aucun intérêt à polémiquer sur le drame qui a frappé le Musée juif, mais par contre il est important de pouvoir comprendre toutes les réactions qu’il a produites depuis dans la sphère politique et médiatique et ce qu’elles impliquent.

De faux adversaires

Une des raisons données dans certains articles pour expliquer le fait que l’antisémitisme n’ait pas été plus tôt combattu a été expliquée par le fait que l’islamophobie monopolise les débats sur le racisme.

Cet argument est illégitime, mais en plus il s’attaque à de faux adversaires. Les gens qui dénoncent l’islamophobie ne le font pas pour éviter de parler de l’antisémitisme. Le combat contre certaines discriminations ne peut affecter le combat contre des discriminations/violences adressées à un groupe particulier. De plus, depuis les débats sur « la concurrence mémorielle », nous savons tous que la compétition entre victimes est contreproductive.

Continuer la lecture

Contrôle d’identités

Contrôle d’identités, pièce écrite collectivement par les comédiens qui la jouent, analyse les relations entre moi et toi, et les discours « nous vs les autres ».

Dans « Contrôle d’identités » on parle des identités nationales, des « Autres » qui sont différents, du moi qui veut être pareil que les autres tout en étant moi-même, d’être femme et de revendiquer sa place sur scène, d’être homme et de travailler son regard sur la virilité, d’avoir peur de la société et des appartenances au groupe.
Photo : Contrôle c'est la dernière ligne droite ! Ce vendredi et samedi à 20h à l'espace Magh ! Attention : Il ne reste plus que 7 places pour samedi !

Cette pièce de théâtre réussit le pari d’aller sur de multiples terrains sans perdre son spectateur. On change constamment de point de vue entre le « moi » et le « nous » et le « toi » et le « eux ». On passe du regard sur moi au regard sur eux en se rendant très tard compte qu’on est nous-mêmes observé alors qu’on croyait être observateur. Les dualités identitaires se multiplient jusqu’à leur destruction. Dans « contrôle d’identités », on analyse le besoin d’appartenir à un groupe et son droit à avoir des identités. On pourrait croire que Amin Maalouf avait déjà tout dit, mais si le message peut sembler pareil, la pièce a sa façon fine et humoristique d’arriver à une conclusion qui ne veut en aucun cas clôturer le débat.

 

Pour les prochaines dates:

 

Photo : MERCI AUX GENS PRÉSENTS HIER SOIR!<br />
Jouer une première dans une salle pleine à craquer avec un super public, c'était fort!<br />
Et merci aussi (et encore) à l'équipe de l'Espace Magh! </p>
<p>Tout ça mérite bien quelques dates supplémentaires, à faire tourner!

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers (1858-1914)

Ouvrage de France Nézer qui s’intéresse aux archives de la police des étrangers en se focalisant sur les dossiers généraux concernant les « nomades ». On y trouve un aperçu assez complet du fonctionnement de la Sûreté publique durant la deuxième moitié du 19ème siècle ainsi que de l’attitude de l’Etat face à ce groupe marginalisé.

i’m back

Me revoilà presque un an après mon dernier post.

J’ai été entre temps à un Workshop (intitulé Wissenschaftliches Blogging) en juin à Potsdam animé par Dr. Mareike König et Sascha Foerster.  Là, j’y ai appris qu’il fallait moins de deux heures pour écrire un article…

Hum,…

Donc me revoilà avec:

1)    ma nouvelle question de recherche

2)    l’ambition d’écrire un article en moins de deux heures

3)    être régulière sur ce blog

4)    mettre à jour ce blog – mais pas en détail – en expliquant où j’en suis actuellement avec mes projets.

Voilà 🙂

Ps: pour en savoir plus sur cette petite journée de formation: http://pophistory.hypotheses.org/865

 

 

Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La Dialectique de la Raison: Fragments Philosophiques

Parfois difficile à lire (je n’ai presque rien tiré de la deuxième partie) , mais original. J’ai lu ce livre avec beaucoup de curiosité. Et si parfois j’ai trouvé le discours parfois incohérent (surtout la 3ème partie « Elements de l’antisémitisme »), je n’arrêterai pas de croire que les auteurs étaient aussi ambitieux qu’inventifs. Je n’ai pas l’impression que je pourrai un jour utiliser leurs thèses mais je reste admirative devant leur réussite d’établir des systèmes de réflexion brassant psychologie, histoire, économie et philosophie pour répondre à des questions telle que « pourquoi l’humanité, au lieu de s’engager dans des conditions vraiment humaines sombrait dans une nouvelle forme de barbarie ».

Quelques citations quelques citations qui m’ont plu  :

p.17

Ce qui est en cause, ce n’est pas la conservation du passé, mais la réalisation des espoirs du passé.

p.34

Le bandeau sur les yeux de la Justice ne signifie pas seulement qu’il ne faut pas intervenir dans la justice, mais que la justice n’est pas née de la liberté.

p.44

L’animisme avait donné une âme à la chose, l’industrialisme transforme l’âme de l’homme en chose. En attendant la planification totale, l’appareil économique confère déjà de lui-même aux marchandises une valeur qui décidera du comportement des hommes.

p.179

Tous les suivistes avides – du fonctionnaire allemand au nègre de Harlem – ont au fond toujours su qu’iles n’y gagneraient rien de plus siono la joie de constater que les autres n’en ont pas d’avantage.

p.182

L’antisémitisme bourgeois a un fondement spécifiquement économique: le travestissement de la domination en production.

p.205

La pensée réduite au savoir est neutralisée, et utilisée comme une simple qualification sur les marchés spécifiques du travail, afin d’accroître la valeur marchande de la personnalité.

Edition: Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La Dialectique de la Raison: Fragments Philosophiques, Editions Gallimard, 1974.