Archives mensuelles : novembre 2015

Yasmina Zian a étudié l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. En 2009, elle fait son Erasmus à la Humboldt Universität à Berlin et revient trois ans plus tard pour y commencer son doctorat au Zentrum für Antisemitismusforschung de la Technische Universität Berlin sous la direction de Werner Bergmann et Ulrich Wyrwa. Intéressée par la construction de l’Autre et des relations entre groupes, elle a travaillé d’abord sur l’histoire coloniale belge de la fin du 19ème siècle avant d’étudier l’antisémitisme en Belgique au début du 20ème siècle.

Pour son doctorat, en cotutelle avec l’ULB depuis mai 2014 et sous la co-direction de Jean-Philippe Schreiber, elle s’intéresse à l’impact de la Première Guerre mondiale sur les rapports entre la Police des Étrangers et les étrangers d’origine juive. Elle avait déjà abordé ce thème en 2010 lors d’un travail dans les archives auprès de la chercheuse Insa Meinen de la Carl von Ossietzky Universität Oldenburg et dont les recherches portaient sur les immigrés juifs en Belgique à partir de 1938. Durant son doctorat, Yasmina Zian était rattachée de 2015 à 2018 au Centre Marc Bloch à Berlin.

Parallèlement à la recherche, elle s’est investie dans des projets artistiques et socio-culturels. En 2012, elle a participé à la dramaturgie historique de la pièce Contrôle d’identités mise en scène par Ilyas Mettioui. En 2018-2019 avec les Mordus de l’Université Populaire d’Anderlecht (UPA) et Clara asbl, elle a co-réalisé un documentaire sur l’isolement des séniors. Depuis octobre 2019 elle poursuit un travail de dramaturgie historique pour la performance (danse) Destination Unknown mise en scène par Ojudun Taiwo Jacob (Nigeria – Allemagne).

De 2017 à 2019, elle a travaillé dans le milieu associatif en tant que chargée de recherche, chargée de communication, illustratrice, animatrice ‘audio-visuel’ et rédactrice en cheffe la revue La Mauvaise Herbe.  Parallèlement elle fait partie du collectif éditorial de Politique – Revue belge d’analyse et de débat, de la commission Etrangers de la Ligue des Droits Humains (Belgique) et du collectif Ramène ta culotte Fest. & résistance sur femmes dans les espaces intimes et publics.

En octobre 2019, elle a été chargée par l‘Académie royale de Belgique de rédiger un rapport sur la restitution des patrimoines, commandé par la Fédération Wallonie Bruxelles.

Son prochain projet de recherche, en collaboration avec le National Center of Competence in Research – The Migration-Mobility Nexus à l’Université de Neuchâtel, porte sur l’histoire des expulsions en Belgique durant le vingtième siècle.
 

copyright Victoria Smith

Curriculum Vitae

PDF: Y.Zian – CV

 

Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

Continuer la lecture