Archives par étiquette : police des étrangers

Un couple hollandais d’origine juive – Dossier n°859 350

Un couple hollandais d’origine juive

Un couple non suspecté par la Sûreté Publique

Un couple qui partira de la Belgique lors des guerres mondiales

Et qui finira toujours par revenir

Martha est née à Arnhem, à trois ans elle arrive en Belgique avec ses parents. Elle se marie en 1908, elle a 23 ans avec un voyageur de commerce hollandais né à Bruxelles. Un an après le couple voit naître leur unique enfant. La famille habitera à plusieurs adresses dans le quartier qui sert d’échantillon à cette recherche (voir carte n°1) dont rue de Fiennes n°78 avant la guerre. Rien n’indique quand ils partent à Paris, mais ils le font sûrement pour quitter le pays occupé. Ils ne reviendront qu’en 1920, et ce pour habiter cette fois rue de Fiennes n°47. La seule information récoltée pour la période de guerre est un recensement de 1916 dans lequel il est écrit qu’ils ont été rayés d’office de la commune d’Anderlecht pour l’adresse rue de Fiennes n°44. Ce recensement reste pour moi aujourd’hui un grand mystère. Je ne sais pas par qui, ni pourquoi il a été fait. Il n’y a officiellement eu aucun recensement en 1916. Je ne retrouve pas la trace de ce recensement dans tous les dossiers, mais en tout cas pas que dans ceux appartenant à des étrangers d’origine juive. Je ne peux donc pas y voir décompte de la population juive. Ce qui aurait été très étonnant.

Il n’y a dans leur dossier aucune information concernant les années 1920. La pièce d’inscription à leur dernière adresse de 1920 est suivie d’une autre de 1932 dans laquelle il est indiqué qu’il emménage dans l’appartement de la mère de Martha. En 1935, un autre document nous apprend que le mari travaille en France comme représentant de commerce et gagne 1500fr par mois pendant que sa femme habitant toujours à Bruxelles chez sa mère n’occupe aucune profession. C’était en effet important de savoir qu’elle n’occupait aucune profession, les étrangers à cette époque étant censés subvenir à leur besoin sans travailler et « prendre un emploi à un Belge ». Les années trente ne nous concernent pas directement, mais les informations ici sont cependant importantes pour nous donner une idée de la qualité de vie que menait ce couple. Ils partiront à Rio pendant la Deuxième Guerre mondiale et reviendront après. Un document produit par la Brigade d’information de la Gendarmerie nationale affirme qu’ils veulent revenir en 1945 pour recherche de parents déportés. Le frère de Martha a été arrêté en 1944 et « depuis lors on est sans nouvelles ».  Sur cette information, le Brigadier propose de rejeter la demande : « Le lendemain de son arrestation les Allemands sont venus enlever tous les meubles et de ce fait (Martha et son mari) n’ont conservé aucun intérêt en Belgique où leur présence n’est donc pas indispensable. » Cette remarque, parmi toutes celles du dossier, est sans conteste, celle manifestant le moins de sympathie à l’égard du couple. Elle date de 1945. Après quelques années en France, ils reviendront pourtant en Belgique en 1956 et y mourront.

Continuer la lecture

Ce que la Sûreté Publique récolte comme informations sur ses étrangers

Essaie de reconstruction de la vie d’un immigré d’origine juive en Belgique durant la première partie du 20ème siècle

 

Les archives de la Police des Étrangers représentent une mine d’or pour la micro-histoire. On y retrouve des tas d’informations, qui ne sont pas produites par la personne qu’elles concernent, mais nous en disent pourtant beaucoup sur la vie d’étrangers souvent tombés dans l’oubli. En effet, ces derniers ont très rarement laissé à la postérité des documents pouvant retracer leur parcours de vie dans leur(s) pays d’immigration.

C’est pourquoi, ce post se propose de donner un aperçu des informations retrouvables dans le dossier n° 638 923 de la Police des Etrangers. La Police des étrangers, organe de la Sûreté Publique, ouvrait pour chaque étranger inscrit en Belgique, un dossier individuel dans lequel elle rassemble toutes sortes d’informations le concernant. Le but était de savoir s’il l’étranger était désirable ou non sur le territoire. Dans le cas négatif, celui-ci se voyait expulser ou rapatrier, ce dernier cas arrivant plus rarement étant donné qu’il était aux frais de l’état et pouvait s’avérer couteux.

Johann[1] arrive en Belgique en 1898. Ce célibataire de 19 ans s’installe à Anderlecht et colporte des toiles cirées. Comme il est né à Amsterdam, la Police des Étrangers s’assure auprès du Hoofdbureau van Politie d’Amsterdam que ce jeune homme n’ait aucun antécédent judiciaire. Mais il semble que la lettre reçue de la capitale hollandaise ne rassure pas complètement les fonctionnaires belges, puisqu’ils demandent à la police d’Anderlecht de mener une enquête sur cet étranger. On peut lire dans le rapport envoyé à la Sûreté Publique, que Johann gagne 3 à 4 francs par jour et que « sa conduite et sa moralité n’ont fait pendant son séjour ici l’objet d’aucune remarque défavorable. »[2] Alors qu’il n’est en Belgique que depuis quelques mois, Johann se marie avec Marianne qui a le même profil : elle est née en 1879, vit du colportage et est arrivée en Belgique en 1898. Mais le métier de colporteur ne rapporte pas suffisamment d’argent, un « bulletin de poursuite ou condamnation » contre Johann en témoigne. Le colporteur pour cette affaire est renvoyé devant le tribunal correctionnel du chef de vol et condamné à un mois de prison. À sa sortie, ses rapports avec la police ne vont pas s’arranger, il sera l’objet de deux rapports de la division de police de Bruxelles parce qu’il vendait des articles sur la voie publique sans autorisation. Mais le jeune couple reste à Anderlecht et il y verra ses quatre enfants naitre. Si la famille s’agrandit, les procès-verbaux de la police, eux, s’accumulent dans le dossier n° 638 923. Il y a des rapports pour vente non autorisée, colportage non autorisé, escroquerie, faux, usage de faux, détournement… Toutes ces poursuites parfois avec condamnation, parfois sans suite ou bien avec acquittement témoignent de la situation précaire du couple.

En 1914, lorsque la guerre éclate, la famille est encore en Belgique. Marianne et les enfants ne partiront en Hollande qu’après le décès de Johann en 1915. Aucune information qui pourrait nous indiquer la raison du décès n’est présente sur l’acte. En 1916, un mystérieux recensement[3] nous indique qu’ils ont été rayés d’office. Les pièces du dossier ne reprennent qu’en 1923. En effet, cette année-là, un des fils est condamné pour résistance à la police. L’année d’après il le sera pour rébellion à la police. Mais si ce fils est là en 1923, on ne peut pas dire de même pour sa mère. Celle-ci se remariera avec Arthur un « diamantslijper » et d’après le dossier, ne reviendra en Belgique qu’en 1930. Le livret de mariage indique qu’il a été célébré à Amsterdam en 1922, on peut donc supposer que de 1915 à 1922 (minimum) Marianne n’était pas sur le territoire belge. Mais une autre pièce confirme qu’elle n’était pas revenue s’installer en Belgique avant 1930. En effet, pour la première fois dans le dossier il y a un résumé du dossier judiciaire de la veuve de Johann. Cette pièce, produite par la police d’Anderlecht et probablement demandée par la Police des Étrangers, est la preuve de l’installation de Marianne à Bruxelles : elle témoigne du souci de l’État d’avoir un aperçu de son casier judiciaire pour savoir quel est le profil de la personne arrivée sur son territoire. Et il semblerait que Marianne ait eu plus de condamnations qu’il n’y paraissait : entre avril 1912 et janvier 1914, elle a été condamnée onze fois pour colportage et ses peines variaient entre deux et quatre jours de prison. Un an plus tard, en 1931, Marianne et Arthur sont condamnés pour tromperie. Ils ont vendu dans les faubourgs d’Anvers « des bijoux qu’ils disaient être en or, notamment des bagues, et des montres. Ces objets, pour mieux tromper l’acheteur portaient le cachet 16 K. »[4] Le Procureur du Roi termine son rapport sur cette affaire en proposant « d’interdire le séjour en Belgique à ces étrangers malhonnêtes. »[5] Mais Marianne et son mari n’ont pas attendu cette proposition pour partir, deux pièces de 1931 indiquant qu’ils ont été condamnés par défaut.

 

Si ce récit n’est pas représentatif de ce qu’on peut retrouver dans d’autres dossiers produits par la Police des étrangers, il est tout de même intéressant pour certains points.[6]

Premièrement, il nous informe les difficultés financières de nombreux colporteurs hollandais en Belgique. Deuxièmement, il témoigne de l’envie de s’installer en Belgique durablement, les quatre enfants y étant nés. Cependant, la famille se construit à travers des réseaux et juif et hollandais, si une attention est portée sur le choix des partenaires. Troisièmement, la guerre est une raison pour les certains Hollandais de retourner dans leur pays d’origine, mais pas définitivement. La guerre terminée, la famille revient en Belgique (rapidement comme le fils, ou tardivement comme la mère). Malgré les condamnations avant la guerre, ce n’est qu’en 1931, et suite à une affaire de tromperie, que la justice propose leur expulsion. Il faut souligner ici que parfois elle n’était pas aussi « patiente ». Il y a des cas d’étrangers d’origine polonaise qui seront expulsés dans les années vingt pour moins que ça. Cependant, il peut être envisagé, que dans le cas présenté, la Belgique soit considérée comme un pays assez accueillant pour les immigrés hollandais arrivés à la fin du 19ème siècle. Même si finalement, des aspects de la vie quotidienne de ses étrangers restent dans l’ombre. Quelles étaient leurs relations avec leurs voisins ? Y avait-il des discriminations lors des recherches de logement ? La police contrôlait-elle plus les colporteurs étrangers ? Ces questions restent sans réponse, mais il est possible que les difficultés en tant qu’étranger aient été plus grandes que pour les Belges. Il faut cependant souligner que, dans ce dossier, aucun rapport la police ne fait mention de l’origine religieuse des étrangers. Ça sera moins le cas pour des étrangers d’origine polonaise arrivant dans les années vingt et suspectés d’être communistes. Mais la crainte du communiste est encore une autre histoire. En effet, la peur du communisme allie la xénophobie (parce qu’elle n’attaque principalement que les étrangers venant de Pologne ou Russie) avec l’hostilité envers les juifs (parce que dans les rapports de la police, malgré l’interdiction constitutionnelle d’indiquer l’origine religieuse, des policiers trouvent pertinent de mentionner que ces Polonais suspects d’être communistes sont juifs). Mais pour développer ce point, un autre dossier de la police des étrangers nous servira d’illustration.


[1] Tous les prénoms utilisés pour le récit du dossier n° 638 923 sont fictifs.

[2] Pièce n°3.

[3] Mystérieux parce que nous ne savons pas qui est derrière ce recensement. Les recensements officiels en Belgique ont été fait en 1910 et 1920.

[4] Pièce n°40.

[5] Ibid.

[6] Le nombre de poursuites judiciaires et démêlés avec la police est extrêmement élevé en comparaison avec les autres dossiers individuels consultés.

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers (1858-1914)

Ouvrage de France Nézer qui s’intéresse aux archives de la police des étrangers en se focalisant sur les dossiers généraux concernant les « nomades ». On y trouve un aperçu assez complet du fonctionnement de la Sûreté publique durant la deuxième moitié du 19ème siècle ainsi que de l’attitude de l’Etat face à ce groupe marginalisé.