Archives par étiquette : Fritz Norden

« Un traitre à notre pays qui fut pour les Allemands un précieux auxiliaire »

Les conséquences de la Première Guerre mondiale sur les relations entre Belges et immigrés d’origine juive

 

Le 21 novembre 1918, quatre jours après la proclamation de la libération de Bruxelles, une lettre anonyme est envoyée au Procureur du roi. « Quelques voisins indignés »[1] accusent M. N de trafic avec l’ennemi durant la guerre. Ils le qualifient de germanophile, anarchiste, communiste et soulignent ses origines polonaises. En octobre, M. N est écroué à la prison de Forest où il restera six mois. Durant son enfermement, il écrit une série de lettres au Chef de la Sûreté Générale dans lesquelles il narre ses multiples actes posés durant l’occupation pouvant témoigner de sa loyauté envers la Belgique et justifier de ce fait sa sortie de prison. Il sera finalement libéré en mars 1921, après qu’une ordonnance de non-lieu ait été rendue en sa faveur.[2]

Continuer la lecture