Archives par étiquette : post-colonial studies

« Pensée décoloniale » : le rapport Sarr-Savoy et la décolonisation du Musée de Tervuren

En cette date anniversaire de la réouverture du Musée royal de l’Afrique centrale (Mrac) de Tervuren, le 8 décembre 2018, l’incompréhension de la démarche décoloniale peut embrouiller le débat sur les questions de restitution, le rapport Sarr-Savoy et la volonté de décoloniser le Mrac. C’est d’ailleurs le nœud même de la décolonisation des mentalités : la production d’une critique de la colonisation sans perpétuer les codes de cette dernière, nécessite d’aller au-delà de la réaction. Pour bouger les lignes, il importe de proposer d’autres cadres de pensée.

Cet article a été publié sur le site de Politique, la revue belge d’analyse et de débat.

Pour le lire dans son entièreté, cliquez ICI.

Le Juif, la femme et le colonisé – réflexion sur le discours de la police des étrangers sur le colporteur juif à l’aide des Gender et Post-colonial Studies

 » Rusé, malin, trompeur,… » Dévirilisation du colporteur juif par les agents de la police des étrangers ?

Introduction. « Féminiser l’ennemi suppose qu’il ait besoin, comme la femme, d’être dominé »[1]

Parce que la femme appartient au supposé sexe faible, la féminisation de l’Autre[2] est un mécanisme récurrent dans les discours européens (et patriarcales) du 19ème siècle. Cette féminisation sert d’argument pour justifier des rapports inégaux entre groupes et les discriminations qui en découlent.

Mais si la féminisation est un processus fréquent dans les rapports de domination, elle ne s’exprime pas toujours de la même façon.

Dans les discours coloniaux, le noir était souvent associé à l’enfant et au sauvage. Il est déshumanisé par l’animalité que le colon voit en lui. Bien « dompté », il est inoffensif. Bien « dompté », le « bon Noir à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse » est comparable, comme l’écrivait Simone de Beauvoir, à la femme « frivole, puérile, irresponsable ».[3]

Continuer la lecture

Les Arabo-swahilis et les agents de Léopold II

Représentation des Arabo-swahilis à travers les écrits des agents de Léopold II au Congo
Quand l’imaginaire se confronte au réel
1876-1892

 

Dans un contexte de course aux colonies, Léopold II, nouvellement roi de Belgique envoie des agents au Congo pour ramener des informations qui lui permettront de créer un nouvel Etat en 1885 : l’E.I.C. Ces agents, recherchant pour la plupart de la gloire et de l’aventure, partent alors pour des contrées encore mal connues et fantasmées en Europe : le continent des ténèbres.

Sur place, ne sachant comment s’y prendre, ils font appel aux commerçants Araboswahilis qui empruntent les routes de l’île de Zanzibar à l’intérieur du continent depuis quelques décennies. Ces derniers s’étaient installés à Zanzibar en 1840, suite à la volonté du
sultan de Mascate d’y placer sa capitale. Mais la présence de ces derniers est due notamment au commerce d’esclaves, commerce dénoncé en Europe comme étant une marque de barbarie
et de frein à la civilisation. Mais les agents n’ayant aucune autre possibilité, se garderont bien de donner leurs avis philanthropiques aux esclavagistes pour profiter très certainement de leur
assistance.

Jérôme Becker, La vie en Afrique ou trois ans dans l'Afrique centrale, Paris, J. Lebègue, 1887, t. II, p.329.

Jérôme Becker, La vie en Afrique ou trois ans dans l’Afrique centrale, Paris, J. Lebègue, 1887, t. II, p.329.

Continuer la lecture